LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Marx et Engels: La conscience est-elle le pro ... Kierkegaard: Le sujet se confond-il avec la s ... >>
Partager

Sujet : Sartre: Autrui représente-t-il une menace pour le sujet ?

Autrui Sartre représente Sartre Je viens de faire un geste maladroit ou vulgaire : ce geste colle à moi, je ne le juge ni ne le blâme, je le vis simplement, je le réalise sur le mode du pour-soi. Mais voici tout à coup que je lève la tête : quelqu'un était là et m'a vu. Je réalise tout à coup toute la vulgarité de mon geste et j'ai honte. Il est certain que ma honte n'est pas réflexive, car la présence d'autrui à ma conscience, fût-ce à la manière d'un catalyseur, est incompatible avec l'attitude réflexive : dans le champ de ma réflexion je ne puis jamais rencontrer que la conscience qui est mienne. Or autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même : j'ai honte de moi tel que j'apparais à autrui. Et, par l'apparition même d'autrui, je suis mis en mesure de porter un jugement sur moi-même comme sur un objet, car c'est comme objet que j'apparais à autrui. Mais pourtant cet objet apparu à autrui, ce n'est pas une vaine image dans l'esprit d'un autre. Cette image en effet serait entièrement imputable à autrui et ne saurait me « toucher Je pourrais ressentir de l'agacement, de la colère en face d'elle, comme devant un mauvais portrait de moi, qui me prête une laideur ou une bassesse d'expression que je n'ai pas ; mais je ne saurais être atteint jusqu'aux moelles : la honte est, par nature, reconnaissance. Je reconnais que je suis comme autrui me voit.
menace pour sujet Sartre

-          l’homme n’est pas fait pour vivre seul. Il a besoin des autres, non seulement dans l’entraide et la coopération, mais au moins aussi sûrement pour partager le sentiment d’exister. C’est précisément ce que tend à montrer Sartre dans cet extrait.

-          Son jugement, ses découvertes, ses émotions n’ont de signification et de valeur que si d’autres peuvent aussi les éprouver ou les confirmer, si d’autres peuvent en être les témoins ou les garants. Aussi la communication avec autrui apparaît comme le premier besoin et sens doute le plus impérieux de tous. Qu’elle soit possible suppose qu’il existe entre les hommes quelque communauté et qu’autrui ait été reconnu comme mon semblable.

-          Autrui est en effet le même et l’autre ; et c’est cette double structure qui le caractérise. Il y a par conséquent deux façons de méconnaître la relation à autrui : on peut nier qu’il soit différent, ou nier qu’il soit semblable, ce qui, au fond, revient au même. mais autrui n’est ni autre que moi, ni identique à moi. Il est alter ego, c’est-à-dire à la fois un autre moi et autre que moi. Proximité et distance, familiarité et étrangeté qualifient mon rapport à l’autre. C’est justement la définition de la relation à autrui, en tant qu’elle conditionne la relation que j’entretiens à moi-même, qui constitue le soin de l’attention de Sartre.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Sartre: Autrui représente-t-il une menace pour le sujet ?" a obtenu la note de :

8 / 10

Corrigé consulté par :
  • mariouchka le 28/01/2011 à 28H16
  • mamama le 08/12/2010 à 08H22
  • le 03/12/2010 à 03H03
  • Simon54962 le 24/01/2010 à 24H09
  • Coline7354 le 17/11/2008 à 17H15
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit