NoCopy.net

Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Vivre selon ses principes: est-ce une obliga ... Voir n'est pas savoir ? >>


Partager

Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler ?



Publié le : 5/1/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

	Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler 	?
Zoom

Avant la Chute, Adam et Eve jouissaient des richesses du jardin d’Eden, sans avoir à travailler. Cet état d’innocence et de béatitude est bien vite anéanti, et les hommes condamnés à gagner leur pain « à la sueur de leur front «. La paresse devient un des sept pêchés capitaux : l’oisiveté est prohibée tant par l’Eglise que par la morale. Pourtant, la tentation de vivre sans travailler reste forte : mais est-il possible de préserver des liens sociaux sans apporter sa contribution à la communauté ? Ne pas travailler, n’est-ce pas également éviter de se heurter à son environnement et à autrui ? Si les enjeux de ces interrogations s’avèrent tout à la fois relever de la morale et de la politique, c’est que le travail est synonyme de transformation tant de soi que de la nature : une vie sans travail, n’est-ce pas une vie sans résistance, menée uniquement dans le souci de soi et de l’instant ?



L'homme ne fait plus que les surveiller et les commander, il pourrait donc vivre sans effectuer un travail visant directement à répondre à ses besoins.   II.             VIVRE SANS TRAVAIL, C'EST SURVIVRE Rousseau, s'il met en lumière cet état bienheureux de l'homme premier paresseux, n'a également de cesse d'affirmer la perfectibilité humaine. Or, le travail modifie autant la Nature que celui qui l'effectue : il forme tant on esprit que son corps, exerce son intelligence. De plus, travailler, ce n'est pas uniquement modifier la matière, mais échanger avec ses semblables, que ce soit de façon langagière ou économique. Une vie sans travail se résumerait donc à celle de la bête qui ne peut penser un autre état que celui dans lequel elle se trouve, ce serait nier la fonction sociale du travail. Perdre son travail, ce n'est pas uniquement perdre son moyen de subsistance, mais perdre une partie de son identité, cesser de coopérer au fonctionnement de la société, et par là, perdre le sentiment d'appartenance au tout sociétal. Là se pose la question de la reconnaissance qu'inclut le travail : l'individu est en effet reconnu par son travail, au même titre que dans la Cité idéale de Platon il existait des individus nés pour être artisans, d'autre dirigeants. Si de nos jours le mythe ne survit pas, subsiste ce besoin de reconnaissance de ses compétences et d'appartenance à un tout. Vivre sans travail, c'est vivre dénué de la reconnaissance de ses talents.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler 	? Corrigé de 1195 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Vivre vraiment: en travaillant ou sans travailler ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit