NoCopy.net

Autrui comme autre moi ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Réalité et théorie ? Autrui comme dimension de ma conscience ? >>


Partager

Autrui comme autre moi ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Autrui comme autre moi ?



Publié le : 12/2/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Autrui comme autre moi ?
Zoom

La pitié joue un autre rôle, particulièrement pratique et « terre-à-terre » (loin du « sublime » de la raison). Elle est le sentiment sur lequel, dans le début d'une réflexion (puisqu'à partir d'elle se forge une formulation qui dégage un principe), peut se construire « utilement » (mais sans la perfection, qui relève de la raison) une maxime.On sait qu'une maxime est le principe (subjectif) que le sujet se donne lui-même pour règle dans sa manière d'agir. La maxime se formule généralement de manière impérative, sur le mode du « Fais ceci de telle ou telle manière, de telle sorte que... ». Rousseau épouse cette approche, que l'on trouvera plus tard sous la plume de Kant. Ici, Rousseau, dans son expression, (« Fais ton bien avec le moindre mal d'autrui qu'il est possible ») tient compte à la fois de l'amour de soi-même (« Fais ton bien »), formulation qui renvoie à un inévitable égoïsme, et l'amour d'autrui (« le moindre mal... »). Le mouvement de la pitié va vers autrui (deuxième partie de la maxime) mais il vient de nous, et ne peut alors s'opposer à nos propres intérêts : « Fais ton bien » (première partie de la maxime).Dès lors, la pitié est tension entre le mien et le tien, sorte de synthèse dialectique (bien que le terme, à la résonance hégélienne, soit anachronique) qui satisfait l'intérêt non égoïste du nous.4) Avec le sentiment de la pitié, nous sommes bien dans l'état naturel. Loin donc des arguments qui relèvent de l'usage de la raison, tel qu'il peut se produire dans l'état social (« plutôt que dans des arguments subtils ») et qui par leurs subtilités relèvent de la finasserie, la pitié est un sentiment d'une force inégalée provoquant chez tout homme une « répugnance » (qui n'a pas à s'expliquer) à l'égard des mauvaises actions.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Autrui comme autre moi ?
Corrigé de 2043 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Autrui comme autre moi ? " a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Autrui comme autre moi ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit