Autrui m'enrichit-il par sa différence ou par sa ressemblance ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Autrui peut-il me comprendre ? Une reconnaissance mutuelle est-elle possibl ... >>
Partager

Autrui m'enrichit-il par sa différence ou par sa ressemblance ?

Philosophie


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé non disponible

Le corrigé du sujet " Autrui m'enrichit-il par sa différence ou par sa ressemblance ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

 

Nous avons chacun notre façon d’éprouver les choses par rapport à notre vécu et aussi et surtout par rapport à notre éducation. De plus, si je ne peux pas connaître autrui, c’est parce que lui-même ne se connaît pas dans son intégralité : il est une énigme pour moi autant qu’il l’est pour lui, et ce pour deux raisons principales : d’une part du fait de ses déterminations inconscientes, et d’autre part du fait que l’homme est perfectible, i.e. qu’il n’est pas : l’homme devient : on dit alors que l’homme existe (du latin « ex » = hors de, et de « sistere » = se tenir) alors que l’animal est. Tout ceci s’applique à moi : à travers autrui, je peux me connaître et donc en savoir plus sur moi-même. Sartre dira « qu’autrui est le médiateur indispensable entre moi et moi-même ». Autrui me libère dans la mesure où il remet en cause toutes les certitudes que je crois avoir. La présence d’autrui m’enrichit par sa différence puisqu’il m’ouvre d’autres perspectives que la mienne et me permet de ce fait une connaissance plus profonde de mon existence dans ce monde. Cet enrichissement se fait sur la base d’un langage commun puisqu’il réclame une communication en général. 

 

 

 

 

 

 

Après cette remarque sur la pensée au sens large, c'est principalement la pensée au sens strict que nous devons différencier du complexus d'opérations que désigne le verbe « imaginer ». a) « Penser », avons-nous dit, c'est étymologiquement peser. Celui qui pense pèse le pour et le contre. Il n'admet que des propositions évidentes et soumet à une critique rigoureuse celles dont l'évidence n'apparaît pas immédiatement. Il cherche les raisons et prévoit méthodiquement les effets. Bref, la pensée au sens strict est log:que et rationnelle. Au contraire, celui qui « imagine » se situe en marge de la logique et néglige les processus rationnels de la pensée : il combine et juxtapose sans esprit critique; il ne déduit pas logiquement, mais entrevoit globalement le résultat de ses constructions, et ses vues globales ne constituent pas de véritables synthèses.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Ces quatre mains, rapportées à ce petit crâne, définissent l'imitation simiesque; la ressemblance fait apparaître aussitôt l'immense différence. Et plus le singe imite l'homme, plus la différence se montre., ALAIN, Propos, 3 août 1921, Crânes et mains.

Ajouté par webmaster

Je ne puis pas me connaître -en autrui si autrui est d'abord objet pour moi et je ne peux pas non plus saisir autrui dans son être vrai, c'est-à-dire dans sa subjectivité., SARTRE, l'être et le Néant, p. 299.

Ajouté par webmaster

"Entre autrui et moi-même il y a un néant de séparation. Ce néant ne tire pas son origine de moi-même, ni d’autrui, ni d’une relation réciproque d’autrui et de moi-même; mais il est, au contraire, originellement le fondement de toute relation entre autrui et moi." Sartre, L’Être et le Néant.

Ajouté par webmaster

Et -(il) se trouve autant de différence de nous à nous-mêmes, que de nous à autrui., MONTAIGNE, Essais, II, I.

Ajouté par webmaster

Celui qui diffère de moi, loin de me léser, m'enrichit. Saint-Exupéry.

Ajouté par webmaster

(...) la multiplicité des «autrui» ne saurait être une -collection mais une -totalité puisque chaque autrui trouve son être en l'autre; mais (...) cette Totalité est telle qu'il est par principe impossible de se placer «au point de vue du tout» (...) En outre cette totalité - comme celle du Pour-soi - est totalité détotalisée, car l'existence-pour-autrui étant refus radical d'autrui, aucune synthèse totalitaire et unificatrice des «autrui» n'est possible., SARTRE, l'être et le Néant, p. 309 (1943).

Ajouté par webmaster

« Autrui comme autrui se révèle dans le "Tu ne commettras pas de meurtre" inscrit sur son visage. » Levinas, Totalité et Infini, 1961.

Ajouté par webmaster

Il se définit de moins en moins par rapport à moi, fût-ce dans ses négations. Cela m'oblige et m'appelle : continuer à l'aimer non par sa ressemblance avec moi mais pour sa différence, c'est une féconde rupture, une brèche dans la cuirasse de mes certitudes., Roger GARAUDY, Parole d'homme, p. 149.

Ajouté par webmaster

L'idée d'une différence de races dans la population de la France, si évidente chez Grégoire de Tours, ne se présente à aucun degré chez les écrivains et les poètes français postérieurs à Hugues Capet. La différence du noble et du vilain est aussi accentuée que possible; mais la différence de l'un à l'autre n'est en rien une différence ethnique (...), RENAN, Qu'est-ce qu'une nation?, 11 mars 1882, Oeuvres, t. I, p. 891.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Autrui m'enrichit-il par sa différence ou par sa ressemblance ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo