NoCopy.net

Analyse du prologue d'Antigone par Jean Anouilh

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Problématiques de dissertation Colloque sentimental >>
Partager

Analyse du prologue d'Antigone par Jean Anouilh

Echange

Aperçu du corrigé : Analyse du prologue d'Antigone par Jean Anouilh



Document transmis par : Nicolas39396


Publié le : 23/10/2010 -Format: Document en format HTML protégé

Analyse du prologue d'Antigone par Jean Anouilh
Zoom

 

Bonjour je vais vous présenter aujourd’hui le prologue d’Antigone écrit par Jean Anouilh. Il s’agit d’une œuvre qui fut d’abord écrite par Sophocle en 441 av. J.-C. et Anouilh la reprend en la modernisant (vulgarisant) un peu. Sophocle (496-405 av. J.-C.) est un auteur de tragédies grec et s’est un des seuls dont quelques pièces ont pu être conservée. 

Anouilh est né en 1910 et mort en 1987. Il a beaucoup écrit mais le succès ne fut pas toujours très grand. En 1944 il écrit Antigone, en pleine occupation allemande. Il ne se prononça jamais clairement au sujet de la guerre, cependant la pièce d’Antigone met en avant la résistance d’Antigone contre l’empereur Créon. Un parallèle avec la situation de l’époque peut être fait, Antigone représentant la Resistance, Créon Pétain. 

La Resistance est l’ensemble des luttes menées contre l’occupant allemande pendant la Seconde Guerre mondiale.

Philippe Pétain est maréchal et homme politique français qui dès le 26 Juin 1940 est président du conseil, il a le plein pouvoir et conclut l’armistice avec l’Allemagne.

 

Passons maintenant au sujet du passage, il s’agit d’une présentation des personnages accompagnée d’une prolepse qui nous annonce ce qui va se passer durant la pièce. 

 

Le texte peut se diviser comme suit :

 

1. Voilà…mourir ce soir.

Présentation des filles d’Oedipe

1.1 Voilà…jusqu’au bout

Présentation d’Antigone

1.2 Et , depuis que ce rideau…mourir ce soir.

Présentation D’Ismène

2. Le jeune homme… non plus pour lui.

Présentation de la famille de Créon

2.1 Le jeune homme…le droit de mourir.

Présentation d’Hémon

2.2 Cet Homme robuste…au seuil de sa journée.

Présentation de Créon

2.3 La vieille dame…pour lui.

Présentation d’Eurydice

3. Ce garçon pâle…la justice de Créon

Présentation des autres personnages

3.1 Ce garçon pâle…il sait déjà.

Présentation du Messager

3.2 Enfin les trois hommes…justice de Créon.

Présentation des gardes

4. Et maintenant que…puni de mort.

Le prologue, récit des événements antérieur au début de la pièce

 

Deux possibilités s’offraient pour le plan. L’une aurait été de faire deux grandes divisions, une pour la présentation des personnages, l’autre pour le prologue. J’ai cependant choisi de diviser la présentation des personnages en trois parties, les trois groupes de personnes différentes, cela permettant une division un peu plus claire mais qui fondamentalement n’influence pas la lecture de ce texte.

 

Pour le vocabulaire, deux précisions : - Sordide : D’une saleté repoussante

- Sépulture : inhumation considérée surtout dans les formalités et cérémonies qui l’accompagne.

 

Deux grandes axes dans mon analyse : - voir ce qu’apporte ce texte introductif au lecteur ou au spectateur

- comparer la version d’Anouilh et de Sophocle

 

La didascalie avant le discours du Prologue sont assez importantes. Nous en retenons avant tout deux informations, la première étant que tous les personnages sont en scène, chose assez rare pour le début d’une pièce de théâtre pour être relevée, et deuxièmement « ils bavardent, tricotent, jouent aux cartes », s’amusent donc avant de jouer une tragédie, ce qui met en avant un contraste (tragédie = sérieux, la mort et les personnages s’amusent) et le non-sérieux semble se mettre en avant. Nous avons l’impression que nous voyons dans les coulisses. Remarque liminaire, ces trois lignes s’adressent au metteur en scène ou au lecteur, le spectateur quant à lui voit tout cela sur scène. La phrase suivante, c’est à dire « le Prologue se détache et s’avance » nous montre qu’il y a clairement une personnification qui se fait, le prologue étant normalement le discours qui introduit une pièce de théâtre, or s’il s’avance, c’est un personnage. 

Son discours commence sur un ton assez familier avec le « Voilà ». Il annonce ensuite que « ces personnages vont vous jouer l’histoire d’Antigone ». Le vous montre que lui se met en dehors de tout, il n’est ni personnage, ni spectateur. La formulation « vous jouer » laisse le spectateur perplexe, car lorsque l’on se trouve au théâtre, durant le temps de la pièce, ce qui se passe sur scène correspond à la réalité pour le spectateur. Il s’agit du même phénomène que quand on lit un roman, durant le temps de lecture, la fiction devient réalité. Or justement avec cette formulation « vous jouer » le spectateur ne peut pas prendre la représentation pour la réalité, puisque le Prologue insiste sur le fait que c’est une fiction. Le spectateur/lecteur (nous utiliserons par la suite pour des raisons évidentes de simplification plus que la notion de lecteur, mais gardant en tête qu’il s’agit tout aussi bien du spectateur), alors le lecteur est d’entrée de cause dérouté par cette mise en évidence qu’il ne s’agit que d’une fiction. 

Commence ensuite la description physique d’Antigone « la petite maigre », qui avec le titre de la pièce semble être le personnage principal et le fait d’être introduite en premier semble confirmer cette idée initiale. Le langage reste assez familier « la petite maigre », « là-bas ». Le « là-bas » donne au lecteur l’impression qu’Antigone est montrée du doigt par le Prologue. Nous obtenons avec les précisions « elle ne dit rien » « elle regarde droit devant elle » et « elle pense » le sentiment qu’Antigone est seule, isolée en-dehors de ce monde, comme dans une bulle. La phrase suivante est à nouveau déroutante « elle pense qu’elle va être Antigone tout à l’heure ». Alors que tout le monde pensait que le Prologue parlait du personnage d’Antigone, il met en fait en avant l’actrice qui joue ce rôle. Nous avons alors l’impression que le rideau c’est levé trop tôt, que nous prenons les acteurs dans leur préparation. La fin de la phrase « Créon, son oncle, qui est le roi » met en avant des éléments indispensables à la compréhension de l’œuvre. Le Prologue remplit par la son rôle de présenter les éléments que le lecteur doit connaître avant de s’attaquer à la pièce. Mais il fait bien plus que cela, il annonce même ce qui va se passer durant la pièce « Antigone se dressera seule face au monde, seule face au roi ». Le contraste entre cette fille qui ne donne pas l’impression d’avoir une grande confiance en soi et l’action annoncée est bien soulignée. La précision « seule » répétée à deux reprise confirme à nouveau que c’est un personnage à part. 

Nous entrons ensuite dans la pensée d’Antigone avec le « elle pense ». Cela montre que le Prologue est omniscient, il sait tout ce qui se passe dans sa tête. « elle pense qu’elle va mourir, qu’elle est jeune et qu’elle aussi , elle aurait bien aimé vivre » met en avant le côté tragique de la pièce, le fait qu’elle soit jeune et qu’elle aurait bien aimé vivre accentue le tragique puisqu’elle aurait aimé vivre. Il ne s’agit donc pas d’un suicide, ni d’une mort naturelle du à l’âge. Le « mais » qui est le début de la phrase suivante marque l’opposition avec la vie, « il n’y a rien à faire » ce qui met en place la notion de destin, de la fatalité, quoiqu’on face, on ne peut rien changer. Une précision intéressante pour la dernière phrase, Antigone signifie étymologiquement « non-née », son nom lui-même lui enlève le plaisir de pouvoir vivre et cela explique aussi qu’elle est toujours à part et seule. Pour finir cette première sous-partie, il est rappelé que l’on parle de l’actrice qui interprète le rôle d’Antigone et pas du personnage qui pense. 

 

Dans la deuxième sous-partie, le spectateur est encore une fois rappelé qu’il s’agit d’une pièce de théâtre et non-pas de la réalité puisque le Prologue dit depuis que ce rideau c’est levé, chose qui n’arrive qu’au théâtre et pas dans la réalité. Antigone se fait comme aspirée par un tourbillon ce qui permet de faire la fusion entre l’actrice et le personnage d’Antigone. Cette même phrase permet d’introduire Ismène, la sœur d’Antigone. Ismène est présentée comme l’exact opposé de sa sœur. Elle est avec un jeune homme, rit, bavarde, et si nous prenons encore en considération les aspects physiques dans le paragraphe suivant, nous pouvons observé que même là, l’opposition se poursuit : Ismène est blonde et belle . Antigone quant à elle est noiraude et maigre. La couleur de cheveux des deux sœurs n’est pas anodine, le noir est une couleur représentant la tristesse, le deuil quant au blanc c’est la couleur de la paix et d’une certaine légèreté. Le Prologue montre qu’une distance se créé par rapport à Antigone et des autres, c’est à dire d’Ismène et de « nous tous ». La distance entre nous lecteurs et entre Ismène par rapport à Antigone est donc la même. Notons encore qu’au début, le Prologue était une personne à part dans la salle, il se compte désormais avec « nous tous ». Antigone lui échappe donc aussi. 

 

Passons maintenant à la deuxième partie et entamons la présentation d’Hémon. Il est introduit grâce à Ismène avec qui il parle. Ismène a donc vraiment qu’un rôle de tr...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Analyse du prologue d'Antigone par Jean Anouilh" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

? Tableau récapitulatif : Les personnages Le Prologue, et tous les autres personnages, muets Statut Le Prologue, personnage extérieur à l’intrigue, hors liste Présente et commente le destin tragique des personnages Comportement (fatalité), rappelle l’histoire. Forme de paroles Monologue. Registre Courant, voire familier. Tonalité Tragique. Celle du mythe d’Œdipe, après la mort des deux frères, Étéocle Histoire et Polynice.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

C'est ce qu'ici l'on a voulu faire, et ce prologue est un essai de louanges de ce grand prince -(le Roi)., MOLIèRE, le Malade imaginaire, Prologue.

Ajouté par webmaster

.3 Enfin ils se dévoilent. Ils sont coulés, fiston, et nos affaires n'ont jamais été aussi bonnes., Jean ANOUILH, le Bal des voleurs, p. 198.

Ajouté par webmaster

Il faut pourtant l'avouer : cette analyse, qui a fait faire un si grand pas à l'idéologie, est pourtant encore incomplète. Pierre-Jean-Georges Cabanis, Rapports du physique et du moral de l'homme

Ajouté par webmaster

Cependant cette analyse devait bientôt être complétée par les théories keynésiennes qui introduisirent dans l'étude de la répartition un certain nombre de données globales relatives au comportement des agents économiques (...), Jean-Paul COURTHÉOUX, la Politique des revenus, p. 90.

Ajouté par webmaster

(...) l'analyste (...) a toujours subi une analyse didactique. Cette profession d'éboueur d'âmes impose qu'on soit d'abord entré dans son propre inconscient (...) Pratiquée auprès d'un -didacticien, habilité par l'Institut de psychanalyse à former des professionnels, cette analyse, qui dure de trois à sept ans, n'est jamais considérée comme définitivement achevée., Planète, n° 4, févr. 1969, Psychanalyste : un homme face à lui-même, p. 75.

Ajouté par webmaster

(...) il ne pouvait souffrir sa manie de raisonner, son analyse perpétuelle, je ne sais quel immoralisme intellectuel, surprenant chez un homme aussi épris qu'Olivier de la pureté morale, et qui avait sa source dans la largeur de son intelligence (...), R. ROLLAND, Jean-Christophe, Dans la maison, II, p. 1008.

Ajouté par webmaster

L'-oniro-analyse consiste dans l'exploration du psychisme au cours d'un état de rêve éveillé (ou onirisme) sous l'influence de drogues onirogènes. Celles-ci (...) engendrent le régime onirique défini par la dissolution des synthèses mentales et l'émancipation des automatismes psychologiques., Jean DELAY, Introd. à la médecine psychosomatique, Notes et observations, p. 111.

Ajouté par webmaster

(...) si l'on admet que celle-ci -(la psychonévrose émotionnelle) relève moins d'une constitution que de situations conflictuelles et de complexes institutionnels, souvent anciens et acquis (...) il devient nécessaire d'entreprendre une analyse psychobiographique de tous les problèmes affectifs du malade et de mettre en oeuvre une psychothérapie., Jean DELAY, Introd. à la médecine psychosomatique, 1961, p. 28.

Ajouté par webmaster

L'iconographie est une branche essentielle de l'histoire de l'art, mais ne se confond pas avec elle. Elle étudie, en effet, les sujets représentés dans les oeuvres d'art, leurs sources, leur signification historique ou symbolique. Il reste ensuite à compléter cette analyse iconographique par une analyse stylistique (...) L'iconographie ne peut faire complètement abstraction de la forme, sous peine de se dessécher (...), Louis RÉAU, Dict. d'art, art. -Iconographie.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Analyse du prologue d'Antigone par Jean Anouilh

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo