Comte et la politique

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Comte: Intelligence et politique Descartes: désir et liberté >>


Partager

Comte et la politique

Philosophie

Aperçu du corrigé : Comte et la politique



Publié le : 11/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

	Comte et la politique
Zoom

POUR DÉMARRER

Ni les gouvernants, ni les gouvernés, ne peuvent avoir une compétence exclusive en politique : telle est l'idée que nous expose ici A. Comte. Les uns manquent de recul, les autres de connaissances réelles. En vérité, Comte veut faire apparaître que les uns et les autres ne peuvent prétendre à la véritable connaissance politique, car ils n'ont aucune théorie générale qui permettrait de les guider : c'est en ceci que réside d'ailleurs l'intérêt philosophique du texte.

CONSEILS PRATIQUES

Méfiez-vous de l'organisation apparente du texte, qui contient en réalité trois parties : le premier paragraphe est en effet divisé en deux par le raisonnement de Comte, qui expose d'abord son idée, avant de dire pourquoi les gouvernants n'ont pas compétence en ce qui concerne la possession d'une opinion juste dans la sphère politique.

BIBLIOGRAPHIE

A. COMTE, Système de politique positive, éd. Société positiviste, 1929.
J.-J. RoussEAU, Du Contrat social, Bordas.

 



Les gouvernants voudraient faire admettre la maxime qu'eux seuls sont susceptibles de voir juste en politique, et que par conséquent il n'appartient qu'à eux d'avoir une opinion à ce sujet. Ils ont bien leurs raisons pour parler ainsi, et les gouvernés ont aussi les leurs, qui sont précisément les mêmes, pour refuser d'admettre ce principe, qui, effectivement, considéré en lui-même, et sans aucun préjugé, soit de gouvernant, soit de gouverné, est tout à fait absurde. Car, les gouvernants sont, au contraire, par leur position, même en les supposant honnêtes, les plus incapables d'avoir une opinion juste et élevée sur la politique générale ; puisque plus on est enfoncé dans la pratique, moins on doit voir juste sur la théorie. Une condition capitale pour un publiciste (1) qui veut se faire des idées politiques larges, est de s'abstenir rigoureusement de tout emploi ou fonction publique : comment pourrait-il être à la fois acteur et spectateur ? Mais on est tombé, à cet égard, d'un excès dans un autre. En combattant la prétention ridicule du savoir politique exclusif des gouvernants, on a engendré, dans les gouvernés, le préjugé, non moins ridicule, quoique moins dangereux, que tout homme est apte à se former, par le seul instinct, une opinion juste sur le système politique, et chacun a prétendu devoir s'ériger en législateur.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Comte et la politique	Corrigé de 902 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Comte et la politique " a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Comte et la politique

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit