LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Y a-t-il lieu d'opposer absolument la matièr ... Décrivez une passion et, à l'occasion de cet ... >>


Partager

L'art est-il un luxe nécessaire ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'art est-il un luxe nécessaire ?



Publié le : 21/3/2009 -Format: Document en format FLASH protégé

	L'art est-il un luxe nécessaire ?
Zoom

L’art désigne l’ensemble des œuvres produite par le travail humain qui permet aux hommes d’éprouver le sentiment de beauté. Ainsi contrairement à la technique, il n’a pas de finalité utilitaire, c’est-à-dire qu’il ne constitue pas  un moyen permettant d’atteindre une fin extérieure à lui.

Dans la mesure où l’art n’est pas un moyen nécessaire à la vie, il peut être pensé comme un luxe. Si ce qui maintient l’homme dans son être biologique est nécessaire, on peut appeler luxe tout ce qui dans le monde humain ne répond pas à l’ordre des besoins.

Si l’art est un luxe et que le luxe se caractérise par sa non appartenance à la sphère de la nécessité, il serait illégitime de définir l’art comme un luxe nécessaire. Cependant  ce qui est nécessaire à l’homme ne se réduit pas inéluctablement à une nécessité d’ordre biologique. En effet si l’homme ne e laisse pas entièrement définir comme un être biologique, alors ce qui est nécessaire à son existence ne peut se cantonner à une nécessité biologique, mais la déborde avec le champ spirituel.

 On pourrait alors penser l’art comme un luxe (par rapport à la nécessité biologique) nécessaire à l’existence de l’homme comme être spirituel. Toutefois si l’art est un luxe nécessaire du point de vue de l’esprit humain, il ne détient pas pour autant le monopole de cette nécessité spirituelle. L’arrachement à la naturalité biologique est en effet opéré par toutes les manifestations de la culture. Il convient donc de penser la culture toute entière comme un luxe nécessaire à notre humanité et par là même à réhabiliter peut être le concept de luxe traditionnellement condamné.

 Nous sommes dès lors confrontés à un paradoxe : si l’art est un luxe, il ne semble pas pouvoir être nécessaire dans la mesure où le luxe se définit comme ce qui n’est pas nécessaire et pourtant si l’art est un luxe par rapport à la nécessité naturelle, il est nécessaire à l’homme comme être spirituel. De ce paradoxe découle ce problème : la définition de l’art comme luxe nécessaire est-elle une définition qui rend bien compte de ce qu’est l’art ou doit-elle être invalidée comme incorrecte ou trop imprécise ?



L'art est-il un luxe nécessaire ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2531 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " L'art est-il un luxe nécessaire ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • mickylatrix (Hors-ligne), le 16/01/2011 à 16H14.
  • mimich45 (Hors-ligne), le 14/12/2010 à 14H22.
  • Florent52053 (Hors-ligne), le 31/01/2010 à 31H19.
  • Marc43383 (Hors-ligne), le 21/01/2010 à 21H15.
  • Mathias51686 (Hors-ligne), le 03/01/2010 à 03H12.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Si l'on entend par luxe tout ce qui est au-delà du nécessaire, le luxe est une suite naturelle des progrès de l'espèce humaine (...) aussi ne donne-t-on en général le nom de luxe qu'aux superfluités dont un petit nombre d'individus seulement peuvent jouir. Dans ce sens, le luxe est une suite nécessaire de la propriété, sans laquelle aucune société ne peut subsister, et d'une grande inégalité entre les fortunes (...), VOLTAIRE, Dict. philosophique, Luxe (note).

    Ajouté par webmaster

    Il existe, au point de vue psychologique, deux sortes d'emprunts (...) -l'emprunt nécessaire et -l'emprunt de luxe (...) -Une chose nouvelle exige une appellation nouvelle; l'établissement des chemins de fer devait amener une série de créations, ou d'emprunts, pour désigner les -tunnels, les -locomotives (...) L'emprunt de luxe, au contraire, est logiquement inutile., F. BRUNOT et Ch. BRUNEAU, Grammaire historique, p. 180.

    Ajouté par webmaster

    Le luxe, au fond, est une chose absolument impossible à définir, car il n'y a pas un objet qui n'ait commencé par être une rareté, et, par conséquent, un luxe., FRÉDÉRIC PASSY, -in ROMEUF, Dict. des sciences économiques, art. -Luxe.

    Ajouté par webmaster

    Le luxe est toujours en proportion avec l'inégalité des fortunes. Si dans un État les richesses sont également partagées, il n'y aura point de luxe : car il n'est fondé que sur les commodités qu'on se donne par le travail des autres., MONTESQUIEU, l'Esprit des lois, VII, I, Du luxe.

    Ajouté par webmaster

    Certes, la Providence et la société avaient été également injustes, un tel luxe de malheur et de torture n'était pas nécessaire pour briser une si frêle créature., HUGO, Notre-Dame de Paris, VIII, IV.

    Ajouté par webmaster

    Jusqu'en 1948 il y eut une «taxe de luxe» frappant certaines marchandises non indispensables. De même dans les échanges extérieurs on dit que la France a une vocation pour exporter les produits de luxe. Sont ainsi visés les dentelles, parfums, vins fins, fourrures, objets d'art., J. ROMEUF, Dict. des sciences économiques, art. -Luxe.

    Ajouté par webmaster

    Son luxe opulent était celui des grands hôtels, des théâtres, des lieux publics, le luxe imposant et banal qui satisfait l'oeil des millionnaires., MAUPASSANT, Pierre et Jean, IX.

    Ajouté par webmaster

    La jeunesse d'Allan a été entourée certainement d'une prodigalité de luxe, de ce luxe aéré, capricieux, un peu irréel, qui doit s'accommoder de continuels déplacements, d'une vie de voyages, de palaces (...), J. GRACQ, Un beau ténébreux, p. 49.

    Ajouté par webmaster

    (...) dans l'industrie, on rencontre (...) les mots de -série ou -standard, s'opposant à -de luxe, et désignant, par exemple, une voiture de présentation moins soignée, moins luxueusement équipée : en 1935, Renault vendait, à côté de sa -Celtaquatre de luxe, une -Celtastandard. De même les briquets Flamidor offrent (1947) un -modèle standard, robuste, élégant, sûr, économique qui, par sa matière et son aspect, se différencie du modèle de luxe (...), M. GALLIOT, Essai sur la langue de la réclame contemporaine, p. 49, note 41.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo