LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
18 - Pour Platon, quel est le but de l'art ?
A
De donner l'illusion de la réalité
B
De dévoiler la vérité du monde
C
De neutraliser le vouloir-vivre
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
Pour Platon, l'art représente l'apparence. L'art ne nous dit donc rien sur la réalité. L'artiste est un illusionniste qui sait reproduire n'importe quelle apparence. Il ne trompe que les ignorants. Dans la République, Platon affirme que la connaissance ou la réflexion est exclue de toute contemplation esthétique. En fait, Platon reproche à l'artiste son incompétence. Il déforme ce qu'il imite, l'embellit artificiellement, et, empêche l'accès à la Vérité des Idées.


Les nouveautés du site

Peut-on douter de tout ?

«Tout échappe à la compréhension», dit Sextus Empiricus. Le scepticisme. Le scepticisme est défini par Lalande comme : « La doctrine d'après laquelle l'esprit humain ne peut atteindre avec certitude aucune vérité ». L'esprit se déclare incapable d'affirmer ou de nier quoi que ce soit. 1° Scepticisme antique et doute cartésien. On sait que les « Méditations » de Descartes commencent, elles aussi, par l'exercice d'un doute...

6 pages - 1,80 ¤

Admettriez-vous que dire c'est faire ?

Note : 8/10

.../... Une telle doctrine semble d'abord étrange, sinon désinvolte ; mais pourvue de garanties suffisantes, elle peut en venir à perdre toute étrangeté." AUSTIN in "Quand dire, c'est faire", 1ère conférence, Paris, Editions du Seuil, 1970. C) La parole littéraire et poétique : dire, c'est faire Ici, nous atteignons le dernier niveau d'analyse : car la parole,...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on se soustraire au temps ?

Note : 8/10

||• «Peut-on » signifie, dans cet intitulé de sujet, « est-il possible », mais aussi « est-il légitime ». C'est donc la notion de possibilité, mais aussi de légitimité, qu'il faudra questionner ici. Qu'est-ce, maintenant, que le temps ? Il désigne, en une première acception de ce terme, le changement perpétuel transformant le présent...

4 pages - 1,80 ¤

Les autres nous aident-ils à nous connaître ou nous en empêchent-ils ?

Note : 8/10

|| « Les autres » désigne ceux qui diffèrent de moi, qui ne sont pas moi, à savoir tout homme par rapport à moi. Ici, il s'agit, bien entendu, des autres consciences. Notons qu'autrui est à la fois "alter" et "ego", le différent et le même que moi. « Aider / aident-ils », faciliter, permettre. « Se connaître »,...

13 pages - 1,80 ¤

Quelle différence y a-t-il entre désirer et vouloir ?

Note : 8/10

Bien lire le sujet: il ne s'agit pas dans ce sujet de dresser une liste des différences entre le désir et la volonté. Outre que cette liste se poursuivrait indéfiniment, elle ne suffirait pas à formuler un problème satisfaisant. Même si une telle recherche peut être utile pour offrir une matière à la réflexion, il faut surtout penser...

4 pages - 1,80 ¤

Penser, c'est dire non ?

Note : 8/10

L'esprit est cette puissance en n'étant pas semblable au positif qui se détourne du négatif. [...] Mais l'esprit est cette puissance seulement en sachant regarder le négatif en face et en sachant séjourner près de lui. » (Hegel, Préface à La Phénoménologie de l'Esprit, tome 1, Aubier, p. 29). Du même coup, le « non » appelle le «...

5 pages - 1,80 ¤

A quoi sert la philosophie ?

Note : 8/10

L'opinion est surgissement spontané d'idée ; elle n'est pas le résultat d'un processus conscient de réflexion. C'est la conscience spontanée qui a des opinions, seule la conscience réfléchie peut passer de l'opinion à la connaissance.  D'un tel point de vue global, on affirmerait donc que la philosophie sert à comprendre autrement, ou mieux, ce qui paraît aller de soi...

5 pages - 1,80 ¤

L'attitude philosophique peut-elle être définie par la décision de ne jamais croire ?

Note : 8/10

) b)                 Le moment sceptique va être à l'origine d'une nouvelle refondation. L'effondrement des croyances donne naissance à un désir de refondation en prenant acte de la critique.  Platon, par l'allégorie de la Caverne, exprime la nécessité de ne pas croire aux impressions sensibles. Il faut remettre en question ce que l'on croit savoir et notamment que l'on croit savoir...

3 pages - 1,80 ¤

Y a-t-il un sens à parler, chez l'homme, d'un comportement inhumain ?

Note : 5.1/10

L'inhumain ce n'est que l'étranger Montaigne explore la variété des coutumes et des croyances susceptible d'enrichir à l'infini son image de l'homme. Or, selon lui si l'on considère les hommes réels c'est la puissance de la coutume qui devient manifeste : « ici on vit de la chair humaine, là c'est office de pitié de...

3 pages - 1,80 ¤

Est-on d'autant plus libre qu'on est indifférent au jugement d'autrui ?

Note : 5.1/10

..Puisque l'« être avec » ou « l'être ensemble» est en fait un caractère fondamental de l'humain, c'est donc seulement en affrontant le jugement d'autrui, en en montrant les erreurs et les limites, que je garde quelque chance d'affirmer ma liberté. Cette dernière a besoin d'être prouvée relativement à ce qui, d'abord, apparaît la nier (cf. le sujet...

2 pages - 1,80 ¤

SI NOUS DÉSIRONS ÊTRE LIBRE, QU'EST-CE QUI NOUS EMPÊCHE DE L'ÊTRE? ?

Note : 5.1/10

Mais faut-il de la sorte concevoir la liberté comme un donné implicite? N'est-elle pas plutôt - même si je l'affirme comme Kant à titre de postulat métaphysique - une potentialité qu'il m'appartient toujours d'amener au réel? C'est-à-dire un ensemble de conduites à élaborer, à constituer en fonction des situations que je rencontre. De ce point de vue, la...

3 pages - 1,80 ¤

Y A-T-IL UN DEVOIR D'ÊTRE HEUREUX ?

Note : 5.3/10

Lui-même s'il était chef donnerait donc exactement les mêmes ordres. Ceci éclaire l'idée chère à Rousseau de volonté générale. La volonté générale n'est plus ici le caprice contingent d'une majorité électorale, mais l'expression pure et simple des exigences de la raison universelle. Dès lors le chef n'est plus de droit divin et s'il est un tyran qui trahit les...

5 pages - 1,80 ¤

LA LOI N'EST-ELLE JUSTE QUE LORSQU'ELLE EST JUSTEMENT APPLIQUÉE ?

Note : 5.3/10

INTRODUCTION L'actualité est fertile en injustices. Mais celles-ci sont-elles dues aux lois ou aux conditions dans lesquelles elles se trouvent appliquées? La loi doit-elle être considérée comme juste par principe ou «en soi », ou seulement lorsqu'elle est justement appliquée? I. L'égalité devant la loi - En théorie, une loi ne commence a être juste que...

1 page - 1,80 ¤

L'HOMME POURRAIT-IL PENSER SANS LE SECOURS DES MOTS ?

Note : 5.3/10

Si la rédaction d'une dissertation est un exercice de pensée, la question posée paraît saugrenue : sans mots, il n'y a guère à réfléchir, semble-t-il, en tout cas rien à écrire. Aussi convient-il de chercher d'abord ce qui peut justifier une telle question.Dans le quotidien, il peut arriver que les mots fassent défaut: j'ai alors l'impression d'avoir, quelque...

1 page - 1,80 ¤

POURQUOI LA PHILOSOPHIE JUGE-T-ELLE PRIMORDIAL DE RÉFLÉCHIR SUR LE LANGAGE ?

Note : 5.3/10

chez Platon, la critique des Sophistes - philodoxes et non philosophes).Lorsque la philosophie se trouve ainsi dotée d'un Logos, il est également normal qu'elle se préoccupe de l'origine de ses éléments: c'est l'entreprise du Cratyle et la réflexion qui s'y engage sur le rapport entre les mots et les choses. Doit-on admettre que connaître les mots, c'est déjà...

2 pages - 1,80 ¤

LA CROYANCE RELIGIEUSE IMPLIQUE-T-ELLE UNE DÉMISSION DE LA RAISON ?

Note : 5.3/10

L'instant qui représentait tout pour l'esthète n'était rien puisqu'il ne servait pas à faire un choix essentiel, existentiel et décisif mais à maintenir l'individu entre différents possibles. L'éthicien, homme de bonne volonté, soumet l'existence à l'unité de la règle (le devoir dans la vie conjugale, familiale, professionnelle, confessionnelle, la vie éthique selon Hegel). Continuité du devoir, fidélité à lui-même...

14 pages - 1,80 ¤

POURQUOI LE PROGRÈS SCIENTIFIQUE N'A-T-IL PAS FAIT DISPARAÎTRE LES RELIGIONS ?

Note : 5.3/10

Or celles-ci font doublement problème : - soit parce qu'elles se révèlent pour le moins ambiguës : la science n'apparaît pas tout uniment au service du bonheur de l'humanité (problèmes écologiques...); - soit parce qu'elles n'ont aucun rapport avec les problèmes réels de l'humanité : le développement du savoir est impuissant à résoudre les problèmes de famine, de surpopulation, etc. Qu'attend...

1 page - 1,80 ¤

PEUT-ON DIRE QUE, SI LES SAVANTS VISENT À DÉFINIR LES LOIS DU RÉEL, L'ARTISTE, LUI, IGNORE TOUTE LOI ?

Note : 5.3/10

s'il se trouve un mortel qui n'ait d'autre ambition que celle d'étendre l'empire et la puissance du genre humain tout entier sur l'immensité des choses, cette ambition (si toutefois on doit lui donner ce nom), on conviendra qu'elle est plus pure, plus noble et plus auguste que toutes les autres ; or, l'empire de l'homme sur les choses...

2 pages - 1,80 ¤

L'ÉMOTION EST-ELLE CONSTITUTIVE DU SENTIMENT ESTHÉTIQUE ?

Note : 5.3/10

Ce qui m'émeut authentiquement, c'est le rapport que je peux avoir avec du réel: l'émotion se manifeste alors par des réactions physiologiques.Dans l'oeuvre d'art, le réel est par définition absent: on est dans une représentation, une transposition. Et de surcroît, même la référence au réel n'est pas, en fait, un élément fondamental de cette représentation,...

2 pages - 1,80 ¤

LES OEUVRES D'ART NOUS ENSEIGNENT-ELLES QUELQUE CHOSE ?

Note : 5.3/10

Continuer à les qualifier d'art témoigne de laxisme - ou d'ironie (puisqu'il s'agit souvent d'exemples remarquables de kitsch).Kant affirme que le beau est ce qui plaît «universellement sans concept ». En principe, c'est pourtant le concept qui est universel, et c'est bien de son côté que peut s'élaborer la connaissance authentique. Mais l'oeuvre d'art propose, en guise d'universalité,...

4 pages - 1,80 ¤

LA LIBERTE DE L'ESPRIT A-T-ELLE POUR CONDITION LE LOISIR OU LE TRAVAIL ?

Note : 5.3/10

Pour l'opinion, la question paraît relever de l'humour le plus noir, et la réponse aller de soi: il semble évident qu'on a plus de liberté dans le loisir (ou l'on fait ce que l'on veut - ou croit vouloir?) que dans le travail, en général perçu comme contraignant et, en ce sens, contraire à la liberté.Mais il s'agit...

2 pages - 1,80 ¤

PEUT-ON ÊTRE SÛR DE BIEN AGIR ?

Note : 5.3/10

L'idée même d'un devoir universel signifie pour Nietzsche une aliénation insupportable de ce qui fait l'individu lui-même. Dès lors, «bien faire » ne peut désigner qu'une action souverainement indifférente aux normes dominantes (la morale des esclaves et du ressentiment), uniquement déterminée par la pulsion vitale (ou la volonté de puissance) que chacun doit écouter en soi. Seule l'attention à...

2 pages - 1,80 ¤

PUIS-JE- ÊTRE SÛR DE NE PAS ME TROMPER ?

Note : 5.3/10

Se demander si je peux être sûr de ne pas me tromper revient à chercher si je peux avoir la certitude de ne pas être dans l’erreur et d’être par conséquent dans le vrai. Or si le vrai est une catégorie du langage, comment puis-je être certain que mon discours est vrai, c’est-à-dire qu’il...

3 pages - 1,80 ¤

SUR QUOI NOS ESPRITS PEUVENT-ILS S'ACCORDER ?

Note : 5.3/10

Le désaccord entre interlocuteurs est une situation fréquente, mais toute discussion vise peut-être à trouver un terrain d'entente. Si l'accord se fait entre des esprits, sur quoi peut-il porter ? Est-ce seulement sur des principes généraux, indépendamment des moyens - ou l'accord doit-il être plus complet, et concerner aussi bien les contenus de pensée...

1 page - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1555 1556 1557 1558 1559 1560 1561 1562 1563 1564 1565 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 ... 1882 1883 1884 1885 1886 1887

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo