Baruch SPINOZA: On pense que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir.

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Baruch SPINOZA Baruch SPINOZA >>
Partager

Sujet : Baruch SPINOZA: On pense que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir.

Baruch SPINOZA: On pense que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir.

SPINOZA Baruch pense Baruch On pense que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir. Cela cependant n'est pas absolument vrai, car en réalité être captif de son plaisir et incapable de rien voir ni faire qui nous soit vraiment utile, c'est le pire esclavage et la liberté n'est qu'à celui qui, de son entier consentement, vit sous la seule conduite de la Raison. Quant à l'action par commandement, c'est à dire à l'obéissance, elle ôte bien en quelque manière la liberté, elle ne fait cependant pas sur le champ un esclave, c'est la raison déterminante de l'action qui le fait ; si la fin de l'action n'est pas l'utilité de l'agent lui-même, mais de celui qui commande, alors l'agent est un esclave ; inutile à lui-même ; au contraire, dans un État et sous un commandement pour lesquels la loi suprême est le salut de tout le peuple, non de celui qui commande, celui qui obéit en tout au souverain ne doit pas être dit un esclave, inutile en tout à lui-même, mais un sujet. Ainsi, cet État est le plus libre, dont les lois sont fondées en droite Raison, car dans cet État, chacun, dès qu'il le veut, peut être libre, c'est à dire vivre, de son entier consentement sous la conduite de la Raison. Baruch SPINOZA
esclave celui agit Baruch


La liberté n'existe réellement que dans un ensemble social organisé par la raison, ensemble dont le but est le bien de tous : telle est l'idée directrice de ce texte, dans lequel Spinoza nous rappelle d'une part que rien de bien ne peut se faire sans le secours de la raison et, d'autre part, que seul un État rationnel est le véritable support de la liberté individuelle. Spinoza rejoint ici les thèses qui seront celles de Rousseau, en nous montrant qu'obéir aux lois, c'est être véritablement libre.

Pour être bien compris, ce texte exige une analyse minutieuse des termes et expressions essentiels, qui sont très nombreux. Vous y trouverez beaucoup d'arguments qui vous permettront de construire le développement exigé par la dernière question. Quant aux articulations du texte, elles sont ici particulièrement simples, puisqu'elles correspondent aux quatre phrases qui le composent. Vous vous attacherez à une des idées majeures du texte: celui qui est esclave de son plaisir vit dans le pire des esclavage

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Baruch SPINOZA: On pense que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir." a obtenu la note de :

7.7 / 10

Corrigé consulté par :
  • Manchalu-247988 le 19/11/2014 à 19H18
  • simonbeben-244150 le 12/10/2014 à 12H16
  • Kevindu76 le 09/01/2014 à 09H18
  • coco-219058 le 05/11/2013 à 05H19
  • hrcs le 07/03/2012 à 07H19
  • Baruch SPINOZA: On pense que l'esclave est celui qui agit par commandement et l'homme libre celui qui agit selon son bon plaisir.

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo