NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< A-t-on le droit de renoncer à sa liberté ? Quand pouvons-nous dire que notre vouloir est ... >>


Partager

Affirme-t-on sa liberté en refusant d'admettre une vérité évidente ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Affirme-t-on sa liberté en refusant d'admettre une vérité évidente ?



Publié le : 14/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Affirme-t-on sa liberté en refusant d'admettre une vérité évidente ?
Zoom

Lorsque je connais véritablement le bien, je le choisis. Mais j'ai pourtant la possibilité de choisir le mal puisque je suis infiniment libre. Descartes garde la vision classique du mal : « nul n'est méchant volontairement » disait Socrate. Lorsque je choisis le mal, c'est par ignorance. La connaissance me fait accéder à la vérité, au bien. Sartre écrit : « Descartes a parfaitement compris que le concept de liberté renfermait l'exigence d'une autonomie absolue, qu'un acte libre était une production absolument neuve dont le germe ne pouvait être contenu dans un état antérieur du monde et que, par suite, liberté et création ne faisaient qu'un. »* La liberté d'indifférence est le plus bas degré de la liberté pour Descartes. «Car afin que je sois libre, il n'est pas nécessaire que je sois indifférent à choisir l'un ou l'autre des deux contraires, mais plutôt d'autant plus que je penche vers l'un, soit que je connaisse évidemment que le bien et le vrai s'y rencontrent, soit que Dieu dispose ainsi l'intérieur de ma pensée, d'autant plus librement j'en fais choix et je l'embrasse : et certes la grâce divine et la connaissance naturelle, bien loin de diminuer ma liberté, l'augmentent plutôt et la fortifient. De façon que cette indifférence que je sens, lorsque je ne suis point emporté vers un côté plutôt que vers un autre par le poids d'aucune raison, est le plus bas degré de la liberté, et fait plutôt paraître un défaut dans la connaissance, qu'une perfection dans la volonté ; car si je connaissais toujours clairement ce qui est vrai, et ce qui est bon, je ne serais jamais en peine de délibérer quel jugement et quel choix je devrais faire ; et ainsi je serais entièrement libre, sans jamais être indifférent », (4" méditation métaphysique). L'homme est ainsi doué d'un pouvoir qui ressemble un peu à celui de Dieu : affirmer infiniment, renoncer infiniment.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2400 mots (soit 4 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Affirme-t-on sa liberté en refusant d'admettre une vérité évidente ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Moi20577 (Hors-ligne), le 24/02/2009 é 24H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit