Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire)

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La curie de Rome Sur cette pensée de La Bruyère : « L'ennui es ... >>
Partager

Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire)

Littérature

Aperçu du corrigé : Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire)



document rémunéré

Document transmis par : Philosoph'


Publié le : 9/2/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire)
Zoom

 

Après avoir été placé sous tutelle par sa mère et son beau-père, Charles Baudelaire réalise de nombreuses critiques d'art pour subvenir à ses besoins. Dès lors, il estime davantage l'art moderne au réalisme. Mais c'est surtout après la parution des Fleurs du Mal que cet auteur poursuit ses observations esthétiques; après un article dithyrambique sur Wagner en 1861, il publie deux années plus tard une étude sur la peinture : Le Peintre de la Vie Moderne. Extrait de cet essai, le texte que nous allons étudier analyse une facette très singulière de l'Art : le maquillage.

Dans quelle mesure la maquillage est-il apprécié par Baudelaire comme l'expression même de la beauté?

Et en quoi ce texte permet-il à l'auteur de nous dévoiler une conception originale de cet esthétisme particulièrement lié à la femme ?

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire) Corrigé de 603 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire)" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • ZoranZoran-184580 (Hors-ligne), le 08/04/2014 à 08H21.
  • jennifer.lafine@etud (Hors-ligne), le 02/04/2014 à 02H21.
  • Mathildepokora-23357 (Hors-ligne), le 16/03/2014 à 16H13.
  • Flox-218540 (Hors-ligne), le 03/11/2013 à 03H14.
  • loli-218444 (Hors-ligne), le 03/11/2013 à 03H11.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    31), va rendre le sujet, qui plus tôt était risible, sérieux. En effet, l’auteur fait une comparaison des Hommes avec les pays, puisque chaque pays a son propre Saint avec ses propres pouvoirs. Erasme fait une répétition de l’adjectif « particulier » (l.3334-35) qui montre bien que ce n’est pas identique dans chaque pays. Il utilise aussi les verbes « revendique » (l.32-33), « confère » et « rend » (l.34) qui démontre que c’est le pays qui crée les pouvoirs attribués à ce Saint. C’est pourquoi il existe une divergence de Saints entre les pays et qu’Erasme emploie « pour lui-même » (l.33). L’auteur fait ensuite une énumération de différents Saints effectuant différentes tâches en utilisant les déterminants péjoratifs « celui-ci » et « celui-là » qui alourdit l’énumération et montre que cela ôte toutes valeurs à la religion. En outre, il ne termine pas son énumération et emploi « et ainsi de suite » (l.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    (...) l'artiste philosophe trouvera facilement la légitimation de toutes les pratiques employées (...) par les femmes pour consolider et diviniser, pour ainsi dire, leur fragile beauté (...) pour nous restreindre à ce que notre temps appelle vulgairement -maquillage, qui ne voit que l'usage de la poudre de riz (...) a pour but (...) de créer une unité abstraite dans le grain et la couleur de la peau, laquelle unité (...) rapproche immédiatement l'être humain de la statue, c'est-à-dire d'un être divin et supérieur? Quant au noir artificiel qui cerne l'oeil et au rouge qui marque la partie supérieure de la joue ... -(ils) représentent la vie, une vie surnaturelle et excessive (...), BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, XI, «Éloge du maquillage».

    Ajouté par webmaster

    (...) le rouge -(du maquillage), qui enflamme la pommette, augmente encore la clarté de la prunelle et ajoute à un beau visage féminin la passion mystérieuse de la prêtresse., BAUDELAIRE, Curiosités esthétiques, «Le peintre de la vie moderne», XI.

    Ajouté par webmaster

    -Éloge est un substantif pur, et -louange un substantif verbal (...) Éloge signifie plutôt un objet, et -louange une action : -éloge a plutôt rapport aux choses dites et au sens : et -louange, au fait de les dire et à l'expression. «Il est un petit nombre d'hommes que les -éloges font rougir, que la -louange déconcerte» BUFFON ... Aussi, dit-on bien, la -louange, simplement et sans aucune détermination : être sensible à la -louange (...) La -louange est un genre d'-action ou d'effet qui se comprend de lui-même et abstraction faite des choses qui peuvent s'y trouver mêlées. - En deux mots, -éloge est matériel et relatif : et -louange, formel et absolu., LAFAYE, Dict. des synonymes, Éloge, Louange.

    Ajouté par webmaster

    Certains auteurs, parlant de leurs ouvrages, disent : Mon livre, mon commentaire, mon histoire, etc. - Ils sentent leurs bourgeois qui ont pignon sur rue, et toujours un «chez moi» à la bouche. Ils feraient mieux de dire : Notre livre, notre commentaire, notre histoire, etc., PASCAL, Pensées, I, 43.

    Ajouté par webmaster

    (...) le maquillage qui réduit et accuse le visage dans ses éléments essentiels (...), CAMUS, le Mythe de Sisyphe, p. 112.

    Ajouté par webmaster

    Germaine s'attardait à refaire son maquillage, à soigner ses ongles, à changer de costume (...), J. ROMAINS, les Hommes de bonne volonté, t. II, XI, p. 109.

    Ajouté par webmaster

    Il s'habilla, prit une gélule, vérifia son maquillage dans le miroir de la salle de bain, se rasa avec soin. Joël Champetier, la Taupe et le Dragon

    Ajouté par webmaster

    Au commencement de cette étude, j'ai noté la puissance avec laquelle Wagner, dans l'ouverture de -Lohengrin, avait exprimé les ardeurs de la mysticité (...) Quant à la grande marche du second acte -(de Tannhäuser) on peut lui appliquer le même éloge qu'aux deux ouvertures dont j'ai parlé, à savoir d'exprimer de la manière la plus visible, la plus colorée, la plus représentative, ce qu'elle veut exprimer., BAUDELAIRE, l'Art romantique, XXI, III.

    Ajouté par webmaster

    -(Le pluriel de oeil) yeux, est anomal., MALHERBE, Commentaire sur Desportes, Cartels.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Baudelaire, Eloge du maquillage (commentaire)

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature