LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
81 - Qui a écrit "Du contrat social" ?
A
Rousseau
B
Kant
C
Tocqueville
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
Dans ce livre, Rousseau estime que les bases du corps politique reposent sur l'accord de tous ses membres, créant ainsi une obligation réciproque. Par ce contrat librement consenti, l'individu renonce à son indépendance naturelle. Mais, en dépit de l'inégalité des dons, il bénéficie de l'égalité juridique et morale d'une vraie société d'où toute forme de servitude se trouve par nature exclue. Ce corps politique unitaire est souverain. Son unique expression est la «volonté générale», somme des volontés individuelles, mais indivisible, inaliénable, et réside dans tous les membres du corps politique. Cette volonté agit en promulguant des lois que le gouvernement, simple émanation du pouvoir souverain, doit se borner à appliquer. Ce gouvernement ne doit jamais se substituer à la souveraineté législative ; sinon, l'Etat est détruit, le contrat social déchiré. Il n' y a plus de simple souverain, mais des maîtres et des esclaves.


Les nouveautés du site

Peut-on considérer les droits de l'homme indépendamment de ceux du citoyen ?

L'homme n'est pas qu'un citoyen L'homme, dans l'expression «droits de l'homme», ce n'est pas seulement un «animal politique». C'est aussi et surtout la plus haute idée que l'on peut se faire de l'être humain accompli. Les exigences qui sont des droits de l'homme sont définies à partir d'un tel idéal. Les droits du citoyen ne sont que des pouvoirs Ces droits...

2 pages - 1,80 ¤

Toutes les inégalités sont-elles des injustices ?

Les droits formels sont ceux reconnus théoriquement par les lois. Les droits réels quant à eux sont ceux relatifs à la possibilité effective d'exercer ces fameux droits octroyés théoriquement. La différence est de taille et dans l'idéal d'une société parfaitement égalitaire, les deux notions se recoupent, Marx souligne que ce n'est pas le cas. Ainsi, la loi reconnaît...

4 pages - 1,80 ¤

Le devoir du politique est-il de donner satisfaction à l'opinion publique ?

On vit tranquille aussi dans les cachots ; en est-ce assez pour s'y trouver bien ?" Si la fin de l'État est le bien commun, c'est à la volonté générale de le gouverner. Le passage de l'état de nature à l'état civil est le passage nécessaire du conflit des intérêts particuliers à leur accord. Une société ne peut...

4 pages - 1,80 ¤

L'intérêt est-il le seul lien social ?

||• La formulation du sujet invite à centrer son attention sur le mot «seul». Bien plus, elle invite aussi dans une certaine mesure à une réponse négative. A côté de l'intérêt strictement économique, on peut supposer d'autres types de liens, comme les liens politiques. Peut-on parler d'un intérêt politique, ou bien faut-il réserver ce terme d'intérêt aux seuls...

4 pages - 1,80 ¤

La morale a-t-elle sa place dans l'économie ?

[Marx et Engels, Manifeste du parti communiste]   II)                L'éthique fait-elle réellement son entrée dans les rapports économiques ?   A)    Nous assistons, ces quelques dernières années, à ce qui ressemble à une intégration de la morale ou de l'éthique dans l'économie. Nous parlons aujourd'hui de « commerce équitable », « d'éthique de l'entreprise » etc. On cherche non plus le profit à tout prix, mais à réinstaurer un...

4 pages - 1,80 ¤

L'État est-il l'ennemi de la liberté ?

Sur les ruines de l'État pourront alors s'établir de libres associations.La doctrine anarchiste implique un postulat tout à fait opposé à celui des absolutistes, ou des partisans de l'État totalitaire. Pour ces derniers en effet, les hommes sont bêtes et méchants ; il faut donc les soumettre à une discipline sévère. A ce pessimisme foncier, les anarchistes opposent...

7 pages - 1,80 ¤

L'idée d'inconscient exclut-elle l'idée de liberté ?

En effet, comment soutenir que seul le corps puisse déterminer les manifestations inconscientes. On peut certes convenir, par exemple, que des hormones sont génératrices de pulsions érotiques. Mais, ce fait en aucun cas ne saurait expliquer l'infinie richesse des affections humaines, l'incroyable plasticité de l'âme en proie au trouble du désir. Aussi, préférerons-nous la thèse freudienne qui interprète...

8 pages - 1,80 ¤

Existe-t-il une contradiction entre l'affirmation de la liberté humaine et l'affirmation scientifique du déterminisme ?

le dualisme cartésien : en tant que corps, l'homme appartient à la nature et est soumis à ses lois, mais en tant qu'âme, que pensée, il leur échappe. c) Poser que le déterminisme de la nature est total et que l'homme n'y échappe pas ; que la liberté humaine est donc illusoire. Le rationalisme cartésien nous montre déjà...

3 pages - 1,80 ¤

Le physicien a-t-il affaire à la réalité ?

[Plus la science physique progresse, plus le physiciens'éloigne de la réalité tel qu'il nous apparaît concrètement. Un concept physique comme l'atome rompt totalement avec l'expérience sensible.]   Le physicien ne parle pas du réel Il n'y a aucun rapport entre le temps du physicien et celui vécu. Le temps mesuré par le scientifique est un...

6 pages - 1,80 ¤

En quel sens peut-on dire qu'on expérimente avec sa raison ?

« ... Les instruments ne sont que des théories matérialisées... ». Au niveau de l'expérimentation, l'cc activité rationaliste » est encore plus nette qu'au moment de la seule observation. Car les outils de l'expérimentation sont eux mêmes des produits de la raison et de la théorie. Et cela apparaît de façon éclatante même au niveau des appareils les plus...

10 pages - 1,80 ¤

Quel rôle joue l'expérience dans la connaissance des hommes ?

L'expérience cruciale consiste à élaborer une expérience dans laquelle sont confrontées des hypothèses incompatibles, si bien qu'une seule pourra être vérifiée, et que si elle l'est, l'autre sera du même coup invalidé. Ainsi  pour expliquer le mouvement des marées on peut établir deux hypothèses. La première consiste à penser que le mouvement est causé par  attraction (c'est-à-dire par...

4 pages - 1,80 ¤

Est-ce au même titre que l'on parle de sciences de la nature et de sciences de l'homme ?

Durkheim) mesurables et quantifiables. On assiste, par exemple, à l'apparition d'une sociologie (que A. Comte définit comme une « physique sociale ») basée sur la statistique sociale, ou d'une psychologie basée sur une psychométrie mesurant les phénomènes psychiques en intensité, en fréquence ou en durée ; - des phénomènes obéissant aux lois d'un déterminisme mécanique. c) Les sciences humaines d'inspiration...

2 pages - 1,80 ¤

Les êtres vivants sont-ils comme des machines ?

||La machine est une source inépuisable de métaphores pour penser l'être vivant. Tube digestif, rotules sont des parties du corps qui évoquent des pièces mécaniques. Le coeur n'est-il pas l'équivalent d'une pompe? Cependant, on ne manque pas non plus d'observer que le vivant ne se réduit pas à un agencement mécanique d'organes. Il y...

8 pages - 1,80 ¤

Vous paraît-il nécessaire d'imposer des limites à la recherche sur le vivant ?

Note : 10/10

||Ici, l'analyse peut porter principalement sur les trois parties de la question. « Imposer des limites » : cela peut prendre la forme d'un décret, d'une loi, d'un appel à la conscience des chercheurs, ou même de sanctions. Il y a des degrés dans l'imposition. Une limite s'impose-t-elle seulement, ou bien doit-elle être consentie ? Dans un cas,...

4 pages - 1,80 ¤

Faut-il tenir les scientifiques pour responsables de l'usage que l'on fait de leurs découvertes ?

Note : 10/10

||La problématique s'articule à l'analyse précédente. En fait, deux problématiques se croisent dans ce sujet.D'abord, a-t-on raison de distinguer les découvertes scientifiques de l'usage qu'«on» en fait ? Ne peut-on pas au contraire penser que certains usages possibles d'une découverte sont déjà «prédestinés» en elle ? La science est-elle passive devant les utilisations qu'on en fait ? Cette...

2 pages - 1,80 ¤

Les hommes peuvent-ils être responsables devant les générations futures ?

Note : 5.1/10

Cependant, comme pour l'enfant, la responsabilité vis-à-vis des générations futures se fonde aussi sur la cause elle-même. Nous avons, nous, hommes d'aujourd'hui, la responsabilité sans réciproque de l'humanité future.«L 'avenir de l'humanité est la première obligation du comportement collectif humain à ...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on être responsable sans être coupable ?

Note : 5.3/10

La responsabilité ne s'arrête pas à l'action, elle peut être morale.       II) Le responsable n'est pas coupable.   A)    Il semblerait que l'on puisse être « responsable de » sans être forcément « coupable de ». Prenons l'exemple de parents qui sont responsables des actes de leurs enfants mineurs. Si un d'eux commet un acte illicite ; il est jugé coupable de cette transgression de...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on avoir le droit de mentir ?

Note : 5.3/10

Car il nuit toujours à autrui : même si ce n'est pas à un autre homme, c'est à l'humanité en général, puisqu'il disqualifie la source du droit. Si l'illusion est la réalisation hallucinée d'un désir, on comprend qu'elle puisse aider à vivre : une espérance illusoire ne vaut-elle pas mieux qu'une vérité désespérante...

8 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il des actes impardonnables ?

Note : 5.3/10

||●    Il semble alors indispensable d'interroger la nature du pardon. En effet, le sujet de la dissertation, nous l'avons vu, nous demande de mesurer, de limiter, les surfaces respectives de la faute, du pardon, de la justice. La question du sujet est celle d'une possible incommensurabilité entre la gravité de la faute et l'effectivité du pardon. S'il y...

4 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il un devoir de mémoire ?

Note : 5.3/10

.. brisées.« Je veux dire » va introduire l'explicitation de la notion de force plastique, de puissance de construction et d'élaboration de formes. Tout d'abord, NIETZSCHE conçoit cette force comme un pouvoir de se déployer et de s'épanouir en se transcendant hors de soi vers l'extérieur (« se développer hors de soi-même »), pouvoir de croître, de s'agrandir...

5 pages - 1,80 ¤

Peut-on qualifier d'inhumaines certaines actions de l'homme ?

Note : 5.3/10

||• Remarquer le caractère paradoxal de l'énoncé (et ne pas croire qu'il s'agit ici de savoir si on a le droit de juger moralement — et de condamner — d'autres hommes).• Se demander à quelles conditions il ne serait pas contradictoire de qualifier à la fois les mêmes actes d'« humains » et « inhumains ».• Ne s'agirait-il...

3 pages - 1,80 ¤

La prise en compte des différences culturelles vous paraît-elle remettre en question l'existence de valeurs universelles ?

Note : 5.3/10

.../... Ainsi les valeurs universelles existent bien, mais elles sont volontairement détournées par les institutions qui veulent renvoyer telle image, ou qui veulent que son peuple réponde à tel et tel critère. Ainsi l'on voit bien que les différentes cultures ne sont pas un obstacle aux valeurs universelles. Ces dernières sont simplement cachées derrière des...

8 pages - 1,80 ¤

Peut-on dire qu'une civilisation est supérieure à une autre ?

Note : 5.3/10

Oui, mais selon des critères relatifs. Si on répond "oui" selon des critères absolus (pour décréter la supériorité de l'homme occidental sur les autres hommes), alors on énonce une thèse raciste (racisme culturel). Mais on ne peut répondre que par référence à certains critères : dans tel domaine, telle civilisation est plus avancée que les autres. Dans le...

6 pages - 1,80 ¤

La valeur d'une civilisation est-elle fonction de son développement technique ?

Note : 5.3/10

Leur possibilité d'action sur la nature se trouve ainsi considérablement agrandie. Sans doute, l'usage d'outils est-il propre à des animaux. Ainsi, par exemple, les singes peuvent contre leurs ennemis, se servir de pierres ou prendre tout ce qu'ils peuvent trouver qui a une force percutante. Mais ces outils ne sot pas fabriqués, ils...

9 pages - 1,80 ¤

Les objets techniques nous imposent-ils une façon de penser ou seulement une manière de vivre ?

Note : 5.3/10

||Les concepts ne posent pas apparemment de problèmes particuliers. Et pourtant, première remarque, le sujet conçoit d'emblée la technique comme un monde de choses, d'objets. Ainsi réduite à des choses, la technique semble directement «imposer» une manière de vivre, et indirectement seulement une manière de penser. Mais les techniques intellectuelles (comme l'écriture) sont-elles des objets? Ne réduit-on pas...

5 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1555 1556 1557 1558 1559 1560 1561 1562 1563 1564 1565 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 ... 1888 1889 1890 1891 1892 1893

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo