Jean-Paul SARTRE: Connaitre, c'est "s'eclater vers"

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Jean-Paul SARTRE et la honte Jean-Paul SARTRE: Cette crise mystique... >>
Partager

Sujet : Jean-Paul SARTRE: Connaitre, c'est "s'eclater vers"

Jean-Paul SARTRE: Connaitre, c'est "s'eclater vers"

Paul Jean SARTRE Jean Connaître, c'est "s'éclater vers"; s'arracher à la moite intimité gastrique pour filer, là-bas, par delà soi, vers ce qui n'est pas soi, là-bas, près de l'arbre et cependant hors de lui, car il m'échappe et me repousse et je ne peux pas plus me perdre en lui qu'il ne se peut diluer en moi : hors de lui, hors de moi. Est-ce que vous ne reconnaissez pas dans cette description vos exigences et vos pressentiments ? Vous saviez bien que l'arbre n'était pas vous, que vous ne pouviez pas le faire entrer dans vos estomacs sombres, et que la connaissance ne pouvait pas, sans malhonnêteté, se comparer à la possession. Du même coup, la conscience s'est purifiée, elle est claire comme un grand vent, il n'y a plus rien en elle, sauf un mouvement pour se fuir, un glissement hors de soi ; si, par impossible, vous entriez "dans" une conscience, vous seriez saisi par un tourbillon et rejeté au dehors, près de l'arbre, en pleine poussière, car la conscience n'a pas de "dedans"; elle n'est rien que le dehors d'elle-même et c'est cette fuite absolue, ce refus d'être substance qui la constituent comme une conscience. Imaginez à présent une suite liée d'éclatements qui nous arrachent à nous, mêmes, qui ne laissent même pas à un "nous-mêmes" le loisir de se former derrière eux, mais qui nous jettent au contraire au-delà d'eux, dans la poussière sèche du monde, sur la terre rude, parmi les choses ; imaginez que nous sommes ainsi rejetés, délaissés par notre nature même dans un monde indifférent, hostile et rétif ; vous aurez saisi le sens profond de la découverte que Husserl exprime dans cette fameuse phrase : "toute conscience est conscience de quelque chose". Être, c'est éclater dans le monde, c'est partir d'un néant de monde et de conscience pour soudain s'éclater-conscience-dans-le-monde. Que la conscience essaie de se reprendre, de coïncider enfin avec elle-même, tout au chaud, volets clos, elle s'anéantit. Cette nécessité pour la conscience d'exister comme conscience d'autre chose que soi, Husserl la nomme "intentionnalité". Jean-Paul SARTRE
Connaitre eclater vers Jean

Problématique.
 

 On peut décrire les mouvements de la conscience de façon imagée comme un perpétuel mouvement qui va de l'intérieur vers l'extérieur, et réciproquement. Quand je pense un arbre, je sors de moi-même, ma conscience est totalement centrée sur l'arbre, qui est hors de moi. Mais je ne puis penser l'arbre comme s'il constituait mon intériorité : l'arbre me résiste en ce sens qu'il reste toujours quelque chose d'extérieur à moi, malgré mes tentatives pour le penser. Je n'aurai pas plus de chance si j'essaie de me tourner vers l'intériorité de la conscience, qui n'existe pas, puisqu'à ce moment, elle pense l'arbre, c'est-à-dire autre chose qu'elle.
 
 Enjeux.
 

 Ce texte met en évidence les difficultés qu'il y a à penser la conscience, justement parce que c'est elle qui essaie de penser la conscience. Elle est à la fois intériorité, puisqu'elle se caractérise par des contenus organisés, mais c'est une intériorité impensable indépendamment de ses contenus, qui lui sont extérieurs.

SARTRE   Paul

 

            Ce texte, aride au premier abord et très écrit, tiré de Situation I de Sartre, rend compte de la conception sartrienne de la conscience directement héritière de la pensée du père de la phénoménologie, Husserl. Si le début du texte tend à saisir le rapport entre la conscience et le monde (jusqu’à « vos estomacs sombres, et que la connaissance ne pouvait pas, sans malhonnêteté, se comparer à la possession »), la seconde partie du texte (de « Du même coup, la conscience s'est purifiée, elle est claire comme un grand vent » à « ce refus d'être substance qui la constituent comme une conscience ») définit la conscience comme un pure dépassement rompant ainsi avec la tradition philosophie. La conscience comme pure dépassement de soi est transcendance et n’a pas de vie intérieure. Ainsi la dernière partie du texte (à partir de « Imaginez à présent une suite liée d'éclatements qui nous arrachent à nous-mêmes ») revient sur cet héritage en l’explicitant et en l’alliant à la conception existentialiste de la liberté sartrienne. C’est suivant ces trois moments de l’argumentation que nous entendons rendre compte de l’extrait.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean-Paul SARTRE: Connaitre, c'est "s'eclater vers"" a obtenu la note de :

6 / 10

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • Penepasta-280603 le 02/11/2016 à 02H10
  • bea-278674 le 07/09/2016 à 07H19
  • Victor -269188 le 02/01/2016 à 02H14
  • boydcmp-266564 le 19/11/2015 à 19H01
  • jojo-264306 le 25/10/2015 à 25H14
  • Jean-Paul SARTRE: Connaitre, c'est "s'eclater vers"

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit