Sartre et autrui

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Leibniz et les sens Kant et l'éducation >>
Partager

Sujet : Sartre et autrui

Sartre et autrui

autrui Sartre  Sartre Mais, en outre, autrui, en figeant mes possibilités, me révèle l'impossibilité où je suis d'être objet, sinon pour une autre liberté. Je ne puis être objet pour moi-même car je suis ce que je suis ; livré à ses seules ressources, l'effort réflexif vers le dédoublement aboutit à l'échec, je suis toujours ressaisi par moi. Et lorsque je pose naïvement qu'il est possible que je sois, sans m'en rendre compte, un être objectif, je suppose implicitement par là même l'existence d'autrui, car comment serais-je objet si ce n'est pour un sujet ? Ainsi autrui est d'abord pour moi l'être pour qui je suis objet, c'est à dire l'être par qui je gagne mon objectité. Si je dois seulement concevoir une de mes propriétés sur le mode objectif, autrui est déjà donné. Et il est donné non comme être de mon univers, mais comme sujet pur. Ainsi ce sujet pur que je ne puis , par définition, connaître, c'est-à-dire poser comme objet, il est toujours là, hors de portée et sans distance lorsque j'essaie de me saisir comme objet. Et dans l'épreuve du regard, en m'éprouvant comme objectité non révélée, j'éprouve directement et avec mon être l'insaisissable subjectivité d'autrui. Du même coup j'éprouve son infinie liberté. Car c'est pour et par une liberté et seulement pour et par elle que mes possibles peuvent être limités et figés. Un obstacle matériel ne saurait figer mes possibilité, il est seulement l'occasion pour moi de me projeter vers d'autres possibles, il ne saurait leur conférer un dehors. Ce n'est pas la même chose de rester chez soi parce qu'il pleut ou parce qu'on vous a défendu de sortir. Dans le premier cas je me détermine moi-même à demeurer, par la considération des conséquences de mes actes ; je dépasse l'obstacle ” pluie ” vers moi-même et j'en fais un instrument. Dans le second cas, ce sont mes possibilités mêmes de sortir ou de demeurer qui me sont présentées comme dépassées et figées et qu'une liberté prévoit et prévient à la fois. Ce n'est pas caprice si, souvent, nous faisons tout naturellement et sans mécontentement ce qui nous irriterait si un autre nous le commandait. C'est que l'ordre et la défense exigent que nous fassions l'épreuve de la liberté d'autrui à travers notre propre esclavage. SARTRE
   Sartre

- Thème (ce dont il est question) : Il s’agit ici de mon rapport à autrui, de la manière je le saisi, et dont il me saisit.

- Problème (ce qui fait question) : Sartre pose la question de savoir si autrui peut complètement me saisir, de quelle manière, et renverse symétriquement la proposition. Il demande si je peux saisir autrui et de quelle manière. Autrement dit, comment je transforme autrui, et comment autrui me transforme par le regard ?

- Thèse (proposition philosophique défendue par l’auteur) : Pour Sartre, il n’y a que moi qui puisse me saisir en tant que tel, et je ne peux saisir en tant que tel que moi-même. Le processus étant symétrique, autrui fait de même. Chacun ne peut donc saisir l’autre qu’en envisageant autrui à travers la manière dont il se saisit lui-même. Il s’agit donc d’une sorte de transposition de ce que je ressens en moi sur autrui.  

- Structure (manière dont est composée le texte) à Si le commentaire est composé, il faut dégager 3 thèmes, 3 manière d’aborder le problème par l’auteur, et dans le corps du commentaire, commenter et développer ces thèmes en s’appuyant sur le texte, sans le suivre linéairement. Si le commentaire est linéaire, il est possible de découper le texte en 2 ou 3 parties, de dégager leur thème, et de les commenter ligne à ligne. Nous allons ici, pour des besoins de compréhension, utiliser la méthode du commentaire linéaire :

à Au départ « Mais, en outre… comme un sujet pur » : Sartre s’en tient à la stricte appréhension de moi-même par autrui, et la non concordance entre cette appréhension de soi par autrui, et cette appréhension de soi par soi.

à « Ainsi ce sujet pur…leur conférer un dehors » : Comment je peux connaître autrui en transposant sur lui ce que je ressens en m’appréhendant moi-même. Introduction du problème de la liberté.

à « Ce n’est pas la même chose de rester chez soi… esclavage » : exemplification de l’argumentation précédente.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Sartre et autrui" a obtenu la note de :
aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Hueco-273835 le 09/03/2016 à 09H15
  • Pinkrabbit le 05/12/2011 à 05H13
  • jeremiou le 26/11/2011 à 26H14
  • louloutte93 le 09/02/2011 à 09H08
  • Poujol61430 le 06/02/2011 à 06H16
  • Sartre et autrui

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit