LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
181 - Comment appelle-t-on les propositions, évidentes par elles-mêmes, qui pour Aristote, sont "les vérités premières d'après lesquelles s'enchaîne la démonstration" ?
A
Les catégories
B
Les postulats
C
Les axiomes
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : C
Correction :
Le raisonnement mathématique est déductif: il est donc pleinement nécessaire, et s'opère selon les lois de notre raison. Autrement dit, le raisonnement mathématique est basé sur des axiomes . Ils sont des propositions générales et s'appliquant à toutes les grandeurs; indémontrables, mais exprimant des rapports logiquement nécessaires: les axiomes sont donc évidents, ils s'imposent à notre raison, ils ne sont que l'expression de sa loi essentielle: le principe d'identité, qu'ils traduisent en langage mathématique, (ainsi, deux quantités égales à une troisième sont égales entre elles). On admet généralement que les axiomes sont posés à la base même des mathématiques. En fait, ils interviennent sans cesse et de façon presque inconsciente, dans la démonstration.


Les nouveautés du site

LA TECHNIQUE A-T-ELLE POUR BUT D'AMÉLIORER LA NATURE OU DE LA DÉTRUIRE ?

* Donc, au-delà de l'efficacité se pose le problème de la moralité, des fins de toute activité humaine. L'homme doit s'interroger sur le sens, la valeur, de son activité et, comme le dit Kant, se demander s'il « traite l'humanité, en soi comme en autrui, toujours comme une fin et jamais simplement comme un moyen », (impératif catégorique,...

2 pages - 1,80 ¤

LA TECHNIQUE NOUS ÉLOIGNE-T-ELLE DE LA NATURE ?

.../... L'homme se donne, grâce à la technique, des connaissances utiles à la vie et qui doivent augmenter le bien-être, en premier lieu la santé. * La technique a donc pour but de transformer la nature. L'homme s'octroie une sorte de pouvoir divin. Les Grecs veillaient à ne pas troubler l'ordre naturel des choses. C'est pourquoi...

3 pages - 1,80 ¤

DEVIENT-ON ARTISTE EN IMITANT LES AUTRES ARTISTES ?

* L'artiste véritable semble ainsi échapper à toute tentative de définition. Si on peut expliquer, par l'analyse, les conditions d'apparition d'une oeuvre, on ne peut rien dire quant au don artistique qui échappe à toute interprétation, rappelait Freud. A. L'oeuvre d'art et l'inconscient■ L'oeuvre d'art' joue en nous des scènes que nous ne savons voir ni comprendre ; elle...

6 pages - 1,80 ¤

EST-IL NÉCESSAIRE D'ÊTRE CULTIVÉ POUR APPRÉCIER UNE OEUVRE D'ART ?

|| APPROCHE: Nécessaire (ce qui ne peut pas ne pas être) s'oppose à contingent (ce qui peut ne pas être). La culture (être cultivé) serait indispensable pour goûter à sa juste valur une oeuvre d'art. Apprécier = estimer, évaluer, juger. Tout jugement de goût est un jugement de valeur. Le sentiment du beau naît à l'occasion de sensations causées par un...

4 pages - 1,80 ¤

L'ART NOUS DÉTOURNE-T-IL DU RÉEL ?

Pour Platon, art = simulacre.* Platon est ainsi à l'origine de la longue tradition de l'art figuratif qui a pour finalité autre chose que lui-même. Pour Aristote, par exemple, il a une fonction purificatrice : offrir à l'homme une représentation de ses passions, par l'intermédiaire de la tragédie, afin de mieux les maîtriser. II. L'art comme imitation de la...

4 pages - 1,80 ¤

FAUT-IL RENONCER A L'IDÉE QUE L'HOMME A UNE NATURE ?

||L'homme est un animal raisonnable, politique, libre etc. Quelle que soit la définition, c'est un animal, donc comme tel, soumis à la nature, soumis à un certain déterminisme physiologique : il satisfait sa faim, sa soif, etc. Mais qu'est-ce que l'homme ? Devient-il ce qu'il est ou est-il ce qu'il devient ?|| 1. L'homme a...

5 pages - 1,80 ¤

L'immoralisme ?

Nietzsche fait gloire à La Rochefoucauld et à Pascal d'avoir « compris l'identité essentielle des actions humaines et leur équivalence foncière ».Pourtant ni Calliclès, ni Nietzsche surtout ne s'en tiennent là. Sade, le moins moraliste des trois, reste fidèle, si l'on peut dire, à sa neutralité immoraliste : certes il décrit avec complaisance les plus...

4 pages - 1,80 ¤

SIGNIFICATION ET VALEUR DU SACRIFICE ?

Dieu ne peut aimer en nous que ce consentement à nous retirer pour le laisser passer ». Il faut donc accepter sans se défendre tout le mal qui nous opprime, s'exposer à toutes les épreuves : « on ne peut offrir que le moi, sinon tout ce qu'on nomme offrande n'est qu'une étiquette posée sur une revanche du...

4 pages - 1,80 ¤

Quelle est la différence entre un signal et un symbole ?

||La distinction entre signal et symbole nous vient de Benvéniste et est expliquée dans son ouvrage intitulé Problèmes de linguistique générale. Un signal est un  fait physique, naturel ou conventionnel, qui permet à un récepteur de recevoir  une information. Ce qui est important, c'est que l'association entre le signal  et ce qu'il signifie est...

1 page - 1,80 ¤

SIGNE ET SYMBOLE ?

Il ne cesse de fleurir dans les traditions religieuses des peuples primitifs et les psychanalystes découvrent sa présence dans nos rêves ou dans ces « archétypes » que les âges anciens ont, selon Jung, légués à notre inconscient. Le symbole est une image qui se donne pour une réalité, exactement comme la magie (qui ne se nourrit que...

4 pages - 1,80 ¤

L'ABSTRAIT ET LE CONCRET ?

Cependant, une opération mentale me permet d'abstraire,c'est-à-dire de concevoir séparément un certain nombre de caractères communs à M. Martin, à M. Durand, à M. Smith et à tous les hommes.On conçoit donc que l'abstrait est tout à la fois plus et moins que le concret. L'abstrait est plus que le concret parce qu'une réalité ...

2 pages - 1,80 ¤

L'HYPOTHÈSE ; SON ROLE DANS LES SCIENCES ?

Il s'agit des cas où la vérification de l'hypothèse n'est possible que par la médiation d'une déduction. C'est de cette manière que Pascal vérifie l'hypothèse de la pression atmosphérique formulée par Torricelli : si vraiment c'est la pression atmosphérique qui explique que l'eau dans les pompes vides ne monte qu'à 10,33 m, que le mercure dans le tube...

3 pages - 1,80 ¤

LA SCIENCE DEVANT LES IDÉES DE DESTIN ET DE HASARD ?

J'ai gagné par hasard. Cela veut simplement dire que personne n'était capable de prévoir ce résultat ; le hasard n'est pas ici une lacune au déterminisme, une absence de lois ; il manifeste au contraire la trop grande abondance des lois, leur complexité trop enchevêtrée par rapport à nos possibilités de prévision. Je jette en l'air une pièce...

3 pages - 1,80 ¤

EXPLIQUER ET COMPRENDRE ?

« cette disposition d'esprit qui nous rend connaturels à autrui, qui nous permet de ressentir ses passions, de repenser ses idées sous la lumière même qui les lui fit connaître comme vérité ». Le meilleur historien est donc celui qui « par sa structure mentale et sa propre expérience humaine » se trouve le...

3 pages - 1,80 ¤

LE TEMPS, dit Lagneau, EST LA FORME DE MON IMPUISSANCE, L'ÉTENDUE, LA FORME DE MA PUISSANCE ». Qu'en pensez-vous ?

Dans le temps, tous voyagent à même allure et je ne puis accélérer le cours des heures qui me séparent du rendez-vous de demain. Le pourrais-je, d'ailleurs, je le regretterais peut-être car j'abrégerais ma vie. « Comment, écrit M. Jankélévitch, des années si courtes se fabriquent-elles avec des journées si longues ? » En définitive, l'avenir m'angoisse parce...

3 pages - 1,80 ¤

LE PANTHÉISME N'EST-IL QU'UN ATHÉISME DÉGUISÉ ?

Deus sive natura. Par cette formule, Spinoza affirme l'idée d'une substance infinie. Dieu s'identifie avec la nature et n'est donc pas un créateur ontologiquement séparé du monde. Spinoza s'oppose à l'idée d'un Dieu anthropomorphe, agissant selon des fins. On en a conclu (à tort) à l'athéisme de Spinoza. En réalité, ...

4 pages - 1,80 ¤

Peut-on refuser de douter ?

S'il doute même de ce qui  semble le plus évident, c'est dans le but de trouver la vérité ; il veut « établir en toutes choses des vérités fermes et assurés sur le modèle des sciences ». Le doute cartésien est un remède au doute : on doute dans le but  de se débarrasser du doute, dans le...

3 pages - 1,80 ¤

Sommes-nous libres de nos opinions ?

Note : 6/10

dépendante de notre  arbitre, on peut penser d'abord qu'on n'est pas prisonnier de ce que « nous » pensons. Par définition, nous pouvons changer d'opinion au gré de nos  humeurs ; l'opinion n'est pas définitive. [Mais la possibilité d'en changer  induit-elle la liberté pour autant ? (cf. 1ère problématique)]. L'opinion  (préjugé) ne nous...

4 pages - 1,80 ¤

Pensez-vous que l'individu puisse créer librement ses valeurs ?

Note : 6/10

La nature n'est plus une providence où nous pourrions déchiffrer le sens de notre destin. Elle n'est qu'un système d'apparences bien réglées. dont la science nous fait connaître l'organisation. Mais si la science nous dit ce qui est, ou plus exactement ce qui apparaît, elle ne peut nous dire ce qui doit être. Quant à la métaphysique qui...

3 pages - 1,80 ¤

Peut-on concilier avec le devoir de tolérance les exigences d'une conviction sincère ?

Note : 6/10

 Le rationalisme nous propose un moyen de réconcilier Vérité et Liberté ; pour lui, ces deux exigences s'impliquent mutuellement. bien loin de s'exclure. On rejettera énergiquement la formule de Comte pour qui « il n'est pas de liberté de conscience en géométrie ni en astronomie ». Car il y a là un contresens sur la véritable signification de...

2 pages - 1,80 ¤

« LE MENSONGE EST UNE TROP BONNE CHOSE POUR QU'IL SOIT PERMIS D'EN ABUSER ». ?

Note : 6/10

Qu'on voie dans le mensonge une faute contre soi-même, contre le devoir que nous avons de communiquer notre pensée et de servir la vérité, ou une faute contre autrui qui a droit à la vérité, soit par contrat explicite comme le magistrat vis-à-vis du témoin, soit par contrat implicite comme tout homme qui souscrit au pacte social, dans...

3 pages - 1,80 ¤

Passion et volonté ?

Note : 6/10

Cependant cette opposition systématique de la passion et de la volonté se révèle à la réflexion un peu simpliste. L'usage commun du vocabulaire, et parfois son emploi par les psychologues eux-mêmes, nous impose des nuances. L'homme que les caractérologues nomment « passionné » (Descartes par exemple, ou Napoléon, ou Mermoz) est un émotif, sans doute, mais un grand...

3 pages - 1,80 ¤

La religion est-elle l'opium du peuple ?

Note : 7/10

||  Dans le prolongement du siècle des Lumières qui l’a précédé, le XIXe siècle a été le théâtre de nombreuses objections formulées à l’encontre de la religion, à l’instar de celle de Marx, auteur de cette formule célèbre faisant de la religion « l’opium du peuple ». Ce rapprochement entre l’opium, ce produit narcotique dont les effets provoquent chez...

10 pages - 1,80 ¤

Sagesse et passion peuvent-elles à votre avis s'accorder ?

Note : 7/10

* Pourtant, dit Hegel, « rien de grand ne s'est fait sans passion ». Elle est le moteur de la vie. Rousseau déjà contestait le rationalisme classique - qui, tels Aristote, Descartes, ne nient pas la passion mais demandent un contrôle, une maîtrise. La passion, antérieure à la raison, n'est ni mauvaise ni source de servitude. Les «...

2 pages - 1,80 ¤

Quand pouvons-nous dire que notre vouloir est libre ?

Note : 7/10

C'est un sujet sur l'absence de contraintes physiques, morales, politiques... Relisez bien le texte de Leibniz et l'analyse que vous venez d'en faire.Vous y avez de nombreux éléments de réponse.* Soulignez que la volonté est le fait d'un être libre.* Analyse cartésienne : la volonté est infinie, elle est ma ressemblance à Dieu. Mon vouloir...

4 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1566 1567 1568 1569 1570 1571 1572 1573 1574 1575 1576 1577 1578 1579 1580 1581 1582 1583 1584 1585 1586 1587 1588 1589 1590 1591 1592 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 1705 1706 1707 1708 1709 1710 1711 1712 1713 1714 1715 ... 1904 1905 1906 1907 1908 1909

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo