Jean-Paul SARTRE: Si dieu n'existait pas...

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Jean-Paul SARTRE et la nature humaine Jean-Paul SARTRE: La deliberation volontaire ... >>
Partager

Sujet : Jean-Paul SARTRE: Si dieu n'existait pas...

Jean-Paul SARTRE: Si dieu n'existait pas...

Paul Jean SARTRE Jean Dostoïevski avait écrit : "Si Dieu n'existait pas, tout serait permis." C'est là le point de départ de l'existentialisme. En effet, tout est permis si Dieu n'existe pas, et par conséquent l'homme est délaissé, parce qu'il ne trouve ni en lui, ni hors de lui, une possibilité de s'accrocher. Il ne trouve d'abord pas d'excuses. Si, en effet, l'existence précède l'essence, on ne pourra jamais l'expliquer par référence à une nature humaine donnée et figée ; autrement dit, il n'y a pas de déterminisme, l'homme est libre, l'homme est liberté. Si d'autre part, Dieu n'existe pas, nous ne trouvons pas en face de nous des valeurs ou des ordres qui légitimeront notre conduite. [...] Nous sommes seuls, sans excuses. C'est ce que j'exprimerai en disant que l'homme est condamné à être libre. Condamné, parce qu'il ne s'est pas créé lui-même, et par ailleurs cependant libre, parce qu'une fois jeté dans le monde, il est responsable de tout ce qu'il fait. L'existentialisme ne croit pas à la puissance de la passion. Il ne pensera jamais qu'une belle passion est un torrent dévastateur qui conduit fatalement l'homme à certains actes, et qui, par conséquent, est une excuse. Il pense que l'homme est responsable de sa passion. L'existentialisme ne pensera pas non plus que l'homme peut trouver un secours dans un signe donné, sur terre, qui l'orientera : car il pense que l'homme déchiffre lui-même le signe comme il lui plaît. Il pense donc que l'homme, sans aucun appui et sans aucun secours, est condamné à chaque instant à inventer l'homme. L'homme, tel que le conçoit l'existentialisme, s'il n'est pas définissable, c'est qu'il n'est d'abord rien. Il ne sera qu'ensuite, et il sera tel qu'il se sera fait. Ainsi, il n'y a pas de nature humaine, puisqu'il n'y a pas de Dieu pour la concevoir. L'homme est seulement, non seulement tel qu'il se conçoit mais tel qu'il se veut, et comme il se conçoit après l'existence, comme il se veut après cet élan vers l'existence ; l'homme n'est rien d'autre que ce qu'il se fait. Jean-Paul SARTRE
dieu existait pas... Jean

Ce passage explicite la notion de « délaissement », empruntée là aussi à Heidegger. Sartre part d'une citation de Dostoïevski tirée des Frères Karamazov : « si Dieu n'existe pas, tout est permis. » Ce qui signifie que s'il n'y a pas de fondement transcendant ou divin aux valeurs, bref si les valeurs n'ont leur origine que dans l'homme, alors rien ne vient garantir qu'on les respectera : tout semble bien permis, puisque rien n'est plus sacré et que ce que l'homme s'impose comme valeur, il peut très bien le renverser. Sartre prend Dostoïevski au pied de la lettre et fait de sa proposition le « point de départ de l'existentialisme » (lignes 1-2) : étant donné qu'il n'y a pas de Dieu et donc aucune valeur « inscrite dans un ciel intelligible » (p. 38), alors l'homme peut effectivement tout faire, sans aucune limite « ni en lui », c'est-à-dire dans une nature humaine, « ni hors de lui », c'est-à-dire dans des commandements ou des impératifs qui lui viendraient d'un Être supérieur. Il est alors « délaissé », c'est-à-dire qu'il est laissé seul avec le poids de sa responsabilité et de son angoisse, sans aucune Valeur objective à laquelle se fixer.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean-Paul SARTRE: Si dieu n'existait pas..." a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Valoche-183947 le 10/01/2016 à 10H15
  • akshay-207418 le 02/05/2013 à 02H11
  • ange62 le 27/09/2012 à 27H08
  • Boulbi92izi le 14/02/2012 à 14H19
  • Poupou54 le 19/01/2012 à 19H09
  • Jean-Paul SARTRE: Si dieu n'existait pas...

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit