ROUSSEAU

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ROUSSEAU >>
Partager

Sujet : ROUSSEAU

ROUSSEAU

 ROUSSEAU  ROUSSEAU Jetez les yeux sur toutes les nations du monde, parcourez toutes les histoires. Parmi tant de cultes inhumains et bizarres, parmi cette prodigieuse diversité de moeurs et de caractères, vous trouverez partout les mêmes idées de justice et d'honnêteté, partout les mêmes notions de bien et de mal. L'ancien paganisme enfanta des dieux abominables, qu'on eût punis ici-bas comme des scélérats, et qui n'offraient pour tableau du bonheur suprême que des forfaits à commettre et des passions à contenter. Mais le vice, armé d'une autorité sacrée, descendait en vain du séjour éternel, l'instinct moral le repoussait du coeur des humains. En célébrant les débauches de Jupiter, on admirait la continence de Xénocrate ; la chaste Lucrèce adorait l'impudique Vénus ; l'intrépide Romain sacrifiait à la Peur ; il invoquait le dieu qui mutila son père et mourait sans murmure de la main du sien. Les plus méprisables divinités furent servies par les plus grands hommes. La sainte voix de la nature, plus forte que celle des dieux, se faisait respecter sur la terre, et semblait reléguer dans le ciel le crime avec les coupables. Il est donc au fond des âmes un principe inné de justice et de vertu, sur lequel, malgré nos propres maximes, nous jugeons nos actions et celles d'autrui comme bonnes ou mauvaises, et c'est à ce principe que je donne le nom de conscience (...). Mon dessein n'est pas d'entrer ici dans des discussions métaphysiques qui passent ma portée et la vôtre, et qui, dans le fond, ne mènent à rien. Je vous ai déjà dit que je ne voulais pas philosopher avec vous, mais vous aider à consulter votre coeur. Quant tous les philosophes du monde prouveraient que j'ai tort, si vous sentez que j'ai raison, je n'en veux pas davantage. Il ne faut pour cela que vous faire distinguer nos idées acquises de nos sentiments naturels ; car nous sentons avant de connaître ; et comme nous n'apprenons point à vouloir notre bien et à fuir notre mal, mais que nous tenons cette volonté de la nature, de même l'amour du bon et la haine du mauvais nous sont aussi naturels que l'amour de nous-mêmes. Les actes de la conscience ne sont pas des jugements, mais des sentiments. Quoique toutes nos idées nous viennent du dehors, les sentiments qui les apprécient sont au-dedans de nous, et c'est par eux seuls que nous connaissons la convenance ou disconvenance qui existe entre nous et les choses que nous devons respecter ou fuir. (...) Conscience ! conscience ! instinct divin, immortelle et céleste voix ; guide assuré d'un être ignorant et borné, mais intelligent et libre ; juge infaillible du bien et du mal, qui rends l'homme semblable à Dieu, c'est toi qui fais l'excellence de sa nature et la moralité de ses actions ; sans toi je ne sens rien en moi qui m'élève au-dessus des bêtes, que le triste privilège de m'égarer d'erreurs en erreurs à l'aide d'un entendement sans règle et d'une raison sans principe.ROUSSEAU
   ROUSSEAU

·         Thème. Le thème abordé ici est celui de la conscience morale. Ce texte nous donne explicitement une définition de ce qu’est la conscience, en tant qu’elle est morale. En effet, souvenons nous que Rousseau ne parle pas de conscience morale, mais qu’il en pose tout de même la définition. C’est notre analyse qui la qualifie ainsi.

·         Thèse. Selon Rousseau, la conscience morale est la même pour tous les hommes. Il n’y a, ni dans le temps, ni dans l’espace, aucune conscience différente ou variante. Tous les hommes sont donc pourvus de la même conscience.

·         Enjeux.

o   Le premier enjeu touche à ce qui fait réellement de nous des hommes. Il s’agit ici de poser le principe de ce qu’est la conscience en tant que purement humaine, comme marque même de l’humanité. Mais cela incluse aussi la possibilité que l’homme soit déterminé par sa conscience.

o   Et justement, l’autre enjeu sera ici de réussir à démontrer que la conscience n’emprisonne pas l’homme. Au contraire, elle met en avant sa propre liberté. Comme fondement de ce qu’il est, la conscience donne à l’homme la capacité à être véritablement libre et intelligent.

·         Notion. Bien entendu, la notion principale de ce texte est la conscience. Nous devrons, pour approcher véritablement l’essence du texte et ne pas nous tromper dans notre analyse, déterminer que cette conscience est morale, uniquement.

o   La conscience se comprend en premier lieu comme sensation, perception du monde extérieur. C’est une reconnaissance par nous même de ce qui nous entoure. De là, nous pouvons aboutir à un premier état de conscience, la conscience de soi.

o   Mais la conscience dont nous parle Rousseau ici, n’est pas conscience des objets extérieurs, mais de leur statut. C’est une conscience du bien et du mal .C’est pour cela que nous la distinguons, en précisant qu’il s’agit d’une conscience morale.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "ROUSSEAU" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • lucie62-252523 le 17/01/2015 à 17H16
  • piedi-223360 le 26/01/2014 à 26H15
  • FRANCESCA le 16/01/2011 à 16H19
  • TheL le 02/11/2010 à 02H19
  • Josepha48445 le 06/12/2009 à 06H12
  • ROUSSEAU

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit