L'art imite-t-il la nature ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le beau dépend-il du goût de chacun ? Le travail est-il spécifiquement humain ? >>


Partager

L'art imite-t-il la nature ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'art imite-t-il la nature ?



Publié le : 2/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

L'art imite-t-il la nature ?
Zoom

L'art est un reflet de la réalité, un miroir souvent déformant qui nous donne des choses une vision fausse (Platon). C'est la propension à l'imitation qui est à l'origine de toutes les productions esthétiques quelles qu'elles soient. Mais, l'art n'est-il pas une transfiguration du réel, une authentique création ?



Ne faut-il pas alors différencier la beauté des choses naturelles et celle des oeuvres d'art ? Mais une oeuvre d'art ne peut-elle pas être plus vraie que son modèle, en nous mettant en présence d'une vérité impossible à atteindre par d'autres voies ?Oppositions sur l'artIci, les philosophes divergent : certains condamnent l'art comme le règne des apparences mensongères, d'autres considèrent au contraire que l'art nous aide à aimer la vérité, non qu'il l'embellisse illusoirement, mais parce qu'il dévoile la beauté intrinsèque des choses que, la plupart du temps, nous ne voyons pas. Cependant, n'a-t-on pas trop vite réduit l'imitation à la seule reproduction ? L'imitation n'est-elle pas, elle-même, une forme de production ou de genèse ?La réponse de Aristote En l'imitant, l'art parachève la nature" L'art, dans certains cas parachève ce que la nature n'a pas la puissance d'accomplir, dans d'autres cas il imite la nature. "Aristote, Physique (IVe s. av. J.-C.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'art imite-t-il la nature ? Corrigé de 3188 mots (soit 5 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "L'art imite-t-il la nature ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • kiksq-282641 (Hors-ligne), le 07/12/2016 é 07H21.
  • emy1205-269253 (Hors-ligne), le 02/01/2016 é 02H19.
  • kailalalah-261506 (Hors-ligne), le 13/06/2015 é 13H10.
  • e.ricoucou-259245 (Hors-ligne), le 26/04/2015 é 26H19.
  • GrassaBass-201573 (Hors-ligne), le 18/02/2013 é 18H19.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Ajouté par Emmanuel9082

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Imiter la nature: est-ce le but de l’art? (Texte de Hegel). “C’est un précepte que l’art doit imiter la nature; on le trouve déjà chez Aristote [...]. Quel but l’homme poursuit-il en imitant la nature? Celui de s’éprouver lui-même, de montrer son habileté et de se réjouir d’avoir fabriqué quelque chose ayant une apparence naturelle. La question de savoir si et comment son produit pourra être conservé et transmis à des époques à venir ou être porté à la connaissance d’autres peuples et d’autres pays, ne l’intéresse pas. Il se réjouit avant tout d’avoir créé un artifice, d’avoir démontré son habileté et s’être rendu compte de ce dont il était capable; il se réjouit de son oeuvre, il se ré”jouit de son travail par lesquels il a imité Dieu, dispensateur de bonheur et démiurge. Mais cette joie et cette admiration de soi-même ne tardent pas à tourner en ennui et mécontentement, et cela d’autant plus vite et plus facilement que l’imitation reproduit plus fidèlement le modèle naturel. [Il y a des portraits dont on a dit assez spirituellement qu’ils sont ressemblants jusqu’à la nausée. D’une façon générale, la joie que procure une imitation réussie ne peut être que très relative, car dans l’imitation de la nature, le contenu, la matière sont des données qu’on n’a que la peine d’utiliser. L’homme devrait éprouver une joie plus grande en produisant quelque chose qui soit bien de lui, quelque chose qui lui soit particulier et dont il puisse dire qu’il est sien. Tout outil technique, un navire par exemple ou, plus particulièrement, un instrument scientifique doit lui procurer plus de joie, parce que c’est sa propre oeuvre, et non une imitation. Le plus mauvais outil technique a plus de valeur à ses yeux; il peut être fier d’avoir inventé le marteau, le clou, parce que ce sont des inventions originales, et non des imitées. L’homme montre mieux son habileté dans des productions surgissant de l’esprit qu’en imitant la nature.] C’est à cela qu’on pense quand on dit que les productions de la nature sont supérieures à celle de l’esprit. On dit en effet que ce sont des oeuvres divines. Mais Dieu est Esprit et se laisse mieux reconnaître dans l’Esprit que dans la Nature. En entrant en rivalité avec la Nature, on se livre à un artifice sans valeur. Un homme s’étant vanté de pouvoir lancer des lentilles à travers un petit orifice, Alexandre, devant lequel il exécuta son tour de force, lui fit offrir quelques boisseaux de lentilles; et avec raison, car cet homme avait acquis une adresse non seulement inutile, mais dépourvue de toute signification. On peut en dire autant de toute adresse dont on fait preuve dans l’imitation de la nature. C’est ainsi que Zeuxis peignait des raisins qui avaient une apparence tellement naturelle que des pigeons s’y trompaient et venaient les picorer, et Praxeas peignit un rideau qui trompa un homme, le peintre lui-même. On connaît plus d’une de ces histoires d’illusions créées par l’art. [...] On peut dire d’une façon générale qu’en voulant rivaliser avec la nature par l’imitation, l’art restera toujours au-dessous de la nature et pourra être comparé à un ver faisant des efforts pour égaler un éléphant. Il y a des hommes qui savent imiter les trilles du rossignol, et Kant a dit à ce propos que, dès que nous nous apercevons que c’est un homme qui chante ainsi, et non un rossignol, nous trouvons ce chant insipide. Nous y voyons un simple artifice, non une libre production de la nature ou une oeuvre d’art. Le chant du rossignol nous réjouit naturellement, parce que nous entendons un animal, dans son inconscience naturelle,, émettre des sons qui ressemblent à l’expression de sentiments humains. Ce qui nous réjouit donc ici, c’est l’imitation de l’humain par la nature. En prétendant que l’imitation constitue le but de l’art, que l’art consiste par conséquent dans une fidèle imitation de ce qui existe déjà, on met en somme le souvenir à la base de la production artistique. C’est priver l’art de sa liberté, de son pouvoir d’exprimer le beau. L’homme peut certes avoir intérêt à produire des apparences comme la nature produit ses formes. Mais il ne peut s’agir que d’un intérêt purement subjectif, l’homme voulant montrer son adresse et son habilité, sans se soucier de la valeur objective de ce qu’il a l’intention de produire. Or, un produit tire sa valeur de son contenu, dans la mesure où celui-ci participe de l’esprit. Tant qu’il imite, l’homme ne dépasse pas les limites du naturel, alors que le contenu doit être de nature spirituelle”. Hegel, “Esthétique”.

    Ajouté par Emmanuel9082

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    L'art imite-t-il la nature ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit