NoCopy.net

Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commémorations La Culture >>


Partager

Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ?



document rémunéré

Document transmis par : annep-177087


Publié le : 7/7/2012 -Format: Document en format HTML protégé

Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ?
Zoom

La conscience de soi est la capacité de nous penser nous-même en tant que sujet conscient. Dès qu’un enfant commence à parler il se saisit lui-même comme sujet pensant et conscient, c’est un moment décisif. Chez Kant la « réflexivité » de la conscience fait de l’être humain une personne, un sujet moral responsable constituant une fin en soi.  « La seule façon d'exister pour la conscience c'est d'avoir conscience qu'elle existe. » Sartre, L'Imagination, 1936. « Connais-toi toi-même » Socrate dit. Se connaitre soi-même c’est pouvoir savoir jusqu’où nous pouvons aller, nos capacités à se penser nous-mêmes, savoir de quoi nous sommes capables. Selon Hegel la conscience de soi passe par la reconnaissance par une autre conscience, quand une personne te voit comme conscience tu te penses conscience. Dans « la phénoménologie de l’esprit » Hegel décrit la constitution comme un processus qui  trouve son expression dans la relation maitre servitude. Chaque conscience de soi doit prendre conscience d’elle-même afin de s’épanouir. Le maitre est celui qui est pris pour conscience de soi par l’esclave, car il prend les risques de disparaitre comme objet donc de mourir, l’esclave lui préfère la vie à la reconnaissance de soi, comme conscience. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ? Corrigé de 1582 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Le corps d'autrui ne doit pas être confondu avec son objectivité. L'objectivité d'autrui est sa transcendance comme transcendée. Le -corps est la facticité de cette transcendance. Mais corporéité et objectivité d'autrui sont rigoureusement inséparables., SARTRE, l'être et le Néant, 1943, p. 418.

Ajouté par webmaster

La souffrance d'autrui est une chose qui doit s'apprendre et jamais elle ne peut être apprise pleinement... Nietzsche

Ajouté par webmaster

(...) la multiplicité des «autrui» ne saurait être une -collection mais une -totalité puisque chaque autrui trouve son être en l'autre; mais (...) cette Totalité est telle qu'il est par principe impossible de se placer «au point de vue du tout» (...) En outre cette totalité - comme celle du Pour-soi - est totalité détotalisée, car l'existence-pour-autrui étant refus radical d'autrui, aucune synthèse totalitaire et unificatrice des «autrui» n'est possible., SARTRE, l'être et le Néant, p. 309 (1943).

Ajouté par webmaster

"Entre autrui et moi-même il y a un néant de séparation. Ce néant ne tire pas son origine de moi-même, ni d’autrui, ni d’une relation réciproque d’autrui et de moi-même; mais il est, au contraire, originellement le fondement de toute relation entre autrui et moi." Sartre, L’Être et le Néant.

Ajouté par webmaster

Je ne puis pas me connaître -en autrui si autrui est d'abord objet pour moi et je ne peux pas non plus saisir autrui dans son être vrai, c'est-à-dire dans sa subjectivité., SARTRE, l'être et le Néant, p. 299.

Ajouté par webmaster

« Il n\'y a que trois ressorts fondamentaux des actions humaines, et tous les motifs possibles n\'ont de prise que sur ces trois ressorts. C\'est d\'abord a) l\'égoïsme, qui veut son propre bien (il est sans bornes) ; b) la méchanceté, qui veut le mal d\'autrui (elle va jusqu\'à l\'extrême cruauté) ; c) la pitié, qui veut le bien d\'autrui (elle va jusqu\'à la générosité, la grandeur d\'âme). Toute action humaine doit être ramenée à l\'un de ces trois mobiles, ou même à deux à la fois ». A. Schopenhauer. Lichtstrahelen aus seinen Werken (Pensées), J. Frauenstädt.

Ajouté par webmaster

« Autrui comme autrui se révèle dans le "Tu ne commettras pas de meurtre" inscrit sur son visage. » Levinas, Totalité et Infini, 1961.

Ajouté par webmaster

"Ainsi la honte est honte de soi devant autrui; ces deux structures sont inséparables. Mais du même coup, j'ai besoin d'autrui pour saisir à plein toutes les structures de mon être, le Pour-soi renvoie au Pour-autrui." Sartre, l'Être et le Néant.

Ajouté par webmaster

La liberté consiste moins à faire sa volonté qu'à n'être pas soumis à celle d'autrui ; elle consiste encore à ne pas soumettre la volonté d'autrui à la nôtre. ROUSSEAU, Lettres écrites de la montagne, 1764.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Autrui, la conscience de soi doit elle quelque chose a autrui ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo