Aimer son travail est-ce encore travailler ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Peut-on parler de travail intellectuel ? N' a-t-il que ce qui dure qui ait de la valeu ... >>
Partager

Aimer son travail est-ce encore travailler ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Aimer son travail est-ce encore travailler ?



Publié le : 9/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Aimer son travail est-ce encore travailler ?
Zoom
  • aimer : Éprouver de l'affection, de l'amour ou de l'attachement pour quelqu'un ou quelque chose.
  • division du travail : Principe fondamental des sociétés industrielles selon Adam Smith. Désigne la répartition entre ses différents membres des tâches nécessaires au fonctionnement de la société.
  • travailler : 1) Produire une oeuvre utile. 2) Produire des bien et/ou des services en vue d'une rémunération.

Aimer son travail n'est-ce pas encore... travailler ? Certaines personnes trouve plaisir à leur aliénation, il n'en demeure pas moins qu'ils restent aliénés ! De plus, même l'activité la plus plaisante, lorsqu'elle est quotidienne et répétitive demeure une activité pénible.

TOUTEFOIS...

Le langage populaire dit qu'il n'y a pas de plus grand plaisir que d'exercer le travail de son choix. Travailler par plaisir, c'est vivre le temps du travail comme un loisir.



Mais le travailleur est aliéné en un second sens : le passage de l'outil à la machine lui fait perdre la maîtrise de la technique. De moyen de ruser avec la nature pour se libérer, la technique devient ici un facteur d'aliénation, de perte de liberté. Dans le passage des métiers, des ateliers, du compagnonnage et des confréries au machinisme industriel, le travailleur perd la maîtrise de l'ensemble du processus et de l'ensemble des moyens techniques : devenu parcellaire, son travail ne maîtrise plus la machine mais au contraire se trouve maîtrisé par elle : « Dans la manufacture et le métier, l'ouvrier se sert de son outil ; dans la fabrique il sert la machine », ajoute Marx. Dans le travail social, la technique prive l'homme de la jouissance de la communication et du choc en retour, cad des moyens de sa libération. Pourtant, la machine sans sa valorisation par l'homme n'est que du « travail mort » : mais le travail vivant auquel sa valorisation par l'homme donne lieu n'a plus rien de libérateur. Hegel le prophétisait déjà en quelque sorte : « enfin l'abstraction de la production fait le travail toujours plus mécanique et à la fin, il est possible que l'homme en soit exclu et que la machine remplace l'homme » ( « PPD » $198). Le ver était donc déjà dans le fruit : tout en permettant d'un côté à l'homme de devenir lui-même en rusant avec la nature, la technique semble aussi être ce qui risque de se réapproprier la notion de travail en en excluant l'homme. Est-ce, finalement, si grave ? Le début du XX ième ressentait le développement du machinisme et la rationalisation du travail comme des chances pour l'homme, et ce, dans une perspective qui n'était pas toujours hypocrite et cynique. Les hommes privés de travail n'en sont-ils pas pour autant des hommes ?


  • I) Le travail même aimé est encore un travail.

a) De la nature du travail.
b) L'essence du travail est d'être forcé (Alain).
c) N'est-on pas obligé d'aimer son travail ?..

  • II) Travailler c'est peiner à la tâche.

a) Une étymologique éloquente. Mais ?
b) L'amour ne peut être une contrainte.
c) Le temps de travail comme temps de loisir (l'exemple de l'artiste iu du libre entrepreneur) !

.../...



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Aimer son travail est-ce encore travailler ? Corrigé de 6064 mots (soit 9 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Aimer son travail est-ce encore travailler ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • chloedestuynder-2233 (Hors-ligne), le 29/01/2014 à 29H13.
  • mahie38-226281 (Hors-ligne), le 05/01/2014 à 05H09.
  • nchps-225530 (Hors-ligne), le 31/12/2013 à 31H10.
  • maad39-224580 (Hors-ligne), le 17/12/2013 à 17H19.
  • maad39-224580 (Hors-ligne), le 17/12/2013 à 17H11.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Prétendre ainsi que le travail libère, c'est se placer dans une perspective proprement humaine, qui consiste à mettre l'accent sur ce que le travailleur retire de son travail plutôt que sur le produit lui-même de son travail. Cette prise de position ne va pas de soi, parce qu'après tout le mot « travail » renvoie apparemment de façon indistincte à l'activité et au résultat de cette activité. Le mot « travail » en français confond donc l'activité et le résultat, que les deux substantifs anglais « labour » et « work » distinguent. Toute la question ici est bien de savoir jusqu'à quel point on peut appeler « travail » une activité qui n'a pas de résultat visible, comme par exemple l'entraînement d'un athlète ou d'un gymnaste : pour pouvoir dire que le gymnaste travaille, il faut que la notion ne soit pas réductible au résultat, même si la perspective du résultat n'est jamais radicalement absente.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    On appelle travail l'exercice de l'activité humaine qui est dirigé vers une fin -médiate (...) Cueillir un fruit pour le manger ne s'appelle pas travailler; mais cueillir des fruits pour les mettre en réserve, pour les céder en échange de quelque autre avantage, etc., est travailler (...) une excursion est un exercice de l'activité qui n'est pas travail chez le touriste, parce qu'il y cherche seulement une satisfaction directe; elle est un travail pour le guide (...) Il se mêle souvent à la notion du travail une idée de -contrainte., F. SIMIAND, -in Grande Encycl. (BERTHELOT), art. -Travail.

    Ajouté par webmaster

    J'ai énormément à faire, maman, vous le savez; beaucoup de travail. - Baste! fit-elle, le travail? Tu dois travailler. Tu dois briser tes nerfs, le travail est ta santé., BERNANOS, la Joie, OE. roman., p. 539.

    Ajouté par webmaster

    Il faut rire et pleurer, aimer, travailler, jouir et souffrir, enfin vibrer autant que possible dans toute son étendue. Voilà, je crois, le vrai humain., FLAUBERT, Correspondance, 878, 27 nov. 1866.

    Ajouté par webmaster

    (...) les raisonnements de Carnot sous leur forme primitive ne paraissent pas toujours satisfaisants d'après nos vues actuelles, car Carnot ignorait encore la possibilité de transformer la chaleur en travail ou inversement; autrement dit l'idée d'équivalence entre la chaleur et le travail lui faisait encore défaut., L. DE BROGLIE, Physique et Microphysique, p. 264.

    Ajouté par webmaster

    (...) travailler jusqu'au matin, employer la journée à revoir, étendre, émonder, perfectionner, polir le travail nocturne (...), Th. GAUTIER, Portraits contemporains, H. de Balzac, II.

    Ajouté par webmaster

    L'esprit du travail est souvent incomplet en nous, et il est malheureux que tout le monde ait la faculté de travailler (...) C'est là ce qui fait des oeuvres médiocres., A. DE VIGNY, Journal d'un poète, p. 162.

    Ajouté par webmaster

    -Encore que avait apparu vers le XVËe siècle. Il était très usité dans la langue classique : -Va-t'en, ne montre plus à ma douleur extrême, Ce qu'il faut que je perde, encore que -je l'aime... - Les femmes croient souvent aimer, encore qu'-elles n'aiment pas... - Ne dites-vous pas... que le ciel et les oiseaux prouvent Dieu?... Car encore que -cela est vrai en un sens... néanmoins cela est faux à l'égard de la plupart... De nos jours la locution a un air archaïque., F. BRUNOT, la Pensée et la Langue, p. 863.

    Ajouté par webmaster

    Elle s'appelait Julienne, mais il paraît que pour le travail Maridge c'était mieux (...) alors Maridge a commencé à travailler pour moi., J. CAU, la Pitié de Dieu, p. 46.

    Ajouté par webmaster

    Travailler ayant froid, travailler pour gagner sa vie, coudre menu, achever avant de dormir les ouvrages rapportés chaque soir de Paimpol., LOTI, Pêcheur d'Islande, III, XIV.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Aimer son travail est-ce encore travailler ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo