LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
144 - Pour Marx, la religion est ... du peuple ?
A
le cannabis
B
l'opium
C
l'héroïne
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : B
Correction :
Dire que la religion est l'opium du peuple, c'est dire qu'elle a un rôle ambigu, car elle endort le peuple et en même temps, elle soulage ses souffrances. Pour Marx, il faut se débarrasser de la religion pour voir la réalité telle qu'elle est, même si c'est douloureux. Sans religion, l'homme n'aura plus de consolation de sa misère, mais c'est justement pour cela qu'il cessera d'accepter cette misère et se révoltera contre sa condition et contre ceux qui en profitent.


Les nouveautés du site

Faudrait-il vivre sans passions ?

Ainsi, nous avons affaire d'un côté à des mécanismes passagers (émotions) et, de l'autre (passions), à des phénomènes durables et enracinés dans la pensée. La passion fait partie de nous et de notre psychisme. Elle est en quelque sorte intégrée dans notre démarche réflexive et c'est cette structure qui la rend infiniment plus dangereuse que l'émotion, qui est...

4 pages - 1,80 ¤

La valeur de l'erreur ?

..). b) Rôle de la science, et de l'éducation en général = nous délivrer de nos préjugés, de nos croyances mal fondées- de nos erreurs. c) L'erreur (du latin errare, se tromper) est, en ce sens, le pur opposé de la vérité : c'est au point que certains philosophes l'ont définie comme un néant (Descartes, par exemple). 2° On établit que...

2 pages - 1,80 ¤

Le privilège de l'homme est-il de pouvoir dépasser le présent ?

 Le privilège de l'homme est-il de pouvoir dépasser le présent ? Dépasser le présent, c'est là le fait d'un être rationnel C'est parce que nous avons le privilège de pouvoir dépasser le moment qui passe que l'on nous tient pour responsables des conséquences de nos actions. C'est encore pour la même raison que nous sommes à même de tirer des leçons...

3 pages - 1,80 ¤

L'idée de liberté est-elle compatible avec le concept d'inconscient ?

La réponse à ces questions est du plus grand intérêt pour le problème qui nous occupe, car elle conditionne l'idée que l'on se fait de la place du moi dans l'appareil psychique. Si l'on admet que le moi conscient garde une autonomie par rapport à l'inconscient, ce dernier n'apparaît plus comme une fatalité, mais comme un obstacle à la...

7 pages - 1,80 ¤

Les hommes ont-ils besoin de grands hommes pour faire leur histoire ?

Sujet : Les hommes ont-ils besoin de grands hommes pour faire leur histoire ? Le grand homme paraît faire l'histoire de son temps Iskander (Alexandre le Grand) est, selon le Coran, celui d'entre les mortels à qui fut donné de découvrir une fois pour toutes les limites du monde. C'est dire si les grands hommes - et surtout les grands conquérants...

2 pages - 1,80 ¤

Peut-on et doit-on tout dire ?

Les obstacles à l'exhaustivité du discours Avons-nous la possibilité de tout dire ? De multiples censures, d'ordre politique ou social, semblent nous inciter à répondre à cette première question par la négative. Cette autre censure qui, selon Freud, contraint nos désirs inconscients à revêtir un masque - particulièrement lorsque nous rêvons - constitue, elle aussi, un obstacle à la complète...

2 pages - 1,80 ¤

La vérité mathématique est-elle le modèle de toute vérité ?

Le raisonnement déductif. La démonstration mathématique est nécessaire (ou apodictique). Sa force probatoire s'impose comme une obligation à l'esprit. On appelle raisonnement déductif, écrit le mathématicien Jean Dieudonné, « un enchaînement de propositions disposées de telle sorte que le lecteur (ou auditeur) se voit contraint de considérer comme vraie chacune d'elles, dès qu'il a admis la vérité de celles...

2 pages - 1,80 ¤

En quoi la réflexion sur les sciences nous instruit-elle sur l'esprit humain ?

Or ce qui caractérise avant tout l'esprit scientifique, c'est le sens du problème : « Avant tout, il faut savoir poser des problèmes. Et quoi qu'on dise, dans la vie scientifique, les problèmes ne se posent pas d'eux-mêmes. » Même une connaissance acquise par un effort scientifique n'est pas définitive et doit être questionnée. Des manières de poser...

4 pages - 1,80 ¤

Liberté et loi civile ?

B. Deuxième partie : « Non [...] liberté. » Ce second grand moment achève et explicite le premier : non seulement l'État assure la sécurité des individus, mais il permet leur accès à la liberté. Nous montons ici d'un degré: c'est le passage à la liberté rationnelle qui permet de comprendre le vrai sens du texte. Quelle est la fin...

4 pages - 1,80 ¤

Autrui comme limite à ma liberté ?

Autrement dit, loin que l'on doive opposer mon être pour moi-même à mon être pour autrui, « l'être-pour-autrui apparaît comme une condition nécessaire de mon être pour moi-même » : « L'intuition géniale de Hegel est de me faire dépendre de l'autre en mon être. Je suis, dit-il, un être pour soi qui n'est pour soi que par un autre. » Mais Hegel n'a...

3 pages - 1,80 ¤

Religion et politique ?

Magie, religion et manipulation des foules Très tôt, certains ont voulu voir dans la religion un instrument de domination, voire d'asservissement des esprits. Le traité hippocratique De la Maladie sacrée (v' siècle av. J.-C.) vitupère «les mages, les expiateurs, les charlatans, les imposteurs» : ces gens, déclare le rédacteur de ce traité médical, ne considèrent l'épilepsie ni comme sacrée...

1 page - 1,80 ¤

Valeur sociale de la technique ?

1950) que l'on a trouvé maintes fois occasion de nuancer, voire de récuser l'optimisme des philosophes des Lumières : tous, en effet (Voltaire, Diderot, Condorcet, etc.), à l'exception de Rousseau, semblent avoir fondé sur le progrès des techniques des espoirs exagérés sans nul doute. Comte : la technique, «retombée» nécessairement positive de la science C'est que la technique, parce qu'elle...

1 page - 1,80 ¤

Technique et asservissement de la nature ?

Aristote et la tradition grecque faisaient de la science une activité libre et désintéressée, n'ayant d'autre but que de comprendre le monde, d'en admirer la beauté. La vie active est conçue comme coupée de la vie spéculative, seule digne non seulement des hommes, mais des dieux. Descartes subvertit la tradition. D'une part, il cherche des « connaissances qui soient fort...

3 pages - 1,80 ¤

L'homme et l'outil ?

Impuissance initiale de l'homme Pour assurer sa simple survie, l'homme n'a été doté par la nature que de moyens assez faibles. Dans le mythe du Protagoras de Platon, Socrate affirme que tout se passe comme si les dieux avaient initialement chargé deux frères - Prométhée et Épiméthée - d'attribuer à chaque espèce animale des «qualités appropriées». L'oublieux Épiméthée, voulant effectuer...

3 pages - 1,80 ¤

Mises en cause de l'idéal de vérité ?

Machiavel : le prince doit savoir recourir au mensonge Si les hommes étaient tous des gens de bien, écrit Machiavel (1469-1527), on serait tenu de leur parler constamment de façon véridique. «Mais comme ils sont méchants et qu'ils ne te garderaient pas leur foi [c.-à-d.: leur parole], toi non plus [c.-à-d. : toi, le prince, à qui est dédié mon...

3 pages - 1,80 ¤

Vérité et validité ?

Vérité matérielle et vérité formelle On appelle prémisses d'un raisonnement l'«antécédent d'un raisonnement» (J. Salem, Introduction à la logique formelle et symbolique, 1987), c'est-à-dire la (les) proposition(s) dont se déduit la conclusion du raisonnement en question. Or, il est possible qu'un raisonnement soit vrai, alors que sa conclusion, ainsi que ses prémisses, sont matériellement fausses. Voici, par exemple, deux inférences...

1 page - 1,80 ¤

Réhabilitation de la passion ?

Rousseau, Fourier : les passions, gages de la perfectibilité de l'homme   Perfectibilité: Notion forgée par Rousseau pour désigner la faculté de l'homme à dépasser les déterminations de l'instinct grâce à l'acquisition perpétuelle de nouvelles capacités qui perfectionnent son action et son entendement. «Quoi qu'en disent les moralistes, écrit Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), l'entendement humain doit beaucoup aux passions, qui d'un commun...

3 pages - 1,80 ¤

La passion comme illusion : l'exemple privilégié de l'amour-passion ?

La passion comme effet d'une auto-suggestion Choderlos de Laclos (1741-1803), Crébillon (1674-1742), et bien d'autres littérateurs qui ont observé la passion amoureuse se sont plu à peindre celle-ci comme le résultat d'une sorte d'auto-suggestion. Le plaisir est «l'unique mobile de la réunion des deux sexes», affirme un personnage des Liaisons dangereuses (1782). «Et si l'on se dit encore qu'on...

1 page - 1,80 ¤

La passion, mouvement naturel ?

■ Ce modèle est fécond pour les sciences - la médecine en particulier, qui cherche à comprendre le, fonctionnement du corps pour agir sur lui. Mais il est philosophiquement limité. Il ne nous révèle pas l'être même du corps.B. L'union de l'âme et du corps■ En effet, cette conception, utile scientifiquement, ne correspond pas à l'expérience vécue de...

9 pages - 1,80 ¤

La passion, maladie de l'âme ?

Les Stoïciens : irrationalité des passions La passion est, si l'on se fie à l'étymologie, synonyme de passivité. Selon le stoïcien Zénon de Cittium (III siècle av. J.-C.), la passion constitue un «trouble» ; c'est un «un mouvement de l'âme qui s'écarte de la droite raison et qui est contraire à la nature», une «tendance sans mesure» (cité par...

3 pages - 1,80 ¤

Temps et éthique ?

Parmi les désirs naturels, il y en a qui sont nécessaires, et d'autres dont l'objet n'est que naturel, sans être nécessaires. Parmi les nécessaires, il y en a qui regardent notre bonheur, d'autres la tranquillité continue du corps, d'autres enfin l'entretien de la vie. Une théorie exacte de ces désirs sait ce qu'il faut fuir ou rechercher pour la...

1 page - 1,80 ¤

Temps et changement ?

«Y aurait-il un temps», selon le mot de d'Alembert, «s'il n'y avait rien du tout ?» (Essai sur les éléments de philosophie, 1759-1767). Ou bien, pour le dire un peu autrement : y aurait-il un temps dans un univers immuable, ne comportant pas le moindre changement ? Aristote, comme Platon, répondent à cette dernière question par la négative...

1 page - 1,80 ¤

L'histoire : questions de méthode ?

La question de l'objectivité en histoire Fénelon, dans une définition célèbre, a proposé un idéal évidemment inaccessible : «le bon historien, disait-il, n'est d'aucun temps ni d'aucun pays» (Lettre à l'Académie, 1714). Il est assurément certain que l'historien est toujours tributaire, peu ou prou, des préoccupations de son époque, voire des préjugés propres à son milieu. Lorsque nous lisons les...

5 pages - 1,80 ¤

L'histoire : une source de leçons ?

Histoire réelle et histoire pensée «Le même mot, comme le constate Raymond Aron (1905-1983), en français, en anglais, en allemand, s'applique à la réalité historique et à la connaissance que nous en prenons. Histoire, history, Geschichte désignent à la fois le devenir de l'humanité et la science que les hommes s'efforcent d'élaborer de leur devenir» (La Philosophie de l'histoire,...

1 page - 1,80 ¤

Langage et pensée ?

Descartes : le langage n'a chez l'homme que des organes d'emprunt Le larynx, la langue, le voile du palais, ou même les muscles appelés «cordes vocales» ne sont, primitivement, comme l'a souligné le docteur Ombredane, que des «organes de respiration et d'alimentation, et le demeurent dans le temps même où le langage se constitue et s'exerce» (L'Aphasie et l'élaboration...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1555 1556 1557 1558 1559 1560 1561 1562 1563 1564 1565 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 ... 1895 1896 1897 1898 1899 1900

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo