LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
588 - Quel dramaturge se moque des précieux dans une célèbre pièce ?
A
Racine
B
Corneille
C
Molière
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C


Les nouveautés du site

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 8

||||  ÉLECTRE. - C'est justement ce que je ne peux supporter d'elle, qu'elle m'ait mise au monde. C'est là ma honte. Il me semble que par elle je suis entrée dans la vie d'une façon équivoque et que sa maternité n'est qu'une complicité qui nous lie. J'aime tout ce qui, dans ma naissance, revient à...

2 pages - 1,80 ¤

Acte I, scène 4 (Giraudoux, Électre)

  LE JARDINIER. — Moi j'appelle cela le sourire d'Électre. CLYTEMNESTRE. — Le sourire à ta main sale, à tes ongles noirs... ÉLECTRE. — Cher jardinier... LE JARDINIER. — Mes ongles noirs ? Voilà que mes ongles sont noirs ! Ne la croyez pas, Électre. Vous tombez bien mal, reine, aujourd'hui. Car j'ai passé ce ...

2 pages - 1,80 ¤

Extrait de l'Acte I, scène 3 - Giraudoux, Électre

LE PRÉSIDENT. — Mais je me place au point de vue du destin même, Égisthe I... Ce n'est quand même pas une maladie !... Croyez-vous donc qu'il soit transmissible ! LE MENDIANT. — Oui. Comme la faim l'est chez les pauvres. LE PRÉSIDENT. — J'ai peine à croire qu'il se contente, au lieu d'une famille royale, de notre petit clan...

2 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 2

LE PRÉSIDENT. — Cette enfant elle-même voit le défaut de votre argument. Sur nos fautes, nos manques, nos crimes, si Jr la vérité, s'amasse journellement une triple couche de terre, qui étouffe leur pire virulence : l'oubli, la mort, et la justice des hommes. Il est fou de ne pas s'en remettre à ...

3 pages - 1,80 ¤

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 1

Giraudoux, Électre: Extrait de l'Acte I, scène 1 PREMIÈRE PETITE FILLE. — La reine Clytemnestre a mauvais teint. Elle se met du rouge. DEUXIÈME PETITE FILLE. — Elle a mauvais teint parce qu'elle a mauvais sommeil. TROISIÈME PETITE FILLE. — Elle a mauvais sommeil parce qu'elle a peur. PREMIÈRE PETITE FILLE....

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre IV: J'aime à marcher à mon aise, et m'arrêter quand il me plaît. La vie ambulante est celle qu'il me faut...

J'aime à marcher à mon aise, et m'arrêter quand il me plaît. La vie ambulante est celle qu'il me faut. Faire route à pied par un beau temps, dans un beau pays, sans être pressé, et avoir pour terme de ma course un objet agréable : voilà de toutes les manières de vivre celle qui est la plus...

2 pages - 1,80 ¤

ROUSSEAU - Les Confessions, Livre IV: On s'assemble pour exécuter ma pièce

On s'assemble pour exécuter ma pièce. J'explique à chacun le genre du mouvement, le goût de l'exécution, les renvois des parties; j'étais fort affairé. On s'accorde pendant cinq ou six minutes, qui furent pour moi cinq ou six siècles. Enfin, tout étant prêt, je frappe avec un beau rouleau de papier sur mon pupitre magistral les cinq ou...

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre III: Que le coeur me battit en approchant de la maison de Mme de Warens... au reste sans m'épargner ni m'excuser.

Alors qu'il se trouve à Turin en position de faire ; carrière dans la diplomatie, Jean-Jacques entreprend dans l'allégresse une extravagante traversée des Alpes en compagnie de Bâcle, un jeune aventurier. Mais aux aient ours d'Annecy, les deux amis se trouvent à court d'argent et Rousseau songe alors avec inquiétude à l'accueil que lui réservera Mme de Warens....

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre III: On donnait ce jour-là un grand dîner, où, pour la première fois, je vis avec beaucoup d'étonnement le maître d'hôtel servir l'épée au côté et le chapeau sur la tête.

On donnait ce jour-là un grand dîner, où, pour la première fois, je vis avec beaucoup d'étonnement le maître d'hôtel servir l'épée au côté et le chapeau sur la tête. Par hasard on vint à parler de la devise de la maison de Solar, qui était sur la tapisserie avec les armoiries : Tel fiert qui ne tue...

3 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre II: Que ceux qui nient la sympathie des âmes expliquent...

Que ceux qui nient la sympathie des âmes expliquent, s'ils peuvent, comment, de la première entrevue, du premier mot, du premier regard, Mme de Warens m'inspira non seulement le plus vif attache- ment, mais une confiance parfaite et qui ne s'est jamais démentie. Supposons que ce que j'ai senti pour elle fût véritablement de l'amour, ce qui paraîtra tout...

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre II: Autant le moment où l'effroi me suggéra le projet de fuir m'avait paru triste...

Autant le moment où l'effroi me suggéra le projet de fuir m'avait paru triste, autant celui où je l'exécutai me parut charmant. Encore enfant, quitter mon pays, mes parents, mes appuis, mes ressources; laisser un apprentissage à moitié fait, sans savoir mon métier assez pour en vivre ; me livrer aux horreurs de la misère sans voir aucun...

5 pages - 1,80 ¤

ROUSSEAU - Les Confessions, Livre I: Avant de m'abandonner à la fatalité de ma destinée...

Avant de m'abandonner à la fatalité de ma destinée, qu'on me permette de tourner un moment les yeux sur celle qui m'attendait naturellement si j'étais tombé dans les mains d'un meilleur maître. Rien n'était plus convenable à mon humeur, ni plus propre à me rendre heureux, que l'état tranquille et obscur d'un bon artisan, dans certaines classes surtout,...

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre I: En moins d'un an j'épuisai la mince boutique de la Tribu...

En moins d'un an j'épuisai la mince boutique de la Tribu, et alors je me trouvai dans mes loisirs cruellement désoeuvré. Guéri de mes goûts d'enfant et de polisson par celui de la lecture, et même par mes lectures, qui, bien que sans choix et souvent mauvaises, ramenaient pourtant mon coeur à des sentiments plus nobles que ceux...

2 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre I: J'étudiais un jour seul ma leçon dans la chambre contiguë à la cuisine

J'étudiais un jour seul ma leçon dans la chambre contiguë à la cuisine. La servante avait mis sécher à la plaque les peignes de Mile Lambercier. Quand elle revint les prendre, il s'en trouva un dont tout un côté de dents était brisé. À qui s'en prendre de ce dégât ? personne autre que moi n'était entré dans...

3 pages - 1,80 ¤

Les Confessions, Livre I - Rousseau: Je sentis avant de penser...

Je sentis avant de penser : c'est le sort commun de l'humanité. Je l'éprouvai plus qu'un autre. J'ignore ce que je fis jusqu'à cinq ou six ans ; je ne sais comment j'appris à lire ; je ne me souviens que de mes premières lectures et de leur effet sur moi : c'est le temps d'où je date sans...

2 pages - 1,80 ¤

Pierre de Ronsard : J'aime la fleur de Mars, j'aime la belle Rose

J'ayme la fleur de Mars, j'ayme la belle Rose, L'une qui est sacrée à Venus la deesse, L'autre qui a le nom de ma belle maistresse, Pour qui ne nuict ne jour en paix je ne repose J'ayme trois oisetetz, l'un qui sa plume arrose De la ptuye de May, & vers le ciel se dresse : L'autre qui veuf...

2 pages - 1,80 ¤

Pierre de Ronsard : Je vous envoie un bouquet de ma main

Je vous envoye un bouquet de ma main Que j'ai ourdy de ces fleurs epanies : Qui ne les eust à ce vespre cuillies, Flaques à terre elles cherroient demain. Cela vous soit un exemple certain Que voz beautés, bien qu'elles soient fleuries, En peu de tems cherront toutes flétries, Et periront, comme ces fleurs, soudain. Le tems s'en va, te tems...

2 pages - 1,80 ¤

Comme le champ semé en verdure foisonne (Du Bellay)

Comme le champ semé en verdure foisonne, De verdure se hausse en tuyau verdissant, Du tuyau se hérisse en épi florissant, D'épi jaunit en grain que le chaud assaisonne : Et comme en la saison le rustique moissonne Les ondoyants cheveux du sillon blondissant Les met d'ordre en javelle, et du blé jaunissant Sur le champ dépouillé mille gerbes façonne...

2 pages - 1,80 ¤

Louise Labé: Je vis, je meurs : je me brûle et me noie

Je vis, je meurs : je me brute et me noye. J'ay chaut estreme en endurant froidure : La vie m'est et trop molle et trop dure. J'ay grans ennuis entremeslez de joye : Tout à un coup je ris et je tarmoye, Et en plaisir maint grief tourment j'endure : Mon bien s'en va, et à jamais il...

2 pages - 1,80 ¤

Clément Marot: Le Dizain de neige

Le Dizain de neige Anne, par jeu, me jeta de la neige, Que je cuidais froide certainement ; Mais c'était feu ; l'expérience en ai-je, Car embrasé je fus soudainement. Puisque le feu loge secrètement Dedans la neige, où trouverai-je place Pour n'ardre point ? Anne, ta seule grâce Eteindre peut le feu que je sens bien, Non point par eau, par...

2 pages - 1,80 ¤

François Villon: Le Testament du pauvre

LXXXV Premier, je donne ma pauvre âme A la benoîte Trinité, Et la commande à Notre-Dame, Chambre de la divinité, Priant toute la charité Des dignes neuf Ordres des cieux Que par eux soit ce don porté Devant le Trône précieux. LXXXVI Item, mon corps j'ordonne et laisse A notre grand mère la terre ; Les vers n'y trouveront grand graisse, Trop lui a fait...

2 pages - 1,80 ¤

Stéphane Mallarmé (1842-1898): Hérodiade

Oui, c'est pour moi, pour moi, que je fleuris, déserte ! Vous le savez, jardins d'améthyste, enfouis Sans fin dans de savants abîmes éblouis, Ors ignorés, gardant votre antique lumière Sous te sombre sommeil d'une terre première, Vous, pierres où mes yeux comme de purs bijoux Empruntent leur clarté mélodieuse, et vous, Métaux qui donnez à ma jeune chevelure Une splendeur...

2 pages - 1,80 ¤

Arthur Rimbaud: Une Saison en enfer

« Prêtres, professeurs, maîtres, vous vous trompez en me livrant à la justice. Je n'ai jamais été de ce peupte-ci ; je n'ai jamais été chrétien ; je suis de la race qui chantait dans le supplice ; je ne comprends pas les lois ;je n'ai pas le sens moral, je suis une brute : vous vous trompez......

2 pages - 1,80 ¤

Paul Verlaine: Mon Rêve familier

Je fais souvent ce rêve étrange et pénétrant D'une femme inconnue, et que j'aime, et qui m'aime, Et qui n'est, chaque fois, ni tout à fait la même Ni tout à fait une autre, et m'aime et me comprend. Car elle me comprend, et mon coeur, transparent Pour elle seule, hélas ! cesse d'être un problème Pour elle seule, et les...

2 pages - 1,80 ¤

Correspondances (Baudelaire)

La Nature est un temple où de vivants piliers Laissent parfois sortir de confuses paroles ; L'homme y passe à travers des forêts de symboles Qui l'observent avec des regards familiers. Comme de longs échos qui de loin se confondent Dans une ténébreuse et profonde unité, Vaste comme la nuit et comme la clarté, Les parfums, les couleurs et les sons...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 620 621 622 623 624 625 626 627 628 629 630 631 632 633 634 635 636 637 638 639 640 641 642 643 644 645 646 647 648 649 650 651 652 653 654 655 656 657 658 659 660 661 662 663 664 665 666 667 668 669 670 671 672 673 674 675 676 677 678 679 680 681 682 683 684 685 686 687 688 689 690 691 692 693 694 695 696 697 698 699 700 701 702 703 704 705 706 707 708 709 710 711 712 713 714 715 716 717 718 719

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature