Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< On a souvent reproché à Rimbaud de manquer d ... Opération «Barbarossa» ? >>
Partager

Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud.



Publié le : 12/10/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud.
Zoom
  • ANALYSE : n. f. est emprunté (déb. XVIIe s., d\'Aubigné) au grec analusis « décomposition » et « résolution », dérivé du verbe analuein, composé de ana- (? ana-) et de luein « dissoudre » (? lyse, lytique), auquel correspond le latin solvere (? solution). ? Le mot désigne d\'abord une décomposition d\'éléments de nature intellectuelle et abstraite, une critique, puis un procédé de raisonnement (1641). À la même époque, en logique (1637), il s\'oppose à synthèse. Il s\'applique aussi à la décomposition des éléments du discours (1775), par exemple dans analyse logique, analyse grammaticale (1778). ? L\'emploi concret, en chimie, est attesté au début du XVIIIe s. (1726) et semble découler du sens chimique du verbe analyser (cidessous). ? Le mot est entré dans l\'usage courant, notamment à propos de l\'examen psychologique du comportement, au XVIIIe siècle. ? Une autre valeur est celle de « résolution, solution » et concerne la démonstration mathématique ; elle se combine avec la première valeur du mot. L\'analyse, d\'abord méthode par déduction (1636, Descartes), c\'est-à-dire algèbre (voir ce mot), devient une branche des mathématiques par l\'expression analyse des infiniment petits (1695).
  • Rimbaud : Arthur Rimbaud (1854-1891). Poète français. Son oeuvre, achevée avant l'âge de vingt ans, a profondément influencé la poésie moderne (le Bateau ivre, 1871; une Saison en enfer, 1873).

Ce sonnet a été écrit avant la rencontre de Verlaine et de Rimbaud en 1871. On sait comment le jeune poète échoua ensuite dans la conquête de la gloire : introduit par Verlaine dans les cercles littéraires, il les scandalisa par son sans-gêne et son irrespect pour les réputations établies. La mode étant alors au Parnasse, les écrivains ne virent dans ses œuvres qu'un romantisme anarchique et décadent ; cependant Rimbaud avait déjà rompu non seulement avec le romantisme, mais encore avec le Parnasse, pour entrer dans le domaine de la vision pure. Ses lettres à son professeur G. Izambard et à son ami le poète Paul Démeny rejettent toutes les formes antérieures de la poésie et déterminent les caractéristiques du Poète-Voyant. Voyelles, comme les Chercheuses de Poux, Quatrain et le Bateau ivre appartiennent à la même période, où le poète reste encore fidèle au vers, tout en le libérant des entraves de la raison.
 
 Nous avons donné ici. le texte de l'édition critique des Poésies de Rimbaud, publiée au Mercure de France, en 1947, par M. H. de Bouillane de Lacoste, qui reproduit la version donnée par Rimbaud lui-même au poète Emile Blémont, lors de son séjour à Paris. Ce texte représente donc la forme achevée du poème, qui a subi plusieurs transformations.
 Il existe, en effet, plusieurs manuscrits de Voyelles :
 
 ♦ Le poème envoyé de Charleville à Verlaine, et qui s'est égaré.
 ♦ La copie qu'en fit Verlaine, et qu'il inséra dans un cahier de poèmes de Rimbaud, qu'il publia ensuite dans la revue Lutèce, en 1883.
 ♦ L'exemplaire donné à Emile Blémont, conservé aujourd'hui à la Maison de la Poésie.
 Les diverses éditions de Voyelles présentent des versions assez différentes.



A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles,

Je dirai quelque jour vos naissances latentes :

A, noir corset velu des mouches éclatantes

Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,

 

Golfes d'ombre ; E, candeur des vapeurs et des tentes,

Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ;

I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles

Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

 

U, cycles, vibrements divins des mers virides,

Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides

Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

 

O, suprême Clairon plein des strideurs étranges,

Silence traversés des Mondes et des Anges :

- O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux ! -

 

A. Rimbaud





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud. Corrigé de 2971 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud." a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Greenfil-176898 (Hors-ligne), le 01/07/2012 à 01H16.
  • marenoue-176482 (Hors-ligne), le 25/06/2012 à 25H22.
  • kafka (Hors-ligne), le 25/06/2011 à 25H10.
  • chuckchuck (Hors-ligne), le 13/06/2011 à 13H16.
  • delor973 (Hors-ligne), le 29/05/2011 à 29H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    U, cycles, vibrements divins des mers virides., RIMBAUD, Poésies, XLII, «Voyelles».

    Ajouté par webmaster

    (...) paix des rides Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux (...), RIMBAUD, Poésies, «Voyelles».

    Ajouté par webmaster

    (...) E blanc (...) (...) candeurs des vapeurs et des tentes, Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles (...), RIMBAUD, Voyelles.

    Ajouté par webmaster

    A, noir corset velu des mouches éclatantes Qui bombinent autour des puanteurs cruelles (...), RIMBAUD, Poésies, «Voyelles» (1871).

    Ajouté par webmaster

    J'inventai la couleur des voyelles! (...) Je réglai la forme et le mouvement de chaque consonne, et, avec des rythmes instinctifs, je me flattai d'inventer un verbe poétique accessible, un jour ou l'autre, à tous les sens., RIMBAUD, Une saison en enfer, «Délires», II.

    Ajouté par webmaster

    La langue hébraïque s'écrivait autrefois sans voyelles, il n'y avait que les seules consonnes, et c'était la tradition et l'usage qui apprenaient comment il fallait placer les voyelles pour la lire et la prononcer., DU MARAIS, Oeuvres, -in LITTRÉ.

    Ajouté par webmaster

    Tu éviteras, autant que la contrainte de ton vers le permettra, les rencontres de voyelles et diftongues -(diphtongues) qui ne se mangent point; car telles concurrences de voyelles font les vers merveilleusement rudes en notre langue., RONSARD, l'Art poétique, de l'H.

    Ajouté par webmaster

    -(Malherbe) interdit l'hiatus. Ronsard, frappé de certaines rencontres de voyelles qui rendaient les vers «merveilleusement rudes», n'admettait plus le contact de deux voyelles appartenant à des mots différents qu'après un monosyllabe ou à la pause (...) Malherbe proscrivit absolument tous les hiatus. La définition de l'hiatus, tel que l'a compris la versification classique, est -artificielle : l'hiatus est la -rencontre de deux voyelles appartenant à -deux mots différents, dont le premier n'est pas terminé par un e muet., F. BRUNOT et Ch. BRUNEAU, Grammaire historique, 1075.

    Ajouté par webmaster

    L'écriture syriaque telle qu'elle a servi sans concurrente jusqu'à la séparation des Jacobites et des Nestoriens est appelée estranguela (estranghela), ou estranguelo (estranghelo). Les voyelles n'y ont jamais été notées que par des -matres lectionis; des points distinguant certaines catégories de mots facilitent la lecture. Les Nestoriens ont employé une forme peu modifiée de l'estranguela; à partir du VIII Ëe siècle, ils ont adopté, surtout dans les textes liturgiques, un système de notation des voyelles par des points au-dessus et au-dessous de la ligne. Les Jacobites ont tracé une cursive plus grêle qu'ils ont munie (fin du VIIËe ou VIIIËe siècle) de voyelles grecques placées sur ou sous la ligne., M. COHEN, -in MEILLET et COHEN, les Langues du monde, p. 127.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Analyse complète de VOYELLES d'Arthur Rimbaud.

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo