L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La beauté se laisse t elle démontrer ? Faut-il expérimenter pour évoluer ? >>
Partager

L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ?



Publié le : 27/2/2008 -Format: Document en format FLASH protégé

L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ?
Zoom
  • valeur : Qualité ou signification d'une chose abstraite (le vrai, le bien). C'est à partir de Nietzsche que la notion de valeur a été introduite dans la philosophie. Nietzsche a critiqué de façon radicale les valeurs chrétienne, trouvant l'origine de toute valeur chez l'homme.
  • vérité : La vérité concerne l'ordre du discours, et il faut en cela la distinguer de la réalité. Elle se définit traditionnellement comme l'adéquation entre le réel et le discours. Qualité d'une proposition en accord avec son objet. La vérité formelle, en logique, en mathématiques c'est l'accord de l'esprit avec ses propres conventions. La vérité expérimentale c'est la non-contradiction de mes jugements, l'accord et l'identification de mes énoncés à propos d'un donné matériel. On distinguera soigneusement la réalité qui concerne un objet (ce cahier, cette lampe sont réels) et la vérité qui est une valeur qui concerne un jugement. Ainsi le jugement : « ce cahier est vert » est un jugement vrai ou bien un jugement faux. La vérité ou la fausseté qualifient donc non l'objet lui-même mais la valeur de mon assertion. La philosophie, parce qu'elle recherche la vérité, pose le problème de ses conditions d'accès et des critères du jugement vrai.

La problématique de ce sujet réside dans la façon dont on définit l’art. En tant que reproduction de la réalité, subjective par essence, puisque liée au donné des sens de l’artiste et à sa perception subjective du monde, l’art nous éloigne de la vérité qui se veut universelle.

Mais, à l’inverse, on peut concevoir l’art comme ce qui cherche, par delà la réalité, ce qui est absolu et transcendant. En ce sens, l’art est une quête de vérité par delà les apparences.

Dire que l’art a davantage de valeur que la vérité, c’est reconnaître que la quête artistique mène à une vérité plus directement que la quête absolue d’une vérité en soi, en tant qu’objet de la philosophie.

Mais ce peut être également compris dans le sens d’une négation de toute quête de vérité en tant qu’elle serait impossible et dénuée de sens : c’est la version des sceptiques et de Nietzsche en particulier.



.) Le jugement de goût, dans lequel nous avons tout à fait conscience d'être désintéressé, peut donc réclamer à juste titre une valeur universelle, quoique cette universalité n'ait pas son fondement dans les objets mêmes ; en d'autres termes, il a droit à une universalité subjective.   Chez Hegel enfin, l'oeuvre d'art, en dépit de son appartenance à la réalité sensible, nous donne accès à la vérité de l'humain. D'une façon générale, le but de l'art consiste à rendre accessible à l'intuition ce qui existe dans l'esprit humain, la vérité que l'homme abrite dans son esprit, ce qui remue la poitrine humaine et agite l'esprit humain. C'est ce que l'art a pour tâche de représenter, et il le fait au moyen de l'apparence qui, comme telle, nous est indifférente, dès l'instant où elle sert à éveiller en nous le sentiment et la conscience de quelque chose de plus élevé. C'est ainsi que l'art renseigne l'homme sur l'humain, éveille des sentiments endormis, nous met en présence des vrais intérêts de l'esprit. Nous voyons ainsi que l'art agit en remuant, dans leur profondeur, leur richesse et leur variété, tous les sentiments qui s'agitent dans l'âme humaine, et en intégrant dans le champ de notre expérience ce qui se passe dans les régions intimes de cette âme. Nihil humani a me alienum puto (Rien de ce qui est humain ne m'est étranger) : telle est la devise qu'on peut appliquer à l'art.   L'art ne serait-il en définitive qu'un faire-valoir de la vérité ? En ce sens, ne serait-il qu'un outil, au service d'une vérité qui seule aurait une valeur ?   3.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ? Corrigé de 1662 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Mais d'autres en profiteront pour attribuer à l'art le droit de tourner le dos à la richesse multiple du réel. 2 Un idéalisme forcené. C e danger, qui est en somme celui de l'académisme, se doublera très vite chez Vigny ou plutôt chez certains de ses successeurs d'un danger corollaire : celui d'un Idéalisme forcené. En effet, à trop mettre l'accent sur «l'art vérité choisie», Vigny laisse parfois entendre que seul existe vraiment pour lui le monde des Idées : «L'Invisible est réel. Les â m e s ont leur monde/Où sont accumulés d'impalpables trésors.» (La Maison du berger). S ans doute chez Vigny le contact avec le concret n'est jamais perdu, mais chez d'autres - on pense à un certain symbolisme - un spiritualisme excessif aboutit à un appauvrissement d e l'art, qui perd s e s racines terrestres : quelquefois c'est le défaut même d'un Mallarmé, souvent d'un Samain, d'un Moréas, d'un Maeterlinck.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

C'est faire dépendre la -valeur de vérité (laquelle valeur est une valeur d'émotion et de motion ou action) de l'effet produit par celui qui allègue. Il me fait produire l'-énergie nécessaire pour que la chose qu'il allègue prenne puissance d'excitation d'action., VALÉRY, Cahiers, Pl., t. II, p. 658.

Ajouté par webmaster

L'art et rien que l'art, nous avons l'art pour ne point mourir de la vérité. [ Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885) ] Nietzsche, Friedrich Wilhelm

Ajouté par webmaster

l'art et rien que l'art, nous avons l'art pour ne point mourir de la vérité. Ainsi parlait Zarathoustra (1883-1885) Nietzsche, Friedrich Wilhelm

Ajouté par webmaster

D'autre part, l'art italien, comme l'art grec et en général tout art classique, simplifie pour embellir; il élimine, efface, réduit le détail; c'est là son procédé pour donner plus de valeur aux grands traits (...), TAINE, Philosophie de l'art, t. II, p. 32.

Ajouté par webmaster

La Valeur (...) est une qualité que nous attribuons aux choses, comme la couleur, mais qui, en réalité, comme la couleur n'existe qu'en nous, d'une vie toute subjective. Elle consiste dans l'accord des jugements collectifs que nous portons sur l'aptitude des objets à être plus ou moins, et par un plus ou moins grand nombre de personnes, crus, désirés ou goûtés. Cette qualité est donc de l'espèce singulière de celles qui -(présentant des degrés), méritent le nom de -quantités. Cette quantité abstraite se divise en trois grandes catégories (...) la valeur-vérité, la valeur-utilité et la valeur-beauté., Alfred DE TARDE, Essai de psychologie économique, t. I, p. 63.

Ajouté par webmaster

L'art n'a pas la vérité pour objet. Il faut demander la vérité aux sciences, parce qu'elle est leur objet., FRANCE, le Jardin d'Épicure, p. 31.

Ajouté par webmaster

Si nous en sommes venus à n'attribuer à l'art qu'une valeur d'agrément et de repos et à le faire tenir dans une utilisation purement formelle des formes, dans l'harmonie de certains rapports extérieurs, cela n'entache en rien sa valeur expressive profonde (...), A. ARTAUD, le Théâtre et son double, p. 105.

Ajouté par webmaster

Le plus admirable, c'est que son esprit, sans rien quitter de sa rigueur, a su garder toute sa valeur poétique; su apporter à sa création poétique cette rigueur même qu'on eût pu croire hostile à l'art et qui fait, au contraire, de l'art de Valéry, une merveille si accomplie. J'admire la direction infaillible et la triomphante constance de son effort., GIDE, Journal, 5 mai 1942.

Ajouté par webmaster

La valeur n'a d'autre mesure que la valeur : il n'y a point d'unité fondamentale donnée par la nature, il n'y a qu'une unité arbitraire et de convention. Toute marchandise a les deux propriétés essentielles de la monnaie de mesurer et de représenter toute valeur, et, dans ce sens, toute marchandise est monnaie., TURGOT, -in ROMEUF, Dict. des sciences économiques, art. -Valeur.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

L'art a-t-il plus de valeur que la vérité ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo