SARTRE: et la signification de l'imaginaire

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>
Partager

Sujet : SARTRE: et la signification de l'imaginaire

SARTRE: et la signification de l'imaginaire

signification SARTRE imaginaire SARTRE Préférer l'imaginaire ce n'est pas seulement préférer une richesse, une beauté, un luxe en image à la médiocrité présente malgré leur caractère irréel. C'est adopter aussi des sentiments et une conduite « imaginaires », à cause de leur caractère imaginaire. On ne choisit pas seulement telle ou telle image, on choisit l'état imaginaire avec tout ce qu'il comporte, on ne fuit pas uniquement le contenu du réel (pauvreté, amour déçu, échec de nos entreprises, etc.), on fuit la forme même du réel, son caractère de présence, le genre de réaction qu'il demande de nous, la subordination de nos conduites à l'objet, l'inépuisabilité des perceptions, leur indépendance, la façon même que nos sentiments ont de se développer. Cette vie factice, figée, ralentie, scolastique qui, pour la plupart des gens n'est qu'un pis-aller, c'est elle précisément qu'un schizophrène désire. Le rêveur morbide qui s'imagine être roi ne s'accommoderait pas d'une royauté effective ; même pas d'une tyrannie où tous ses désirs seraient exaucés. C'est que, en effet, jamais un désir n'est à la lettre exaucé du fait précisément de l'abîme qui sépare le réel de l'imaginaire. L'objet que je désirais, on peut bien me le donner mais c'est sur un autre plan d'existence auquel je devrai m'adapter. SARTRE
   SARTRE

L'inconsistance de l'image dans la philosophie (et, d'après Sartre, jusque dans la modernité) tient à ce qu'elle soit comprise comme un « objet mental », ou comme un objet dans la conscience - au même titre du reste que la perception, la sensation, ou le concept, dont elle ne peut plus alors différer que quantitativement, par exemple par son moindre degré de réalité. Pourtant, contre toutes les théories qui réduisent l'image à une forme dégradée de la perception, n'avons-nous pas l'évidence vécue de sa spécificité, qui est d'avoir constitutivement affaire au néant ? J'imagine dans l'absence de ce que j'imagine. Ce néant qui est au cœur de l'image, je le manque forcément dès que je fais d'elle un « objet » - le terme d'objet impliquant au contraire solidité et plénitude. La seule façon de saisir l'image dans son néant caractéristique consiste à la voir non plus comme objet dans la conscience, mais comme objet visé par la conscience, selon l'orientation-vers... qui caractérise l'intentionnalité. « L'image est un certain type de conscience. L'image est un acte et non une chose. » Un acte, une création, ou une « thèse » spécifique : la « thèse irréalisante », par laquelle la conscience pose, en même temps que l'image, le monde comme néant. Ainsi, l’image n’est pas passivité, elle réclame une attention et une intention du sujet

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "SARTRE: et la signification de l'imaginaire" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • soso-282012 le 23/11/2016 à 23H20
  • madymimi-228214 le 19/01/2014 à 19H16
  • mimimilagrossepate0 le 13/11/2011 à 13H14
  • r2o le 01/11/2011 à 01H20
  • oliviaclement le 04/09/2011 à 04H23
  • SARTRE: et la signification de l'imaginaire

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit