Baruch SPINOZA: Paix et Concorde

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Baruch SPINOZA: De la liberté d'expression et ... Baruch SPINOZA >>
Partager

Sujet : Baruch SPINOZA: Paix et Concorde

Baruch SPINOZA: Paix et Concorde

SPINOZA Baruch Paix Baruch L'expérience paraît enseigner que, dans l'intérêt de la paix et de la concorde, il convient que tout le pouvoir appartienne à un seul. Nul État en effet n'est demeuré aussi longtemps sans aucun changement que celui des Turcs et en revanche nulles cités n'ont été moins durables que les cités populaires ou démocratiques, et il n'en est pas où se soient élevées plus de séditions. Mais si la paix doit porter le nom de servitude, de barbarie et de solitude, il n'est rien de si lamentable que la paix. Entre les parents et les enfants, il y a certes plus de querelles et des discussions plus âpres qu'entre maîtres et esclaves, et cependant il n'est pas de l'intérêt de la famille ni de son gouvernement que l'autorité paternelle se change en domination et que les enfants soient tels que des esclaves. C'est donc la servitude, non la paix, qui demande que tout le pouvoir soit aux mains d'un seul : [...] la paix ne consiste pas dans l'absence de guerre, mais dans l'union des âmes, c'est-à-dire dans la concorde. Baruch SPINOZA
Concorde   Baruch

Évoquant une opinion couramment admise et reposant en apparence sur l'expérience, Spinoza entreprend de la réfuter. La paix, assimilée au maintien de l'ordre, supposerait un pouvoir fort et concentré — voir dictatorial.
 En fait, la paix ainsi obtenue ou maintenue n'est que servitude. Elle ne peut être vraiment sûre et durable, au contraire, que si elle repose sur une entente effective entre citoyens (« concorde »).
 Spinoza explicite ici, pour les critiquer, les présupposés d'une certaine conception du pouvoir et de sa justification.
 Ce qui est dit de toute communauté politique vaut ainsi pour tout groupe humain, comme le montrent l'analogie entre famille et cité, et les exemples historiques invoqués. La dernière phrase du texte, en proposant une conception positive de la paix (définie comme « union » effective et pas seulement comme « absence de guerre »), parachève la critique de l'opinion commune évoquée au début.
 
 

Paix   SPINOZA

DIRECTIONS DE RECHERCHE

• Qu'est-ce qui fait que l'expérience paraît enseigner que dans l'intérêt de la paix et de la concorde, il convient que tout le pouvoir appartienne à un seul ?
• Quels sont les faits qui, selon Spinoza, font apparaître cette apparence pour une apparence ?
• La comparaison entre l'État et la Famille, et plus précisément entre parents et enfants d'une part et maîtres et esclaves d'autre part vous paraît-elle justifiée ?
Si oui, en quoi précisément ?
• Qu'est-ce qui, selon Spinoza, « demande que tout le pouvoir soit aux mains d'un seul » ?
• Qu'est-ce donc que la paix (et la guerre) pour Spinoza ? N'aboutit-on pas à un résultat paradoxal ?
• Que pensez-vous de l'argumentation et de la thèse de Spinoza ?

Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Baruch SPINOZA: Paix et Concorde" a obtenu la note de :
aucune note

Corrigé consulté par :
  • Martodetor -280691 le 02/11/2016 à 02H16
  • ju19992016-273748 le 31/10/2016 à 31H11
  • Macrio-238056 le 04/05/2014 à 04H16
  • atomic.kitty-230457 le 09/02/2014 à 09H20
  • Kristell-227435 le 25/01/2014 à 25H14
  • Baruch SPINOZA: Paix et Concorde

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit