NoCopy.net

Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Anton TCHEKHOV: La Steppe (Résumé & Analyse) Anton TCHEKHOV: Récits (Résumé & Analyse) >>
Partager

Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse)

Fiche de lecture

Aperçu du corrigé : Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse)



document rémunéré

Document transmis par : samir19163


Format: Document en format FLASH protégé

	Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse)
Zoom

Tchékhov tenait à ce que ses oeuvres fussent jouées comme des comédies. Ce fut là l'objet de nombreuses querelles avec son metteur en scène attitré, Stanislavski, qui en donnait souvent une interprétation tragique. Tout l'art de Tchékhov est contenu dans cette oeuvre magistrale, pleine de finesse et d'humour, créée en 1904, quelques mois avant sa mort. La Cerisaie met en scène la mort d'une société autrefois omnipotente.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse) Corrigé de 609 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Courtesy Everett Collection Une dramaturgie complexe et virtuose est au service de cet humanisme bouleversant, à l'effet étrangement optimiste. La tragédie affleure constamment, mais elle est tenue en lisière par les ressorts propres à la comédie, à la tonalité de laquelle Tchekhov se déclarait spécialement attaché. Les brisures de l'intrigue, les ruptures de rythme, les cassures de l'émotion, les éclats de bizarrerie, les fulgurances mystérieuses ne cessent de faire balancer le spectateur entre rire et larmes, comme les choix de mise en scène entre le réalisme naturaliste originel (Stanislavski) et un fantastique symboliste non sans rapport avec celui de Maurice Maeterlinck (Meyerhold).

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Venant d'Albanie, accompagné par Anton, un Autrichien, j'entrai en Yougoslavie en montrant aux douaniers un passeport qui n'était qu'un livret militaire français auquel j'avais ajouté quatre pages d'un passeport autrichien (délivré à Anton) munies des visas du consulat serbe., Jean GENET, Journal du voleur, p. 122.

Ajouté par webmaster

.1 Le point de départ est la définition suivante, qui résume une analyse magistrale : le -jeu dans son aspect essentiel est une action libre, exécutée «comme si» et sentie comme située hors de la vie courante, mais qui cependant peut absorber complètement le joueur sans qu'il trouve en elle aucun intérêt ou en obtienne aucun profit (...), Roger CAILLOIS, l'Homme et le Sacré, p. 199.

Ajouté par webmaster

(...) l'analyste (...) a toujours subi une analyse didactique. Cette profession d'éboueur d'âmes impose qu'on soit d'abord entré dans son propre inconscient (...) Pratiquée auprès d'un -didacticien, habilité par l'Institut de psychanalyse à former des professionnels, cette analyse, qui dure de trois à sept ans, n'est jamais considérée comme définitivement achevée., Planète, n° 4, févr. 1969, Psychanalyste : un homme face à lui-même, p. 75.

Ajouté par webmaster

L'iconographie est une branche essentielle de l'histoire de l'art, mais ne se confond pas avec elle. Elle étudie, en effet, les sujets représentés dans les oeuvres d'art, leurs sources, leur signification historique ou symbolique. Il reste ensuite à compléter cette analyse iconographique par une analyse stylistique (...) L'iconographie ne peut faire complètement abstraction de la forme, sous peine de se dessécher (...), Louis RÉAU, Dict. d'art, art. -Iconographie.

Ajouté par webmaster

La tâche de la schizo-analyse est de défaire inlassablement les moi et leurs présupposés, de libérer les singularités prépersonnelles qu'ils enferment et refoulent (...) d'établir toujours plus loin et plus fin les schizes et les coupures bien au-dessous des conditions d'identité, de monter les machines désirantes qui recoupent chacun et le groupent avec d'autres (...) La schizo-analyse s'appelle ainsi parce que, dans tout son procédé de cure, elle schizophrénise, au lieu de névrotiser comme la psychanalyse., G. DELEUZE et F. GUATTARI, l'Anti-Oedipe, p. 434.

Ajouté par webmaster

Le Larousse, après Littré, ignore en effet -orangeraie et ne donne qu'-orangerie avec les deux sens de : serre où l'on met les orangers à l'abri pendant l'hiver, et de plantation d'orangers. -Orangerie, avec cette double acception, est équivoque et la formation du mot n'est pas logique, car la plupart des noms désignant des plantations d'arbres ou d'arbustes se terminent par le suffixe -aie. On dit : -amandaie, cerisaie, châtaigneraie, chênaie (...) Si donc -orangeraie n'existe pas, il devrait exister. Voilà un néologisme qui n'encourrait aucun blâme, du moins pas le mien., René GEORGIN, Jeux de mots, p. 342.

Ajouté par webmaster

(...) tout ce qui résume l'humanité est surhumain (...), HUGO, Quatre-vingt-treize, III, V, I.

Ajouté par webmaster

L'on peut nommer socio-analyse une telle recherche. Elle suppose une intervention dans la situation existante, la quotidienneté d'un groupe. L'intervention socio-analytique dissocie les aspects de la situation quotidienne, mêlés d'une fausse évidence, en un lieu et un temps. Elle associe des expériences jusque là extérieures. Elle procède ensuite par induction et transduction. Ainsi l'action oppositionnelle antistalinienne au sein des partis communistes fut en son temps une remarquable socio-analyse (...), Henri LEFEBVRE, la Vie quotidienne dans le monde moderne, p. 345 (1968).

Ajouté par webmaster

.1 Au sens où tout réalisme pictural naît contre une idéalisation, le réalisme littéraire, le naturalisme plus encore, étaient nés contre le personnage théâtral. Pas seulement romantique ou classique; au coeur de l'homme, l'appel de tout réalisme était destructeur de celui du théâtre, aboutissait au roman. D'où le constant échec de ces réalismes au théâtre, à commencer par celui de Balzac et continuer par celui de Flaubert; alors que celui de Tchekhov, dépendance de la poésie, y réussit à merveille. Le théâtre contraignait à son réel le réalisme, qui vivait de son propre imaginaire., MALRAUX, l'Homme précaire et la Littérature, p. 125-126.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

Anton TCHEKHOV: La Cerisaie (Résumé & Analyse)

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo