LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< SARTRE: Volonté et résistance du monde Alain: Religion et Eprit absolu >>
Partager

Sujet : Sextus Empiricus et la vérité

Empiricus Sextus vérité Sextus Les dogmatiques disputent entre eux sur le Vrai : quelques uns disent qu'il y a quelque chose de Vrai ; et d'autres qu'il n'y a rien de vrai. Cela étant on ne peut point décider cette controverse, parce que si celui qui dit qu'il y a quelque chose de vrai, le dit sans démonstration, on ne le croira pas, à cause que cela est contesté : et s'il veut apporter une démonstration et qu'il avoue qu'elle est fausse, il se réfutera lui-même : mais s'il dit que sa démonstration est vraie, il tombera dans le Diallèle. (Car il prouvera qu'il y a quelque chose de vrai par une démonstration qu'il dit être vraie mais qu'il ne peut prouver être vraie à moins qu'il n'ait prouvé qu'il y a quelque chose de vrai.) De plus on lui demandera une démonstration pour prouver que sa première démonstration est vraie, et encore une démonstration de cette seconde, et ainsi à l'infini. Mais on ne peut point démontrer ainsi à l'infini ; et par conséquent il faut dire qu'on ne peut connaître en aucune manière qu'il y ait quelque chose de vrai. Bien plus. Ce quelque chose, qu'ils disent être le genre généralissime de toutes choses, est ou vrai ou faux ; ou bien, il n'est ni vrai ni faux ; ou bien il est vrai et faux tout ensemble. S'ils disent qu'il est faux, ils avoueront que toutes choses sont fausses: car comme, de ce que cette chose, qui est animal, est animée, il s'enfuit que tous les animaux en particulier sont animés; de même, si le quelque chose qui est le genre généralissime de toutes choses est faux, toutes les choses particulières seront fausses aussi, et il n'y aura rien de vrai ; mais de là on conclura aussi qu'il n'y a rien de faux. Car cette proportion, toutes choses sont fausses, sera fausse aussi parce qu'elle est quelque chose : et comme cette proposition particulière, il y a quelque chose de faux, est comprise dans la générale qui est fausse, elle fera fausse aussi, et par conséquent|étant faux que toutes choses soient fausses, et qu'il y ait quelque chose de faux, il n'y aura rien de faux. Que si le quelque chose généralissime est vrai:, toutes choses seront vraies ; mais on inférera de là, qu'il n'y a rien de vrai, parce que cette proposition, il n'y a rien de vrai, étant quelque chose, sera vraie aussi. Si ce quelque chose est vrai et faux tout ensemble, toutes les choses particulières qui sont fous ce genre feront aussi vraies et fausses en même temps : d'où on conclura qu'il n'y a rien qui soit vrai de sa nature, parce que ce qui est vrai par sa nature, ne peut en aucune manière être faux. Enfin si ce quelque chose n'est ni vrai ni faux, il faudra avouer que toutes les choses particulières, qui sont sous ce genre n'étant ni vraies ni fausses, ne feront rien et n'existeront point. Voilà donc des raisons qui nous empêchent de savoir évidemment si le Vrai existe. Sextus Empiricus - Esquisses pyrhoniennes.
   Sextus La vérité, par définition, consiste à réaliser l'accord de la pensée et du réel quand on veut rendre compte du monde extérieur : le vrai est la correspondance du discours à la réalité. Connaître les choses telles qu'elles sont en elles-mêmes, c'est posséder la vérité. Tout le monde semble d'ailleurs s'accorder sur cette correspondance depuis le XIIIème siècle. Mais plus rares sont ceux qui se sont posés la question de l'existence de la vérité, et donc du vrai. Pourtant, si certains admettent la possibilité d'une connaissance de la réalité, donc de l'existence du vrai, d'autres sont persuadés du contraire. Une démonstration n'est-elle pas alors nécessaire ? Pour Sextus Empiricus, le désaccord au sujet du vrai ne peut être tranché car une telle démonstration est impossible et l'existence du vrai ne saurait être prouvée. En effet, ligne 1 à 3, il y a un désaccord opposant ceux qui affirment qu'il existe quelque chose de vrai à ceux plaidant qu'une telle vérité est inexistante. Cependant, ligne 3 à 12, est-il possible qu'une démonstration validant l'une ou l'autre des thèses soit apportée ? Pour aller plus loin, ligne 13 à 30, on peut faire l'expérience de toutes les combinaisons, à partir du vrai et du faux, pouvant s'appliquer à un ensemble général, et en observer l'aboutissement.

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Sextus Empiricus et la vérité" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • nawnaw-222487 le 03/03/2014 à 03H08
  • 150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit