Spinoza: Morale et politique

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Spinoza: Morale et politique Le beau selon Kant >>
Partager

Sujet : Spinoza: Morale et politique

Spinoza: Morale et politique

Morale Spinoza politique Spinoza Tout homme est sous la dépendance d'un autre, aussi longtemps que cet autre le tient en sa puissance. Il est indépendant, aussi longtemps qu'il est capable de tenir tête à n'importe quelle force, de se venger à son gré de tout préjudice qui lui serait causé, en un mot aussi longtemps qu'il peut vivre exactement comme bon lui semble. Pour parvenir à garder un autre individu en sa puissance, on peut avoir recours à différents procédés. On peut l'avoir immobilisé par des liens, on peut lui avoir enlevé ses armes et toutes possibilités de se défendre ou de s'enfuir. On peut aussi lui avoir inspiré une crainte extrême ou se l'être attaché par des bienfaits, au point qu'il préfère exécuter les consignes de son maître que les siennes propres, et vivre au gré de son maître qu'au sien propre. Lorsqu'on impose sa puissance de la première ou de la seconde manière, on domine le corps seulement et non l'esprit de l'individu soumis. Mais si l'on pratique la troisième ou la quatrième manière, on tient sous sa dépendance l'esprit aussi bien que le corps de celui-ci. Du moins aussi longtemps que dure en lui le sentiment de crainte ou d'espoir. Aussitôt que cet individu cesse de les éprouver, il redevient indépendant.
   Spinoza

POUR DÉMARRER

on ne peut se dire indépendant que si l'on n'est maîtrisé par aucun lien de subordination, qu'il soit d'ordre matériel ou d'ordre spirituel : telle est l'idée directrice qui anime ce texte de Spinoza, qui nous introduit ainsi à l'un des fondements essentiels de la liberté.

CONSEILS PRATIQUES

Ici, les termes essentiels sont indépendance et puissance. Ce terme, en particulier, joue un rôle pivot dans ce texte. Spinoza décline ensuite les différentes formes que peut prendre cette puissance. Notez bien que, dans la dernière partie de ce texte, Spinoza montre la fragilité de la dépendance spirituelle, qui peut disparaître en effaçant simplement les sentiments de crainte ou d'espoir. C'est la connaissance qui nous purifie, nous délivre et nous permet d'accéder à la vraie liberté.

 

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Spinoza: Morale et politique" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • n8body le 09/01/2012 à 09H19
  • mimie23300 le 09/01/2012 à 09H18
  • tnass95 le 17/10/2010 à 17H22
  • Anaais le 27/09/2010 à 27H20
  • saphir29271 le 13/04/2009 à 13H02
  • Spinoza: Morale et politique

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit