LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
26 - Kant définit le devoir comme la nécessité d'accomplir une action par pur respect pour... ?
A
la loi divine
B
la loi sociale
C
la loi morale
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C
Correction :
Le devoir est la forme a priori de tout jugement moral et de toute valorisation éthique. Lorsqu'un sujet fait son devoir, il obéit par le moyen de sa volonté à la loi morale. Nos actes pour qu'ils soient moraux, doivent être faits par devoir et pas seulement pour se conformer au devoir. L'individu, dans un cas, respecte la raison qui s'adresse à lui sous forme de loi, d'un impératif alors que dans l'autre, il accepte de se plier à une règle en fonction de son intérêt. Il revient donc à la liberté de fonder la moralité, car la dignité de l'homme réside dans le fait qu'il est capable d'agir par devoir.


Les nouveautés du site

Que commande le devoir ?

Il est possible, à nouveau avec Kant, de dissiper cette difficulté : en effet, le devoir, selon lui nous est donné dans chaque cas particulier par la raison présente en toute homme. Que veut dire cette affirmation ? La raison est bien une faculté présente en tout homme. Dire qu'elle nous donne le devoir n'est rien d'autre qu'affirmer que la raison...

2 pages - 1,80 ¤

La liberté est-ce seulement l'indépendance ?

Note : 9/10

||On croit souvent qu'être libre, c'est être indépendant, c'est-à-dire faire ce que l'on veut sans que rien ni personne ne vienne nous contrarier. Mais peut-on être vraiment libre sans accepter de respecter un certain nombre de règles? Il s'agit de distinguer plusieurs sortes de libertés à partir du rapport qu'elles entretiennent avec la loi en général, afin de...

7 pages - 1,80 ¤

Etre libre est-ce être indifférent ?

Note : 9/10

Or la volonté peut ne pas suivre l'évidence. Son pouvoir inconditionné de choix s'exprime par la possibilité qui lui revient de suivre le pire tout en connaissant le meilleur. Pourquoi l'homme choisirait-il de ne pas suivre l'évidence ? Est-ce la simple transgression de ce que lui dicte l'entendement qui tente l'homme ? 3.2 Le Bien dans la manifestation de...

4 pages - 1,80 ¤

L'État peut-il prétendre à un pouvoir absolu ?

Note : 9/10

L'État est avant tout une instance représentative chargée de donner par cette voie une unité globale au corps populaire en agissant toujours en son nom et pour son nom. Ainsi, il n'agit pas en son nom, selon des motifs qui lui sont propres ou même selon la mode de ses caprices: il exerce une autorité (auctoritas), c'est-à-dire qu'il...

4 pages - 1,80 ¤

Quels sont les fondements de la légitimité du pouvoir de l'État ?

Note : 9/10

; autrement dit, les citoyens sont les seuls à participer activement à la vie politique de la Cité. L'idée de l'État apparaît uniquement avec la volonté de distinguer des gouvernants et des gouvernés, c'est-à-dire d'instaurer des rapports d'autorité et d'obéissance, d'où l'idée que l'État est liée dès son surgissement à celle d'un...

4 pages - 1,80 ¤

Quelle est la norme de justice des lois positives ?

Note : 9/10

Quelle est la norme de justice des lois positives|| L’étymologie de Justice montre l’inséparabilité des notions de justice et de droit ; de fait, « jus » désigne le droit, et la justice se définit par conséquent comme la vertu qui exige le respect du droit, sa défense. Selon le mot des Anciens la justice est volonté...

3 pages - 1,80 ¤

Le droit fondé sur la force peut-il être juste ?

Note : 9/10

Quelle solution apporter alors ? ·         Nous devrons donc nous soucier ici  de la légitimité du droit (essentiellement du droit positif), et de son apparente impossibilité à être à la fois juste et du plus fort. Nous devrons donc tenter de répondre une problématique mêlant deux termes que tout oppose : droit du plus fort et justice.   Problématisation. La justice est une application du...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on atteindre la vérité absolue ?

Note : 9/10

Quel espace reste t-il alors pour notre appréhension du monde ?     I. Parce que le réel est marqué par une certaine permanence des êtres, nous pouvons bâtir une connaissance stable                   1. Examen de la thèse de l'ignorance radicale (nous ne pouvons rien savoir du monde)                                - Postulat d'ascendance bouddhiste : l'irréalisme, le monde est apparence (ex : Schopenhauer ,...

3 pages - 1,80 ¤

Quelles sont les limites de l'objectivation scientifique de l'esprit ?

Note : 9/10

Pourtant,  bien que cela soit nécessaire dès l'instant où l'on parle de science, il n'est pas dit que l'esprit  soit de prime abord un objet de science. Bien qu'il soit sujet de science, l'esprit pourrait se définir essentiellement de manière toute différente. En effet, l'esprit n'est-il pas d'abord et avant tout, ce qui existe ? Nous voulons insister...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on identifier l'activité de la pensée au fonctionnement du cerveau ?

Note : 5.4/10

En effet que l'esprit soit déterminé par la matière n'est pas une raison pour désirer se vautrer régressivement dans un matérialisme vulgaire. Que le supérieur (l'esprit) s'explique donc par l'inférieur (la matière) n'empêche nullement de désirer le supérieur - cela permet même de savoir pourquoi on le préfère. Le cerveau humain est la réalité la plus complexe de l'univers....

4 pages - 1,80 ¤

Matière et esprit constituent-ils une ou deux réalités ?

Note : 5.4/10

Ainsi, le vivant est à la fois matière (chair, substance perceptible) et esprit (contrairement à la pierre qui n'est que matière, il est doué de mouvement, voire de pensée)             Se pose donc la question de savoir s'il est possible et légitime de scinder le monde dans son ensemble, de distinguer d'un côté la matière, et...

5 pages - 1,80 ¤

La vie est-elle mécanisme ou finalité ?

Note : 5.4/10

Puis ses capacités d'adaptation et de compensation étant dépassées, il tombe malade et finit par mourir : sa mort est le signe de sa finitude. Elle est ce à quoi est conduit tout vivant. Il naît, vit et meurt. Mais il a en lui de quoi se reproduire. Le vivant : déterminisme et finalité L'individu, plante ou animal, inscrit sa...

3 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 1705 1706 1707 1708 1709 1710 1711 1712 1713 1714 1715 ... 1946 1947 1948 1949 1950 1951

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo