LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
19 - Combien de membres composaient le groupe "Téléphone" ?
A
4
B
5
C
6
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A


Les nouveautés du site

Les grands sculpteurs de l' Antiquité au XIXe siècle

Le néoclassicisme Le xviiie siècle n'innove guère en sculpture: il reste influencé par l'art baroque, tandis que se fait jour petit à petit un retour vers le classicisme, dont Edme Bouchardon (1698-1762) est l'exemple. Jean-Baptiste Pigalle (1714-1785), représentant la première tendance, exécute des portraits très réalistes (Mme de Pompadour, Voltaire ... ), un monument en l'honneur de Louis XV...

3 pages - 1,80 ¤

La peinture de Matisse à Warhol

Les figures d'un monde moderne Le XXe siècle a été le théâtre d'horreurs dont tout le monde a eu connaissance : guerres, extermination raciste, menace nucléaire, dictatures. Pour beaucoup d'artistes, l'image des humains dans cet univers est une image impossible, éclatée. D'un côté, la peinture s'abstrait du monde, de l'autre, elle transmet la douleur de la conscience de l'artiste...

2 pages - 1,80 ¤

La peinture de Watteau à Cézanne

EDGAR DEGAS (1834-1917) Connu comme impressionniste, Degas ne peint presque pas de paysages. Il crée, comme dans la photographie, des cadrages étonnants qui donnent l'impression au spectateur d'être à l'intérieur de la scène qu'il montre. Il sait saisir le naturel des mouvements, femmes au bain, danseuses ou chevaux. ...

3 pages - 1,80 ¤

Gauguin et Van Gogh

Maudits, incompris.Van Gogh et Gauguin ? S'ils n'eurent pas la faveur du public, leur art influença rapidement les jeunes peintres Nabis, puis fauves. Ainsi, suivant leur exemple, Matisse et les représentants du « fauvisme » choisiront l'utilisation de la couleur pure. Comme eux, de nombreux peintres se ressourceront au contact de cultures populaires ou non occidentales. Picasso et Braque élaboreront le cubisme en s'inspirant... ...

3 pages - 1,80 ¤

Edward Munch : Le Cri

À propos du Cri, Edward Munch a écrit ceci dans son journal : « Un soir, je marchais le long d'un chemin en compagnie de deux amis. D'un côté se trouvait la ville, et en dessous de moi le fjord. J'étais fatigué, malade. Je me suis arrêté pour regarder le fjord d'un noir bleuté, m'adossant contre une barrière : le soleil...

1 page - 1,80 ¤

Le Titien : Le Supplice de Marsyas

C'est la peinture seule qui hurle, s'angoisse, se tord, avec une brutalité insensée. En proie au chaos. Ce coloriste hors pair qui a rendu l'âge d'or de la peinture à Venise plus splendide encore, broie, malaxe, triture là une matière qui se défait, exsude, taraude l'air où elle bave et poudroie. Quand ses pinceaux ne suffisent plus, Titien peint avec ses...

1 page - 1,80 ¤

Francis Picabia : Oeil cacodylate

L'histoire de L'OEil cacodylate, oeuvre radicale enchantée par l'humour, refusée au Salon des indépendants en 1921, exposée au futur Boeuf sur le toit où elle resta, vient du zona qui affecta l'oeil de Picabia. D'où cet oeil au centre de la toile écrue. Autour, des signatures, des photos collées, des« pensées», des notations, des apostrophes, comme on en met sur les...

1 page - 1,80 ¤

Duchamp : La Mariée mise à nu par ses célibataires, même

De 1911 à 1923, Duchamp conçoit et réalise l'oeuvre d'autant plus lentement qu'il a accepté de la céder lorsqu'elle serait finie aux Arensberg contre le paiement du loyer de son studio. Quand ils vendent l'oeuvre à Catherine Dreier, avant leur départ pour la Californie, Duchamp décide que l'oeuvre demeurera définitivement dans son état d'inachèvement. Fêlée au retour d'une...

1 page - 1,80 ¤

Georges Seurat : Un dimanche après-midi à l'île de la Grande Jatte

Octave Mirbeau parla de « fantaisie égyptienne » pour caractériser cette peinture immobile et monumentale, piquetée de figures hiératiques où tout se donne à voir de face ou de profil, comme dans la peinture égyptienne, en effet. Seurat affirme là, à merveille, son credo : harmonie, analogie des contraires et synthèse. ...

1 page - 1,80 ¤

Degas : Bain matinal

L'utilisation du pastel, comme dans l'admirable série des Bains et en particulier celui-là, en léger surplomb et vu de biais, avec un premier plan qui met à distance le sujet principal, lui permet de parvenir à la synthèse recherchée à la fin de sa vie entre ligne et couleur : grâce au pastel, Degas dessine avec la couleur. ...

1 page - 1,80 ¤

Édouard Manet : Olympia

Manet, l'un des plus vigoureux et l'un des plus actifs acteurs de la réaction contre l'académisme, participe, la même année, au même moment, au Salon des Refusés. Il y présente Le Déjeuner sur l'herbe. Autre scandale. Autre chef-d'oeuvre. ...

1 page - 1,80 ¤

Claude Monet : Impression, soleil levant

|| On ne peut pas rêver oeuvre plus libre, plus désinvolte même, plus insoucieuse de plaire, plus proche du jet de l'esquisse. Elle est présentée à la première exposition collective de la Société anonyme des artistes peintres, sculpteurs et graveurs qui se tient, le 15 avril 187 4, dans l'atelier de Nadar, 55, boulevard des Capucines, et réunit cent-soixante-cinq toiles signées Cézanne,...

1 page - 1,80 ¤

Francisco Goya : Le Chien

Pour cela, il substitue l'expression à l'observation du réel. Du« romantisme», il comprend et fait sien le vocabulaire de crise qui correspond à ce qu'il découvre en lui-même, à ces zones d'ombre entrevues derrière les lumières, peut-être factices, de la raison, aux peurs et aux dangers tapis dans les abîmes intérieurs. Cette crise est aussi, bien sûr, celle que subit l'Europe...

1 page - 1,80 ¤

Giambattista Tiepolo : Le Treppenhaus de Würzburg

On ne s'aviserait plus, heureusement, aujourd'hui, de présenter Tiepolo, ce génie de la peinture décorative du début du XVIIIe, en petit-maître secondaire et facile. À ses débuts, pourtant, il pouvait donner l'impression de n'être que cela, artiste charmant, rapide, souple, capable de répondre à toutes les commandes. Mais, très vite il abandonne le ténébrisme du moment, développe ce qui va devenir sa...

1 page - 1,80 ¤

Jean-Honoré Fragonard : Les Hasards heureux de l'escarpolette

De la rapidité et de l'esprit et puis un mouvement allègre, allant, qui emporte tout cela dans un rire perlé qui s'accorde au charme, à la fantaisie: voilà ce qu'on trouve chez Fragonard et voilà ce qu'on découvre ici, dans ce tableau coquin, plein de vivacité, où le peintre a suspendu un moment, à la pointe aiguë du fugitif et de...

1 page - 1,80 ¤

Kazimir Malevitch : Carré noir

«Toute la peinture passée et actuelle avant le suprématisme, écrit-il dans Du cubisme au suprématisme, a été asservie par la forme de la nature et attend sa libération pour parler dans sa propre langue et ne pas dépendre de la raison, du sens, de la logique, de la philosophie, de la psychologie, des différentes lois de causalité et des changements techniques...

1 page - 1,80 ¤

Antoine Watteau : Les Deux Cousines

Sur la terre radieuse: c'est sur la terre radieuse que s'allongent ou passent les jeunes beautés peintes par Watteau. De dos le plus souvent et les cheveux relevés dans un mouvement preste et léger. Là Watteau s'attarde. Son pinceau s'émeut. Flamboie. Seul Nabokov a aussi joliment parlé des nuques des jeunes filles, de la blondeur presque transparente de la peau, si...

1 page - 1,80 ¤

Jean-Siméon Chardin : La Fillette au volant

Au milieu de tout cela jaillit comme une eau fraîche, toute une série de « scènes d'enfants » dont fait partie La Fillette au volant mais aussi Le Château de cartes ou L'Enfant au toton qui sont des scènes de genre mises aux dimensions d'un portrait. L'intérêt de l'enfant absorbé dans son monde de jeux et de rêves évoque-t-il, comme on...

1 page - 1,80 ¤

Jan Vermeer : La Peinture

Le peintre a situé celle-ci dans un atelier, le sien certainement. À gauche, un lourd rideau est tiré de telle façon qu'on découvre la scène et le mobilier : un lustre sans chandelles car il fait jour, la fenêtre dispensant une lumière douce mais suffisante, une chaise au premier plan qui contribue pour une grande part à donner sa profondeur à...

1 page - 1,80 ¤

Georges de La Tour: Job raillé par sa femme

Dans des coloris et une facture si inhabituelle que l'oeuvre a fait l'objet de bien des spéculations et qu'on l'a datée autour des années 1630, en la rapprochant de la Femme à la puce, ou en la datant des années 1650, en raison de la maturité qui s'y constate, Georges de La Tour a peint une scène d'une extraordinaire humanité, où...

1 page - 1,80 ¤

Rembrandt : Autoportrait

Comme le dit Genet à propos de ce tableau ivre, le plus risqué qu'il ait jamais peint : « Il se présente dans sa folie de barbouilleur, fou de couleur, perdant la supériorité jouée et l'hypocrisie des simulateurs. Cela sera sensible dans les derniers tableaux. Mais il a fallu que Rembrandt se reconnaisse et s'accepte, comme être de chair - que...

1 page - 1,80 ¤

Le Caravage : Le Martyre de saint Matthieu

C'est l'époque troublée où Shakespeare écritHamlet, Gesualdo ses madrigaux aux chromatismes insensés. Mais Caravage, mort à 39 ans, jeté en prison souvent, a un autre versant à sa vie, fait d'amitiés sincères et solides, de protections ecclésiastiques jusqu'au sommet de la hiérarchie catholique. On ne doit pas oublier qu'il a portraituré Maffeo Barberini, futur pape, que son frère et son oncle...

1 page - 1,80 ¤

Peter Paul Rubens : Portrait de Suzanne Fourment

|| t:intitulé de la toile étonne car Je chapeau piqué de plumes n'est, à l'évidence, pas en paille. On l'a rebaptisé Portrait de Suzanne Fourment. On s'est aussi demandé quelles étaient les relations du peintre et de son modèle : Suzanne avait-elle été sa maîtresse ? Rien ne le prouve, mais tout le clame dans ce tableau enchanté par le bonheur et...

1 page - 1,80 ¤

Le Greco : Le Christ au jardin des Oliviers

|| Si le maniérisme est une exacerbation, que dire de la peinture du Greco, cette giclée, cette torsion flamboyante, toute en déhanchements, en courbes, ondoyante et convulsée ? Ici la chair se fond en jouissance métaphysique, en pâmoisons et en extases. Voyez le Cinquième sceau de !'Apocalypse, l'une des oeuvres les plus étranges du Greco avec sa représentation hallucinée de l'apôtre Jean,...

1 page - 1,80 ¤

Pierre Bruegel : La Conversion de saint Paul

|| À bien des égards, Bruegel « l'Ancien » paraît se situer dans la filiation de Bosch, à la suite d'une oeuvre qu'il paraît pour ainsi dire« continuer», comme en« témoigneraient» l'impressionnant Triomphe de la mort ou La Chute des anges rebelles ou mieux encore Dalle Grief. ||...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 ... 436 437 438 439 440 441

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo