Sartre et le cubisme

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Aristote: Bienveillance et amitié Freud et l'interdit du meurtre >>
Partager

Sujet : Sartre et le cubisme

Sartre et le cubisme

cubisme Sartre  Sartre On a coutume, depuis le cubisme, de déclarer que le tableau ne doit pas représenter ou imiter le réel, mais qu'il doit constituer par lui-même un objet. Cette doctrine, en tant que programme esthétique, est parfaitement défendable et nous lui devons de nombreux chefs-d'oeuvre. Encore faut-il bien l'entendre. Si l'on veut dire que le tableau, tout dépourvu de signification qu'il soit, se présente en lui-même comme un objet réel, on commet une grave erreur. Certes il ne renvoie plus à la Nature. L'objet réel ne fonctionne plus comme analogon d'un bouquet de fleurs ou d'une clairière. Mais quand je le « contemple » je ne suis pas, pour autant, dans l'attitude réalisante. Ce tableau fonctionne encore comme analogon. Simplement ce qui se manifeste à travers lui c'est un ensemble irréel de choses neuves, d'objets que je n'ai jamais vus ni ne verrai jamais mais qui n'en sont pas moins des objets irréels, des objets qui n'existent point dans le tableau, ni nulle part dans le monde, mais qui se manifestent à travers la toile et qui se sont emparés d'elle par une espèce de possession. Et c'est l'ensemble de ces objets irréels que je qualifierai de beau. Jean-Paul SARTRE, L'Imaginaire (1940), Gallimard, coll. « Idées », 1975, p. 365-366.
   Sartre

Comprendre la démarche
 

 Sartre réfléchit ici à la nature et au sens d'un certain type d'objet : lequel ?
 
 Cherchez dans une encyclopédie ou une histoire de l'art des informations sur le cubisme et quelques reproductions de tableaux de ce courant. Quel adjectif qualifie exactement ces oeuvres: « réalistes », « figuratives », « abstraites » ? En quoi ces oeuvres fournissent-elles à Sartre une bonne occasion de poser le problème qui est le sien ici ?
 
 Analysez la quatrième phrase du texte (l. 5-7) : comment faut-il comprendre ici le mot «signification» et pourquoi est-ce, d'après Sartre, une «grave erreur» de considérer le tableau cubiste comme un «objet réel» ?
 
 Exposez le paradoxe de irréels» (l. 13).
 
 Pour Sartre, on ne peut plus prendre le tableau cubiste comme l'équivalent, l'analogon, de son motif. Pourtant, en le contemplant, le spectateur le fait encore fonctionner comme analogon : mais de quoi, cette fois ?
 
 identifier les enjeux philosophiques
 
 
On considère certaines œuvres d'art, en peinture ou en littérature, comme réalistes. On dit aussi que l'artiste réalise ses œuvres. La notion de réalité a-t-elle la même signification dans ces deux cas ?
 
 Si, comme le propose Sartre, on rompt avec les conceptions classiques, que devient le rôle de l'artiste ? Dans cette perspective, comment comprenez-vous la référence à «une espèce de possession» (l. 15)?
 
 Qu'est-ce que ('«attitude réalisante» (l. 9-10) du spectateur ?
 
 Expliquez ce qu'est cet ensemble de «choses neuves» que personne ne voit véritablement. Pourquoi le jugerons-nous « beau » (1.16) ?
 
 Confrontez la conception de la sensibilité esthétique défendue par Sartre avec celle d'autres philosophes.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Sartre et le cubisme" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Florissante -258171 le 08/04/2015 à 08H14
  • barberblue-223724 le 10/12/2013 à 10H02
  • Little Madinina-2237 le 09/12/2013 à 09H21
  • Louloutte-223681 le 09/12/2013 à 09H19
  • Md-223676 le 09/12/2013 à 09H18
  • Sartre et le cubisme

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit