LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< L'action politique doit-elle être guidée par ... Le doute empêche-t-il de savoir ? >>


Partager

Qu'apporte la représentation au texte théâtral ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Qu'apporte la représentation au texte théâtral ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

	Qu'apporte la représentation au texte théâtral	?
Zoom

Lorsque nous nous demandons dans quelle mesure quelque chose « apporte » a une autre, nous cherchons à savoir dans quelle mesure elle ajoute une signification ou supplée à ce qui lui manque (on dira alors qu’elle apporte quelque chose a une autre en ceci qu’elle la complète).
 
 La représentation théâtrale est la mise en espace et en parole d’un texte théâtral écrit par un dramaturge, par un metteur en scène qui oriente la signification de la pièce, dirige les comédiens et prend des décisions concernant les différents aspects matériels de la représentation (tels que les décors ou la mise en scène). Elle peut être considérée comme la fin naturelle du texte théâtral, sans laquelle ce dernier ne saurait être considéré comme pleinement achevé, ou comme une dimension purement accessoire.
 
 Par texte théâtral, nous entendons l’œuvre dramatique écrit par un auteur, comprenant à la fois les dialogues, les indications de mise en scène et les didascalies, qui sont autant d’indications, plus ou moins impératives, adressées au metteur en scène.
 
 Lorsque nous posons la question « Qu'apporte la représentation au texte théâtral?», nous posons en vérité une question qui a pour fonction d’interroger l’identité même du théâtre. En effet, le théâtre possède cette capacité paradoxale de pouvoir être apprécié a la fois par écrit et par le moyen de la représentation : un même texte a à la fois une identité de texte écrit, lisible par tout un chacun dans la solitude, et celle d’un texte destiné a une représentation publique. Si nous nous demandons ce qu’apporte la représentation théâtrale, nous cherchons à savoir si elle est une dimension purement contingente, ou au contraire la réalisation propre du texte théâtral. Pour reprendre une distinction aristotélicienne, la représentation théâtrale est soit l’entéléchie première (la possession sans actualisation) ou l’entéléchie seconde (la réalisation accompagnée de la représentation) du texte théâtral lui-même.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3971 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Qu'apporte la représentation au texte théâtral ?" a obtenu la note de :

5.2 / 10

Sujets connexes :
Corrigé consulté par :
  • antoinegrll-252833 (Hors-ligne), le 02/04/2015 à 02H20.
  • suedoise12-236270 (Hors-ligne), le 13/04/2014 à 13H17.
  • lachiiante (Hors-ligne), le 04/01/2012 à 04H18.
  • aleciapink (Hors-ligne), le 02/01/2012 à 02H09.
  • mary000 (Hors-ligne), le 29/12/2011 à 29H22.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    L'essence de l'art théâtral réside dans la représentation directe et intelligible au plus grand nombre des multiples empêchements qui entravent l'accomplissement de la personne. Josette Féral, les Chemins de l'acteur, Québec Amérique

    Ajouté par webmaster

    Le texte n'est pas un -phénomène linguistique, autrement dit il n'est pas la signification structurée qui se présente dans un corpus linguistique vu comme une structure plate. Il est son -engendrement : un engendrement inscrit dans ce «phénomène» linguistique, ce -phéno-texte qu'est le texte imprimé, mais qui n'est lisible que lorsqu'on remonte -verticalement à travers la genèse (...) Ce qui s'ouvre dans cette verticale est l'opération (linguistique) de génération du phéno-texte. Nous appellerons cette opération un -géno-texte en dédoublant ainsi la notion de texte en phéno-texte et géno-texte (...), Julia KRISTEVA, Sêmeiôtikê, p. 219.

    Ajouté par webmaster

    (...) un théâtre qui soumet la mise en scène et la réalisation, c'est-à-dire tout ce qu'il y a en lui de spécifiquement théâtral, au texte, est un théâtre d'idiot, de fou, d'inverti, de grammairien, d'épicier, d'anti-poète et de positiviste, c'est-à-dire d'Occidental., A. ARTAUD, le Théâtre et son double, «La mise en scène et la métaphysique», Idées/Gall., p. 59.

    Ajouté par webmaster

    (...) l'abbé Langlois, biographe impartial et qui n'écrit pas avec une plume d'hagiographe, loin de là, remarque qu'aucun texte n'apporte la preuve que cet ordre ait été donné (...), Émile HENRIOT, Portraits de femmes, p. 118.

    Ajouté par webmaster

    (...) le Politique est du -textuel pur : une forme exorbitante, exaspérée, du Texte, une forme inouïe qui, par ses débordements et ses masques, dépasse peut-être notre entendement actuel du Texte. Et Sade ayant produit le plus pur des textes, je crois comprendre que le Politique me plaît comme texte -sadien et me déplaît comme texte -sadique., R. BARTHES, Roland Barthes, p. 150.

    Ajouté par webmaster

    .2 (...) au voeu d'une science sémiologique succède la science (souvent fort triste) des sémiologues; il faut donc s'en couper, introduire, dans cet imaginaire raisonnable, le grain du désir, la revendication du corps : c'est alors le Texte, la théorie du Texte. Mais de nouveau le Texte risque de se figer : il se répète, se monnaye en textes mats, témoins d'une demande de lecture, non d'un désir de plaire : le Texte tend à dégénérer en Babil., R. BARTHES, Roland Barthes, p. 75.

    Ajouté par webmaster

    « Le recouvrement d'une chose par une représentation ne serait possible que si la chose était, elle aussi, une représentation. Et si la première s'accorde parfaitement à la seconde, elles coïncident. Or, c'est précisément ce que l'on ne veut pas quand on définit la vérité comme l'accord d'une représentation avec quelque chose de réel. » Gottlob Frege, Écrits logiques et philosophiques, 1969 (posth.)

    Ajouté par webmaster

    « Le recouvrement d'une chose par une représentation ne serait possible que si la chose était, elle aussi, une représentation. Et si la première s'accorde parfaitement à la seconde, elles coïncident. Or, c'est précisément ce que l'on ne veut pas quand on définit la vérité comme l'accord d'une représentation avec quelque chose de réel. » Gottlob Frege, Écrits logiques et philosophiques, 1969 (posth.)

    Ajouté par webmaster

    Depuis que la représentation ne nous aveugle plus (...) nous commençons à deviner que la représentation est un moyen de style, non le style un moyen de la représentation., MALRAUX, les Voix du silence, p. 331.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo