NoCopy.net

Les adjectifs et pronoms numéraux cardinaux

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quelques grands films du cinéma mondial Figures de style et procédés de versification >>
Partager

Les adjectifs et pronoms numéraux cardinaux

Fiche de révision


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet "Les adjectifs et pronoms numéraux cardinaux" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Les numéraux, qui indiquent le nombre, et qui tous peuvent s'employer comme adjectifs ou comme pronoms, se classent en quatre catégories : les cardinaux indiquent le nombre indépendamment d'un rapport -(deux, trois); les ordinaux le désignent en relation avec le rang occupé par la personne ou l'objet dans un groupe, une série -(deuxième, troisième); d'autres expriment un multiple ou une fraction -(double, triple, demi, tiers...); les distributifs enfin la répartition de groupes similaires -(deux par deux, trois par trois). On y joindra les substantifs collectifs exprimant un groupe chiffré -(dizaine, centaine...), ceux qui sont relatifs à un nombre d'années -(cinquantenaire...), enfin la nomenclature du système métrique., A. DAUZAT, Grammaire raisonnée..., p. 305.

Ajouté par webmaster

Quant aux adjectifs en position d'épithète, ils sont construits, par des transformations généralisées, à partir des adjectifs en position d'attribut., Nicolas RUWET, Introd. à la grammaire générative, p. 406.

Ajouté par webmaster

Comment a-t-on pu laisser perdre la distinction maintenue encore au siècle dernier entre pronoms -conjonctifs et pronoms -relatifs? (...) -Relatif (mot d'ailleurs mauvais, parce que trop vague et sans valeur définissante) aussi bien que -conjonctif étant des qualifications fonctionnelles, il fallait respecter leur dualité (...), G. ANTOINE, la Coordination en français, t. I, p. 326.

Ajouté par webmaster

Dans le débat toujours ouvert sur la nature des pronoms, on a l'habitude de considérer ces formes linguistiques comme formant une même classe formelle et fonctionnelle; à l'instar, par exemple, des formes nominales ou des formes verbales. Or toutes les langues possèdent des pronoms, et dans toutes on les définit comme se rapportant aux mêmes catégories d'expression (pronoms personnels, démonstratifs, etc.). L'universalité de ces formes et de ces notions conduit à penser que le problème des pronoms est à la fois un problème de langage et un problème de langues, ou mieux, qu'il n'est un problème de langues que parce qu'il est d'abord un problème de langage. C'est comme fait de langage que nous le poserons ici, pour montrer que les pronoms ne constituent pas une classe unitaire, mais des espèces différentes selon le mode de langage dont ils sont les signes. Les uns appartiennent à la syntaxe de la langue, les autres sont caractéristiques de ce que nous appellerons les «instances de discours», c'est-à-dire les actes discrets et chaque fois uniques par lesquels la langue est actualisée en parole par un locuteur., É. BENVENISTE, Problèmes de linguistique générale, t. I, p. 251.

Ajouté par webmaster

Elle -(cette procédure) permet de représenter (...) le parallélisme qui existe, d'une part, entre les relatives dites déterminatives et les adjectifs épithètes, et, d'autre part, entre les relatives dites explicatives et les adjectifs apposés., Nicolas RUWET, Introd. à la grammaire générative, p. 407.

Ajouté par webmaster

La combinaison de ces deux prépositions (-de et -à), devant des adjectifs numéraux, sert également à énoncer un nombre approximatif, dont on indique seulement les limites minimum et maximum : «Des groupes de quatre à dix hommes» Maurois -Cercle de fam. III, III. Dans cette phrase de R. Rolland : «Elle avait (...) deux enfants de sept à dix ans» (-Buisson ardent I, 51), l'emploi de -à étonne un peu, puisqu'il n'est ici question que de «deux» enfants, (cf. : «Deux enfants de sept et dix ans»). Quant au tour «douze à vingt personnes», qu'admettent quelques grammairiens, il nous paraît peu recommandable; nous dirions plutôt : -de douze -à vingt personnes. S'il s'agit de nombres consécutifs, le -de introducteur disparaît de la combinaison, et -à se fait remplacer d'ordinaire par -ou (...) Mais il ne manque pas d'exemples avec -à : «Trois à quatre vieilles chansons» Barbey d'Aurevilly, -les Diaboliques 9; construction à éviter., G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du franç. moderne, p. 676.

Ajouté par webmaster

SUFFIXES GÉNÉRAUX : (...) -Ique (qui signifie -relatif à, qui se rapporte à, de) : -académique, -électr-ique, -galvanique, -géographique... Ce suffixe -ique permet de créer des adjectifs relatifs à tous les mots savants en -cratie, logie, etc. D'où des adjectifs en -crat-ique, -gén-ique, -graph-ique, -log-ique, -morph-ique, -nom-ique, -path-ique, -péd-ique, -phag-ique, -plast-ique, -plég-ique, -pod-ique, -scop-ique, -tom-ique, tels que : -gérontocratique, photogénique, héliographique, etc., F. BRUNOT, la Pensée et la Langue, p. 586, note 3.

Ajouté par webmaster

Les grammairiens d'aujourd'hui ne nous parlent plus guère du neutre; ou, s'ils en font mention quelquefois, c'est pour dire qu'il a disparu en français. Nous devons ici distinguer. Le neutre n'a disparu qu'en tant qu'il est caractérisé par une -forme spéciale soit du nom soit de l'adjectif. Mais en tant que -valeur linguistique (ou sémantique), il est loin d'être éteint. Comme le fait observer Bréal, le neutre «continue de vivre... Peut-être même en faisons-nous un plus grand usage que le latin» (-Sémantique, p. 57). Ce sont en effet des neutres, tous ces adjectifs pris (...) substantivement, -le beau, le vrai, l'honnête (...) ce sont encore des neutres, ou du moins des mots de valeur neutre, les pronoms et représentants que nous soulignons dans ces phrases : -«Il est bon de parler», «Vous me -le disiez»; à -quoi pensez-vous?», «-Qui vous amène?», G. et R. LE BIDOIS, Syntaxe du français moderne, 34.

Ajouté par webmaster

Archevêques, abbés, empourprés cardinaux (...), VOLTAIRE, Stances, I.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

Les adjectifs et pronoms numéraux cardinaux

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo