LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
Rechercher un sujet précis :


?

LA QUESTION DU JOUR
193 - Complètez cette citation de Nietzsche: "Dieu est mort, maintenant nous voulons que .... vive".
A
Le surhomme
B
l'homme
C
Le sous-homme
Réponse
Fermer
La bonne reponse est : A
Correction :
Le surhomme prophétisé et désiré par Nietzsche n’est ni Super­man ni un SS archange de la mort, qui réaliserait tous les fantasmes de domination de l’homme le plus vulgaire. Le surhomme n’est pas un concept biologique ou racial, mais bien métaphysique et moral. Il n’est pas non plus un ange ou un petit saint. Le surhomme serait l’homme qui aurait surmonté en lui tout ressentiment, toute haine contre la vie – une sorte de «César avec l’âme de Jésus». Il est l’aristocrate par excellence, solitaire et magnanime, infiniment éloigné du troupeau majoritaire.


Les nouveautés du site

Doit-on se rendre maître et possesseur de la nature ?

Analyse de l'expression « maître et possesseur de la nature » : sciences et techniques.]   Dans la sixième partie du « Discours de la méthode » (1637), Descartes met au jour un projet dont nous sommes les héritiers. Il s'agit de promouvoir une nouvelle conception de la science, de la technique et de leurs rapports, apte à nous rendre « comme maître et...

6 pages - 1,80 ¤

Peut-on fonder le droit sur la nature?

Seule la loi de la nature a une valeur absolue. Si par conséquent l'on veut établir un droit qui soit absolu et universel, il faut le fonder sur la nature.«La justice, explique le sophiste Antiphon, consiste à ne transgresser aucune des règles légales admises par la cité dont on fait partie. Ainsi l'observation de la justice est tout...

5 pages - 1,80 ¤

Faut-il prendre comme modèle la nature ?

La société humaine s'élève contre ce principe et tend à déclarer l'égalité des droits de tous les individus, justement en opposition aux lois de la nature.   La nature est le point de départ de l'invention humaine Pourtant on ne peut pas nier que la beauté existe dans la nature. Certains spectacles nous ravissent l'âme. De plus, la nature possède une...

3 pages - 1,80 ¤

La nature est-elle mauvaise ?

. Aujourd'hui que nous sommes entrés dans le courant contraire, alors que nous autres immoralistes cherchons, de toutes nos forces, à faire disparaître de nouveau du monde l'idée de culpabilité et de punition, ainsi qu'à en nettoyer la psychologie, l'histoire, la nature, les institutions et les sanctions sociales, il n'y a plus à nos yeux d'opposition plus radicale que...

3 pages - 1,80 ¤

L'homme peut-il être heureux sachant qu'il doit mourir ?

Note : 8/10

a) Le bonheur implique la paix que la perspective de la mort empêche en instaurant dans l'esprit de celui qui voudrait être heureux, la peur. La mort trouble la perspective du bonheur que l'homme voudrait atteindre. b) Le bonheur d'autre part semble ne pouvoir s'inscrire que dans la durée que la finitude de notre nature contrarie. Aristote pensait le...

3 pages - 1,80 ¤

Serions-nous plus heureux si nous étions immortels ?

Note : 8/10

  Transition : L'immortalité de l'âme dans les deux cas présentés est la source du bonheur. Cependant celle-ci n'aurait-elle pas une conséquence sur la manière d'appréhender la vie ?   Troisième partie : de quelle manière notre mortalité influe-t-elle sur notre manière d'envisager notre existence ?   3.1 La primordialité du présent fait que chaque instant possède une valeur particulière.   « Se rendre libre de toutes les préoccupations ; or...

2 pages - 1,80 ¤

Toute querelles de mots est-elle futile?

Note : 8/10

� Acte perlocutoire : la parole (et la protestation) « Tu ne peux pas faire cela » a pour effet de dissuader l'interlocuteur de réaliser son action. "Nous prendrons donc comme premiers exemples quelques énonciations qui ne peuvent tomber sous aucune catégorie grammaticale reconnue jusqu'ici, hors celle de l'« affirmation » ; des énonciations qui ne sont pas, non plus, des non-sens,...

8 pages - 1,80 ¤

Faut-il accorder de l'importance aux mots?

Note : 8/10

Il y a donc une grande précaution établie autour de cette crainte de mots qui « dépasseraient notre pensée », mais cette expression encore est mensonge puisque tout ce qui est dit l'est à bon escient, c'est-à-dire qu'il reflète notre pensée, ainsi rien ne dépasse la pensée. La question posée renvoie nécessairement à une réponse en partie d'ordre psychanalytique, une...

3 pages - 1,80 ¤

La parole est-elle un pouvoir?

Note : 8/10

Dans les sociétés complexes, le langage est l'expression du pouvoir. A tel point que le fait de nommer, de qualifier un Pouvoir, lui donne sa cohérence, sinon son existence: qui dit monarchie se met en mesure d'élaborer le système monarchique, formule la série des concepts qui se trouvent mis dans la langue.Toutes les institutions majeures ont pour rôle...

2 pages - 1,80 ¤

Pourquoi la philosophie juge-t-elle primordial de réfléchir sur le langage?

Note : 8/10

Mais ainsi contester et reconstruire implique que le langage soit bien à la disposition des hommes, que ses significations ne dépendent, ni d'un héritage impossible à transformer, ni d'une autorité supérieure à l'humanité. La philosophie, historiquement, peut se mettre en place lorsque le Logos se substitue au Muthos, c'est-à-dire lorsqu'une exigence de compréhension rationnelle remplace la parole admise...

2 pages - 1,80 ¤

La morale n'est-elle qu'une convention sociale?

Note : 8/10

||Dire que la morale est une convention, c'est affirmer qu'il est d'institution humaine, que son existence relève d'un accord, tacite ou non, entre les hommes. Il ne serait donc pas naturel. Cela peut paraître étonnant à première vue puisque l'homme ne cesse de crier au scandale face au mal, comme s'il n'était pas...

7 pages - 1,80 ¤

Toute morale est-elle relative ?

Note : 8/10

          3 L'incertitude de toute morale   A) Elles doivent faire face à la réalité qui la nie, société , religion, science etc...   L'application stricte des préceptes moraux rencontrent inévitablement dans la société des obstacles : la morale peut être un obstacle au développement de l'économie, du progrès de la science, en donnant une dimension éthique à des problèmes dont les...

3 pages - 1,80 ¤

Être contraint et s'obliger est-ce la même chose?

Note : 8/10

Ainsi, un individu peut être contraint de ne pas voler (parce que la présence d'obstacles lui rend le vol matériellement impossible) ; mais c'est tout autre chose de dire qu'il a l'obligation de ne pas voler (parce que cela serait injuste et que cela lui est interdit moralement). ·        On comprend alors que ce qui se joue ici au fond entre...

3 pages - 1,80 ¤

Faut-il vouloir penser par soi-même?

Note : 8/10

Le motif ne vaut donc qu'une fois. Deuxièmement, ce motif, en particulier s'il ne vaut qu'une fois, ne pourra pas être élevé au rang de devoir. Troisièmement, même s'il était un motif valable, il nous enjoindrait à rester toujours enfermé en nous-même, ce qui reviendrait au plus profond solipsisme. L'autonomie de la pensée ne peut pas équivaloir à un...

3 pages - 1,80 ¤

La science est-elle en mesure de dicter des conclusions morales?

Note : 5.2/10

.. cette science n'a rien à nous dire. Les questions qu'elle exclut par principe sont précisément les questions qui sont les plus brûlantes à notre époque malheureuse pour une humanité abandonnée aux bouleversements du destin : ce sont les questions qui portent sur le sens ou l'absence de sens de toute cette existence...

4 pages - 1,80 ¤

Est-il rationnel de vouloir fonder la morale?

Note : 5.2/10

Que ce soit alors la raison qui parle, je le veux bien ; mais si elle s'exprimait uniquement en son nom, si elle faisait autre chose que formuler rationnellement l'action de certaines forces qui se tiennent derrière elle, comment lutterait-elle contre la passion ou l'intérêt ? Le philosophe qui pense qu'elle se suffit à elle-même et qui prétend...

3 pages - 1,80 ¤

N'est-on moral que par intérêt?

Note : 8/10

Comment, encore, Hobbes pourrait-il expliquer par sa théorie le sacrifice pour autrui ? Il faut donc postuler qu'en dehors de notre intérêt personnel, il existe une morale que nous ne pouvons jamais totalement faire taire. -          C'est ce que fait Kant, qui considère que la morale est une loi de la raison et non de l'intérêt, une loi qu'il appelle...

3 pages - 1,80 ¤

Doit-on aimer la vérité?

Note : 8/10

C'est qu'elle nous promet des connaissances en prise sur le monde et que, de la sorte, elle nous garantit des comportements plus efficaces en même temps que des satisfactions spécifiques pour l'esprit. On peut toutefois s'interroger sur la capacité qu'aurait la vérité de nous apporter le bien-être. En fait, sa quête, souvent longue et difficile en elle-même, implique que...

5 pages - 1,80 ¤

La spontanéité est-elle synonyme de liberté?

Note : 8/10

||L'action spontanée, c'est l'action qui ne repose pas sur la conscience réfléchie.  La spontanéité comme affirmation de soi en dehors de toute contrainte est-elle le seul critère de la liberté ?  N'y a-t-il pas d'autres formes possibles de liberté ?  Ne peut-on pas dire que la liberté conçue comme l'entend Calliclès, c'est-à-dire comme affirmation sans...

3 pages - 1,80 ¤

Méditations cartésiennes, Husserl

Note : 8/10

ART (lat. ars, habileté, talent, savoir-faire) Soit syn. de technique, ou savoir-faire constitué d'un ensemble de procédés visant un résultat pratique (ex. des arts et métiers), soit syn. de beaux-arts, terme qui désigne la pratique artistique en tant qu'elle produit une oeuvre incarnant la beauté selon des règles propres au génie de son auteur. Dans le premier cas, «...

2 pages - 1,80 ¤

Respecter autrui est-il s'interdire de le juger?

Note : 8/10

  Problématisation. L'homme n'aime pas porter le regard sur ses semblables. Peut-être parce qu'il s'y voit, il juge très souvent sévèrement autrui, s'empêchant de lui porter, finalement, le respect qui lui est dû. Mais alors, respecter autrui, est-ce s'interdire de le juger ? Autrui n'est-il pas condamné à être jugé par moi ? Et qu'est-ce que le respect, sinon un jugement ? Pourtant,...

4 pages - 1,80 ¤

Sommes-nous responsables de nos désirs ?

Note : 8/10

Pour Spinoza, le « désir aveugle « est également la servitude aux causes extérieures. La condition naturelle des hommes est de ne pas être responsables de leurs désirs, mais leur tâche est de le devenir par l'usage de la raison.Le thème de la libération reste donc malgré tout présent, ce qui signifie bien que si certains désirs nous...

6 pages - 1,80 ¤

1 2 3 4 5 6 ... 1593 1594 1595 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615 1616 1617 1618 1619 1620 1621 1622 1623 1624 1625 1626 1627 1628 1629 1630 1631 1632 1633 1634 1635 1636 1637 1638 1639 1640 1641 1642 1643 1644 1645 1646 1647 1648 1649 1650 1651 1652 1653 1654 1655 1656 1657 1658 1659 1660 1661 1662 1663 1664 1665 1666 1667 1668 1669 1670 1671 1672 1673 1674 1675 1676 1677 1678 1679 1680 1681 1682 1683 1684 1685 1686 1687 1688 1689 1690 1691 1692 1693 1694 1695 1696 1697 1698 1699 1700 1701 1702 1703 1704 1705 1706 1707 1708 1709 1710 1711 1712 1713 1714 1715 1716 1717 1718 1719 1720 1721 1722 1723 1724 1725 1726 1727 1728 1729 1730 1731 1732 1733 1734 1735 1736 1737 1738 1739 1740 1741 1742 ... 2007 2008 2009 2010 2011 2012

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit