NoCopy.net

La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Un Roi sans Divertissement de Giono: Le hêtre ... Le loup dans Un Roi dans Divertissement de Gi ... >>
Partager

La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono

Littérature

Aperçu du corrigé : La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono



document rémunéré

Document transmis par : Sarah38552


Format: Document en format FLASH protégé

La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono
« On ne peut pas vivre dans un monde où l'on croit que l'élégance exquise du plumage de la pintade est inutile. », écrit Giono dans Un roi (p. 49) où les allusions à la beauté sont nombreuses. La beauté est donc nécessaire : beauté de la nature mais aussi beauté des personnages, selon des critères pas toujours habituels.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono Corrigé de 495 mots (soit 1 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Il y a également d'autres plaisirs sans gravité, mais plus exaltants, comme la messe de minuit au mois de décembre ou les fêtes à SaintBaudille organisées par Mme Tim, spécialiste du divertissement. Saucisse, quand elle ne cuisine pas, parle de « la marche du monde » avec Langlois, le Procureur ou Mme Tim. Langlois, lui-même, ruse contre l'ennui avec certains divertissements comme l'élégance de ses tenues vestimentaires, ses parades à cheval, ses cigares ou – déjà plus significatif – son labyrinthe en buis, sans parler du « bongalove » et du mariage, qui sont aussi pour lui des « divertissements ». Les plaisirs cruels « [...] les hommes s'ennuient, ils ont la capacité d'ennui. De là, la création de tous les vices, de là, la création de tout ce que vous pouvez imaginer, de là, les crimes, parce qu'il n'y a pas de distraction plus grande que de tuer; c'est admirable; la vue du sang est admirable pour tout le monde.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

à votre droite, traces imperceptibles dans des pulvérisations de rochasses couvertes de diatomées., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 35.

Ajouté par webmaster

Enfin, le voilà dans ses armures et franfreluches complètes de prêtre-guerrier qui frottaille de petites crécelles de bois sec., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 36.

Ajouté par webmaster

Des fumées lourdes coulent le long des toits et emmantellent les maisons., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 13.

Ajouté par webmaster

.1 (Il était très bien Langlois : des moustaches fines, un beau plastron, de la jambe; il savait parler; et pas fainéant)., J. GIONO, Un roi sans divertissement (L. de poche), p. 45.

Ajouté par webmaster

C'était des louvards de deux ans, déjà râblés et qui avaient eu jusqu'à présent tout à gogo dans leurs forêts de Golconde où personne ne leur disputait les gros lièvres blancs et les oies sauvages., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 119.

Ajouté par webmaster

Il descendit la chaire, fit cacher son abbéton dans un confessionnal et il alla ouvrir la porte. C'était un bel homme. La porte pouvait être ouverte, il la bouchait avec toute sa carrure., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 18 (1947).

Ajouté par webmaster

Les vallons, perdus ou pas perdus, sentaient la flouve, le foin et le caille-lait., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 30.

Ajouté par webmaster

(...) les feuillages d'automne, des frênes, des hêtres, des érables, des amélanchiers, des ormes, des rouvres, des bouleaux, des trembles, des sycomores, des mélèzes et des sapins (...), J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 37 (1947).

Ajouté par webmaster

Il se mit à faucarder soigneusement les herbes et à pelleter de gros gâteaux de cette boue noire qui puait comme cent mille diables., J. GIONO, Un roi sans divertissement, p. 31.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



La beauté dans Un Roi sans Divertissement de Giono

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast littérature