Rousseau versus Hobbes

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Hegel et l'oeuvre d'art Schopenhauer et la religion >>
Partager

Sujet : Rousseau versus Hobbes

Rousseau versus Hobbes

versus Rousseau Hobbes Rousseau "Il y a d'ailleurs un autre principe que Hobbes n'a point aperçu et qui, ayant été donné à l'homme pour adoucir, en certaines circonstances, la férocité de son amour-propre, ou le désir de se conserver avant la naissance de cet amour, tempère l'ardeur qu'il a pour son bien-être par une répugnance innée à voir souffrir son semblable. Je ne crois pas avoir aucune contradiction à craindre, en accordant à l'homme la seule vertu naturelle, qu'ait été forcé de reconnaître le détracteur le plus outré des valeurs humaines. Je parle de la pitié, disposition convenable à des êtres aussi faibles, et sujets à tant de maux que nous le sommes, vertu d'autant plus universelle et d'autant plus utile à l'homme qu'elle précède en lui l'usage de toute réflexion, et si naturelle que les bêtes mêmes en donnent quelquefois des signes sensibles (...). Tel est le pur mouvement de la nature, antérieur à toute réflexion: telle est la force de la pitié naturelle, que les moeurs les plus dépravés ont encore peine à détruire, puisqu'on voit tous les jours dans nos spectacles s'attendrir et pleurer aux malheurs d'un infortuné tel, qui, s'il était à la place du tyran, aggraverait encore les tourments de son ennemi. Mandeville a bien senti qu'avec toute leur morale les hommes n'eussent jamais été que des monstres, si la nature ne leur eût donné la pitié à l'appui de la raison: mais il n'a pas vu que de cette seule qualité découlent toutes les vertus sociales qu'il veut disputer aux hommes." ROUSSEAU
   Rousseau

Dans ce passage du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes, Rousseau aborde le versant anthropologique qui sous-tend sa théorie politique. En s’opposant à la théorie hobbesienne de la nature conflictuelle des rapports humains, exposée dans Léviathan dès 1651, l’auteur articule sa thèse autour de deux qualités qu’il considère présentes dès l’état de nature : l’amour de soi et la pitié, lesquelles préserveraient les hommes d’une guerre perpétuelle de tous contre tous : ces qualités innées sont les mères de la sociabilité humaine.

L’intérêt du texte repose sur la façon dont l’auteur résout la contradiction existante entre sa conception politique et celle de Hobbes en brisant non pas l’ensemble de la théorie anthropologique de son adversaire, mais en altérant par deux vertus cardinales l’ensemble de l’édifice adverse.

Quelle est la nature des relations intersubjectives que Rousseau s’emploie à analyser dans l’état de Nature ? En quoi s’avèrent-elles fondamentales dans le dessein politique ?

[on respectera la partition du texte tel qu’il est ici présenté]

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Rousseau versus Hobbes" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • deadmen976-282618 le 07/12/2016 à 07H16
  • myopsmaster le 12/11/2015 à 12H21
  • floboul24-264140 le 22/10/2015 à 22H09
  • thomashawk le 15/11/2010 à 15H17
  • Lucienne43930 le 07/11/2010 à 07H20
  • Rousseau versus Hobbes

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit