NoCopy.net

L'Amour Occupe Dans Le Roman Une Place Essentielle. En Quoi Sa Représentation Est-Elle Révélatrice Du Regard Porté Par Le Romancier Sur L'Homme Et La Société ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Claude MONET: LE PONT D'ARGENTEUIL Sujet : est-ce vrai que le premier émoi amour ... >>
Partager

L'Amour Occupe Dans Le Roman Une Place Essentielle. En Quoi Sa Représentation Est-Elle Révélatrice Du Regard Porté Par Le Romancier Sur L'Homme Et La Société ?

Echange

Aperçu du corrigé : L'Amour Occupe Dans Le Roman Une Place Essentielle. En Quoi Sa Représentation Est-Elle Révélatrice Du Regard Porté Par Le Romancier Sur L'Homme Et La Société ?



Document transmis par : Amandine26718


Publié le : 26/9/2010 -Format: Document en format FLASH protégé

L'Amour Occupe Dans Le Roman Une Place Essentielle. En Quoi Sa Représentation Est-Elle Révélatrice Du Regard Porté Par Le Romancier Sur L'Homme Et La Société ?
Zoom

 

I QUESTIONS / 4 POINTS (voir feuille n°2) 

 

II TRAVAUX D'ECRITURE (AU CHOIX !) 

 

A) COMMENTAIRE /16 POINTS

 

Vous ferez le commentaire du texte C. 

 

B) DISSERTATION / 16 POINTS

 

L'amour occupe dans le roman une place essentielle. En quoi sa représentation est-elle révélatrice du regard que porte le romancier sur l'homme et la société ? Vous réfléchirez à cette question en vous appuyant sur le corpus, sur les oeuvres étudiées en classe (cf. Les Liaisons dangereuses mais aussi corpus sur « l'inconstance ») et ... SUR VOS LECTURES PERSONNELLES ! (cf. Roman étudié en seconde ? )

 

C) ECRITURE D'INVENTION / 16 POINTS 

 

Vous rédigerez au choix l'un des deux textes suivants : 

- soit la lettre envoyée par un lecteur à l'éditeur dans laquelle le lecteur s'indigne que l'éditeur propose des romans comme Delly dans son catalogue.

- soit la réponse de l'éditeur au lecteur qui lui aurait envoyé une telle lettre.

 

 

 

Documents :

 

A – Honoré de Balzac, La Femme de trente ans, 1831

B – Delly, Comme un conte de fées, 1935

C – Nathalie Sarraute, Le Planétarium, 1959.

 

> Dans ces trois textes, le narrateur fait réagir les personnages féminins en fonction de certaines valeurs morales et sociales : vision de l'homme, places respectives de l'homme et de femme, idéal social. Pour chacun des textes, vous caractériserez ces valeurs, en étant attentif à celles qui peuvent être communes à l'ensemble du corpus.

 

Après avoir répondu à cette question, les candidats devront traiter au choix un des trois sujets.

 

Document A

 

Dans La Femme de trente ans, Honoré de Balzac raconte différents moments de la vie de Julie, l'héroïne. Elle apparaît tout d'abord en 1813 éprise d'un bel officier, Victor, comte d’Aiglemont, qu'elle épousera par la suite et qui, par ses infidélités répétées, la rendra très malheureuse.

 

Quand les manoeuvres furent terminées, l'officier d'ordonnance arriva à bride abattue et s'arrêta devant l'empereur pour en attendre les ordres. En ce moment, il était à vingt pas de Julie, en face du groupe impérial, dans une attitude assez semblable à celle que Gérard a donnée au général Rapp dans le tableau de la Bataille d’Austerlitz. Il fut permis alors à la jeune fille d'admirer son amant dans toute sa splendeur militaire. Le colonel Victor d'Aiglemont, à peine âgé de trente ans, était grand, bien fait, svelte ; et ses heureuses proportions ne ressortaient jamais mieux que quant il employait sa force à gouverner un cheval dont le dos élégant et souple paraissait plier sous lui. Sa figure mâle et brune possédait ce charme inexplicable qu'une parfaite régularité de traits communique à de jeunes visages. Son front était large et haut. Ses yeux de feu ombragés de sourcils épais et bordés de longs cils se dessinaient comme deux ovales blancs entre deux lignes noires. Son nez offrait la gracieuse courbure d'un bec d’aigle. La pourpre de ses lèvres était rehaussée par les sinuosités de l'inévitable moustache noire. Ses joues larges et fortement colorées offraient des tons brnns et jaunes qui dénotaient une vigueur extraordinaire. Sa figure, une de celles que la bravoure a marquées de son cachet offrait le type que cherche aujourd'hui l'artiste quand il songe à réprésenter un des héros de la France impériale. Le cheval trempé de sueur, et dont la tête agitée manifestait une extrême impatience, les deux pieds de devant écartés et arrêtés sur une même ligne sans que l'un dépassât l'autre, faisait flotter les longs crins de sa queue fournie ; et son dévouement offrait une matérielle image de celui que son maître, avait pour l’empereur. En voyant son amant si occupé de saisir les regards de Napoléon, Julie éprouva un moment de jalousie en pensant qu’il ne l’avait pas encore regardée. Tout à coup, un mot est prononcé par le souverain. Victor presse les flancs de son cheval et part au galop ; mais l'ombre d'une borne projetée sur le sable effraie l'animal qui s'effarouche, recule, se dresse, et si brusquement que le cavalier semble en danger. Julie jette un cri, elle pâlit ; chacun la regarde avec curiosité; elle ne voit personne ; ses yeux sont attachés sur ce cheval trop fougueux que l'officier châtie tout en courant redire les ordres de Napoléon. Ces étourdissants tableaux absorbaient si bien Julie, qu'à son insu elle s'était cramponnée au bras de son père, à qui elle révélait involontairément ses pensées par la pression plus ou moins vive de ses doigts. Quand Victor fut sur le point d'être renversé par le cheval, elle s'accrocha plus violemment encore à son père, comme si elle-même eût été en train de tomber. Le vieillard contemplait avec une sombre et douloureuse inquiétude le visage épanoui de sa fille, et des sentiments de pitié, de jalousie, de regrets même, se glissèrent dans toutes ses rides contractées. Mais quand l'éclat inaccoutumé des yeux de Julie, le cri qu'elle venait de pousser et le mouvement convulsif de ses doigts, achevèrent de lui dévoiler un amour secret, certes, il dut avoir quelques tristes révélations de l'avenir, car sa figure offrit alors une expression sinistre. En ce moment, l'âme de Julie semblait avoir passé dans celle de l'officier. Une pensée plus cruelle que toutes celles qui avaient effrayé le vieillard crispa les traits de son visage souffrant, quand il vit d'Aiglemont échangeant; en passant devant eux, un regard d'intelligence avec Julie dont les yeux étaient humides, et dont le teint avait contracté une vivacité extraordinaire. Il emmena brusquement sa fille dans le jardin des Tuileries.

 

1. Le peintre François Gérard (1770-1837).

2. Son amant : l'homme dont elle est amoureuse.

3 Le souverain : Napoléon.

 

DOCUMENT B

 

(Sous le pseudonyme de Delly furent composés de très nombreux romans sentimentaux qui connurent un succès populaire considérable. Dans Comme un conte de fées, Gwennola de Pendennek vit heureuse avec ses parents dans le château familial. Un jour, au village voisin, arrive un certain monsieur Wolf. Ils s'éprennent l'un de I'autre. Un soir, dans «la clarté rose du couchant », elle descend dans la roseraie cueillir, une corbeille de roses..:)

 

La corbeille était pleine maintenant. Gwennola s'attardait cependant un peu, dans la tiédeur parfumée de la roseraie. Elle rêvait, la sage Gwennola car elle nétait plus en ce moment que l'amoureuse Gwennola, évoquant le souvenir du bien-aimé. 

Et voici qu'elle entendait, sur le sol sablé, son pas bien connu, son pas fermé et décidé d’homme énergique, un peu autoritaire. Il apparut, souriant, une flamme ardente dans les yeux quil attachait sur la jeune fille rougissante; arrêtée au milieu de l’allée.

- Une fée de roses, dans cette lumière du soir... Une belle princesse des contes de fées.

Il s'inclinait, prenait la main que ne songeait pas à lui tendre Gwenola saisie par une étrange timidité, par un trouble frémissant.

-... Mademoiselle, je viens de voir vos parents et ils m ont autorisé à venir vous rejoindre ici, pour vous dire moi-même mon désir, mon très ardent désir.... Voulez-vous m'accorder le bonheur d'être pour toute la vie votre compagnon, votre époux très fidèle et très aimant ?

Les yeux que Gwennola avait un instant baissés se relevèrent, offrant à Franz leur pure lumière et le bonheur ingénu d'un coeur virginal dont il se savait déjà le maître.

- Si mes parents le veulent bien Monsieur..... moi je serai très heureuse. J'ai en vous; la plus grande, confiance...

- Cela ne vous déplaira pas trop de vous appeler seulement Madame Wolf, vous qui êtes une Pendennek ?

Elle secoua la tete, en souriant avec une tendre douceur.

- Oh ! non ! Vous possédez-tant-de qualités supérieures qui sont tellement au-dessus de tous les quartiers de noblesse (1)! Et puis... 

Au moment de laisser l'aveu franchir ses lèvres, elle s'interrompit, un peu plus rougissante, les cils d’or battant au bord des paupières frémissantes.

- Et vous m’aimez un peu, Gwennola ? Vous aimez Franz Wolf, tout simplement ?

- Tout simplement, oui.

Elle souriait de nouveau, en levant sur lui ses yeux dont le bleu velouté s'éclairait d'un chaud rayon d'amour.

Franz se pencha et posa un long baiser sur la main qu'il tenait entre les siennes.

- Moi, je suis tout à vous, Gwennola précieux trésor que Dieu a mis sur ma route. Je vous promets amour et fidélité... Mais il faut que je vous confesse – comme je viens de le faire à vos parents - une petite tromperie- oh ! pas bien terrible !

Elle 1e regarda avec étonnement, mais sans inquiétude, car il souriait avec une douce ironie.

- Une tromperie ?

- Oui, chère Gwennola Je ne m'appelle pas Franz Wolf mais Franz-Josef, archiduc d'Autriche, prince de Sohnberg par ma mère, dernière descendante de cette famille autrefois souveraine.

 

Delly, Comme un conte de fées, Flammarion, 1935. 

 

1. quartiers de noblesse : degrés marquant l’ancienneté de la noblesse.

...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "L'Amour Occupe Dans Le Roman Une Place Essentielle. En Quoi Sa Représentation Est-Elle Révélatrice Du Regard Porté Par Le Romancier Sur L'Homme Et La Société ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Les auteurs marquent donc, par la description de leurs personnages la réalité d'une époque où l'amour prenait une place secondaire. Les mariages étaient le plus souvent arrangés mais l'amour survenait tout de même dans un deuxième temps et donnait lieu à des dilemmes comme celui auquel est confronté le personnage Georges du Roy dans Bel ami lorsque il prend la main d'une jeune femme, alors qu'il a déjà eu des relations avec sa mère. Au fil du temps, on commence cependant à distinguer plus de différence dans les descriptions et les regards portés sur l'être aimé dans le roman. Ainsi, VENTRE DE PARIS. La passion amoureuse telle qu'on la connaît aujourd'hui commence alors à devenir un principaux butes des personnes même si les codes sociaux sont encore très marqués. Avec le temps, les personnages vont évoluer et l'idéalisation de l'autre va peu à peu disparaitre pour laisser place au vrai amour.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

L'amour de soi-même est un sentiment naturel qui porte tout animal à veiller à sa propre conservation, et qui, dirigé dans l'homme par la raison et modifié par la pitié, produit l'humanité et la vertu. L'amour-propre n'est qu'un sentiment relatif, factice, et né dans la société, qui porte chaque individu à faire plus de cas de soi que de tout autre, qui inspire aux hommes tous les maux qu'ils se font mutuellement, et qui est la véritable source de l'honneur., ROUSSEAU, De l'inégalité parmi les hommes, Note.

Ajouté par webmaster

(...) j'aimerais à délimiter, dans la maison, des places, des espaces que je m'efforcerais de garder vagues et que je nommerais les espaces sacrés. C'est un voeu de haute fantaisie et c'est dire irréalisable. La vie cherche toujours à reculer les murailles. Sur toute place gagnée, elle pose, pour se délivrer, des fardeaux et des trésors (...) Et l'homme, finalement, reste toujours perplexe, cherchant du regard autour de lui quelque place vacante où poser enfin ce qu'il porte dans ses mains., G. DUHAMEL, le Temps de la recherche, XV.

Ajouté par webmaster

Il est évident que de nouvelles formes de société, de nouvelles distributions de richesses, d'imprévus apports extérieurs sont pour beaucoup dans la formation des caractères; mais je crois qu'on est porté à s'exagérer cependant leur importance formatrice - je la crois plutôt révélatrice simplement., GIDE, Nouveaux prétextes, p. 24.

Ajouté par webmaster

Si la société sans classes termine l'histoire, alors, en effet, la société capitaliste est supérieure à la société féodale dans la mesure où elle rapproche encore l'avènement de cette société sans classes., CAMUS, l'Homme révolté, p. 276.

Ajouté par webmaster

Tous les hommes qu'on a découverts dans les pays les plus incultes et les plus affreux vivent en société (...) Quelques mauvais plaisants ont abusé de leur esprit jusqu'au point de hasarder le paradoxe étonnant que l'homme est originairement fait pour vivre seul comme un loup-cervier, et que c'est la société qui a dépravé la nature (...) Chaque animal a son instinct; et l'instinct de l'homme fortifié par la raison, le porte à la société comme au manger et au boire., VOLTAIRE, Dict. philosophique, Homme.

Ajouté par webmaster

Seule demeure -(au XVIIËe s.) la représentation se déroulant dans les signes verbaux qui la manifestent, et devenant par là -discours. à l'énigme d'une parole qu'un second langage doit interpréter s'est substituée la discursivité essentielle de la représentation : possibilité ouverte (...) que le discours aura pour tâche d'accomplir et de fixer., Michel FOUCAULT, les Mots et les Choses, p. 93.

Ajouté par webmaster

(...) nous devons donner raison à ceux qui prétendent que le roman est le premier des arts. Il l'est, en effet, par son objet, qui est l'homme. Mais nous ne pouvons donner tort à ceux qui en parlent avec dédain, puisque, dans presque tous les cas, il détruit son objet en décomposant l'homme et en falsifiant la vie., F. MAURIAC, le Romancier et ses personnages, p. 122.

Ajouté par webmaster

La place donnée dans l'éducation, au savoir inassimilable prouve que la société se rend compte de son impuissance. Il ne s'agit que de passer le temps., J. CHARDONNE, l'Amour du prochain, II, p. 59.

Ajouté par webmaster

La société consiste dans les services mutuels que se rendent les particuliers; c'est pourquoi elle se lie par la communication et permutation : et tout cela est né du besoin, parce qu'il n'est pas possible qu'un seul homme puisse suffire à tout. Ainsi la société demande la diversité des ouvrages (...) on a introduit l'usage de l'argent. Je vous donne mon blé, par exemple; mais j'aurai besoin d'un logement dans quelque temps. Je fais un échange avec Paul, afin de me loger : mais Paul n'a pas de quoi m'accommoder, il substitue de l'argent en la place du logement que je lui demande; et ainsi l'argent m'est comme caution que je pourrai avoir une maison quand la nécessité me pressera (...), BOSSUET, Pensée chrétienne et morale, De la société.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

L'Amour Occupe Dans Le Roman Une Place Essentielle. En Quoi Sa Représentation Est-Elle Révélatrice Du Regard Porté Par Le Romancier Sur L'Homme Et La Société ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo