LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
229 - Qui a affirmé que l'homme n'est pas libre parce qu'il est déterminé par son inconscient ?
A
Freud
B
Lacan
C
Jung
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
Lorsque Freud découvre au début de ce siècle la réalité de l'inconscient, il semble qu'il mette à jour chez l'homme des mécanismes incompatibles avec la liberté. En effet, l'inconscient n'est pas seulement un monde ignoré du sujet, c'est un monde rendu indépendant du sujet par le refoulement et les "résistances". Ce n'est pas seulement une partie de lui-même qu'il ne connaît pas, c'est aussi une partie qu'il ne peut pas connaître. De là un déterminisme qui échappe au contrôle de l'individu, aussi bien dans le détail de ses actes (rêves, actes manqués, humeurs, réactions...) que dans l'ensemble de son existence : l'individu ne paraît-il pas conditionné par son enfance ? N'est-il pas coincé entre des pulsions qui le rendent esclaves de son corps, des interdits sociaux qui l'enferment dans des complexes et enfin des formations imaginaires difficilement sublimées (art, religion, port, politique...) où il s'illusionne ?


Les nouveautés du site

Qu'est-ce qu'une politique juste?

Le questionnement sera porté sur la justice de la politique, car sur les définitions que nous avons données, le juste parait arbitrairement soumis à la politique. ·         Or, le juste est aussi un sentiment, alors que le politique ne l'est pas. On peut sentir, ressentir des lois comme iniques, alors même qu'elles sont posées par le politique. ·         Mais nous avons...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il opposer le rêve à la réalité ?

Le rêve désigne une activité psychique, avec suite d'images, se produisant pendant le sommeil. Pour Freud, il s'agit de l'expression d'un désir inconscient. Ce phénomène semble avoir affaire à l'imaginaire et à l'illusion. Quel est alors son rapport à la réalité ? Faut-il les séparer ou entretiennent-ils des relations d'association ?||Rien de plus naturel que cette opposition. Cela ne semble...

10 pages - 1,80 ¤

Peut-on penser le dépérissement de la religion?

Le monde actuel n'est-il pas ce qui nous permet de penser le dépérissement de la religion ? Mais, dans le même temps, la religion n'est-elle pas pour l'homme ce qui lui conserve l'espoir ? Peut-il seulement s'en passer ? Enfin, si quelque chose dans la religion dépérit, de quoi s'agit-il ? Proposition de plan.   1.      La religion dépérit ; le penser est d'autant plus possible que...

4 pages - 1,80 ¤

L'homme s'accomplit-il dans le travail

Proche, pour faire court de la définition que donnait Aristote, des esclaves. « L'esclave lui-même est une sorte de propriété animée [...] Si, en effet, chaque instrument était capable, sur une simple injonction, d'accomplir le travail qui lui est propre [...] si les navettes tissaient d'elles-mêmes [...] alors ni les chefs d'artisans n'auraient besoin d'ouvriers, ni les maîtres d'esclaves. » (« Politique », I,...

8 pages - 1,80 ¤

Pourquoi parle-t-on de création à propos de l'activité artistique?

La combinaison heureuse d'éléments divers au sein des choses, le bon accord des formes ou des couleurs déterminent en nous plaisir ou même joie. C'est de cette émotion engendrée par la beauté vivante qu'est partie la conception qui voit dans l'oeuvre d'art une copie du réel. La beauté naturelle fut antérieure au beau artistique. Dès lors, ne convient-il...

6 pages - 1,80 ¤

Si la vie était belle y aurait-il de l'art ?

Comment, dès lors, comprendre le rôle de l'art si nous refusons de le considérer comme une activité visant à nous rassurer en nous donnant une vision idéalisée de la vie ?   Pour répondre à ce problème, il nous faut revenir sur la notion de beauté. La beauté est en en effet moins ce qui nous procure un plaisir que ce...

6 pages - 1,80 ¤

La liberté de penser consiste t'elle pouvoir penser tout et n'importe quoi?

Peut-on, en droit, définir cette liberté si fondamentale et si chère à l'individu, comme le pouvoir penser tout ce qu'on veut, indifféremment ? N'est-ce pas bien au contraire une négation de cette liberté de penser que d'en faire une simple capacité du « tout et n'importe quoi «Â ? N'est-ce pas dans la réflexion de la pensée sur...

6 pages - 1,80 ¤

Sommes-nous responsables de nos passions ?

Cette constatation est souvent faite par notre entourage ; elle est faite quelquefois par nous-même.Quand la passion a poussé des racines profondes dans l'individu, quand elle est parvenue à son plein développement, elle acquiert une force presque irrésistible. Le joueur, l'amoureux, l'avare, l'ambitieux sont véritablement les esclaves de leur passion. Ne serions-nous pas...

5 pages - 1,80 ¤

Comment le passé peut-il demeurer présent ?

Il faut opposer actualité et histoire. L'histoire est une distance par rapport au temps. Demeurer dans le passé c'est en vérité être prit dans le récit historique des faits, ainsi grâce à l'histoire le passé est vivant, il est actualisé, donc il ne se confond plus avec la mort, avec le pur disparaître. Car en vérité, il faut...

2 pages - 1,80 ¤

PEUT-ON LÉGITIMER UNE CROYANCE?

L'histoire des sciences est faite de ruptures. Thomas Kuhn parle de « révolutions scientifiques » lorsque les scientifiques changent les principes qui légitiment selon eux les connaissances. Ces principes sont ce qu'il appelle des « paradigmes », c'est donc le paradigme d'une époque qui légitime ou non une croyance scientifique. Valeur explicative d'une croyance. Les hypothèses sont retenues par les scientifiques lorsqu'elles représentent les...

3 pages - 1,80 ¤

Ne faut-il tenir pour vrai que ce qui peut être démontré?

Je ne peux pas ne pas tenir pour vraie l'affirmation «Je suis », car même si je le voulais, j'affirmerais encore par là que «je suis» celui qui veut. Deux caractères déterminent donc l'évidence cartésienne : la clarté de l'objet pensé (le fait qu'il soit directement présent, lui et pas un autre, sans obscurité) et la distinction, l'absence de...

4 pages - 1,80 ¤

N'y a t-il de science que de ce qui est mathématisable ?

Comme elle n'a pas à subir la contradiction de l'expérience, ses énoncés sont inattaquables hors de la théorie dans laquelle ils sont établis. C'est là sa force. Aujourd'hui, sa logique tend à se répandre dans toute science. c) Certitude des résultats. - Ses principes sont simples, bien définis et facilement concevables (quelques réserves sont à faire sur ceux de...

3 pages - 1,80 ¤

Faut-il respecter les traditions?

Note : 7/10

||HTML clipboardL'histoire n'est-elle pas une marche vers une plus grande perfection. Les traditions sont donc un frein au développement de l'histoire vers la raison. Kant verra avec enthousiasme dans la Révolution française une preuve de la disposition morale du genre humain. Il veut interpréter l'histoire de l'humanité comme la réalisation progressive de la moralité...

5 pages - 1,80 ¤

La disponibilité

Note : 7/10

1,80 ¤

La beauté est elle nécessaire à la vie ?

Note : 9/10

La banalité provinciale de Madame Bovary est insignifiante. Sous cette pauvreté se cache aussi l'absurde. Il y a le réalisme de Zola qui décrit la vie humaine qui proche de la vie animale dans toutes ses turpitudes, et la description de l'ennui par Musset dans Confession d'un enfant du siècle. On n'hésite plus à décrire le mal du...

2 pages - 1,80 ¤

L'homme doit-il protéger la nature ou bien s'en protéger ?

Note : 9/10

Pour définir le rapport technique que l'homme entretient avec la nature, le texte de Descartes pourra être utile. Il faudra alors montrer les conséquences de la domination technique de l'homme sur la nature, et prendre la nature à la fois comme un terrain d'exercice de la puissance de l'homme et comme un environnement nécessaire à la vie : ce second...

3 pages - 1,80 ¤

Une croyance est-elle toujours religieuse?

Note : 9/10

  Croire, c'est adhérer à une proposition, à une thèse, à une valeur dont on ne donne aucune justification rationnelle. C'est affirmer quelque chose qu'on tient pour vrai sur la simple foi de l'autorité ou de la confiance. Nous voyons que l'aspect religieux n'est pas une condition nécessaire à la réalité de la croyance. Croire en la solidité d'une...

3 pages - 1,80 ¤

Est-il paradoxal de croire en la science?

Note : 5.4/10

I. Une croyance athée * Le savoir s'oppose à la superstition.Croire en la science, c'est d'abord croire en la rationalité, en la force universelle des démonstrations et des preuves rationnelles. Or les religions comportent la plupart du temps des éléments irrationnels et une référence au surnaturel (par exemple, les miracles) que le rationaliste désigne souvent comme de la...

5 pages - 1,80 ¤

L'obéissance n'exclut-elle nécessairement la liberté ?

Note : 5.4/10

Ces derniers constituent un élément de désunion sociale (c'est la le danger interne de toute démocratie), tandis que la loi, qui vise l'intérêt commun, en constitue l'élément unificateur. Obéir aux lois, c'est donc obéir à ce qui est favorable à la communauté, c'est donc contribuer à faire de la cité un organisme politique autonome, donc libre.     II. L'obéissance est...

2 pages - 1,80 ¤

La vie a t-elle un sens ?

Note : 5.4/10

||La vie, si elle est produite librement par l'homme, n'a donc aucun sens propre: par elle-même la vie n'a pas de sens. Celui-ci ne vient pas des événements objectifs qui s'y passent: un décès peut être soulagement ou horrible perte; une maladie, épreuve difficile ou source de régénération; une naissance, gêne ou joie attendue....

6 pages - 1,80 ¤

Peut on critiquer la technique ?

Note : 5.4/10

L'être même du réel se manifesterait de derrière ces expériences privilégiées, se donnant et se confiant à la garde de l'homme. [...] La technique supprime le privilège de cet enracinement[...]"             2. bilan sur les enjeux: le principe espérance?             CONCLUSION             La communication, ce mode de mise en commun et de partage entre les hommes, prend des dimensions surhumaines ou inhumaines lorsqu'une telle communication...

5 pages - 1,80 ¤

Qui a peur de la liberté

Note : 5.4/10

. »Par nature l'homme est évidemment influençable mais il est aussi raisonnable et libre. Comment, dans ces conditions comprendre l'incompréhensible ?La Boëtie voit dans cet état de fait la conséquence d'une double dénaturation. Les gouvernés, d'abord, par habitude, paresse et facilité abdiquent rapidement. Ils jugent plus confortable de laisser à un tiers le soin de prendre à leur...

8 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1550 1551 1552 1553 1554 1555 1556 1557 1558 1559 1560 1561 1562 1563 1564 1565 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 ... 2008 2009 2010 2011 2012 2013

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit