Biographie de BERGSON (Henri-Louis).

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Biographie de BÉRANGER DE TOURS. Biographie de BERKELEY (George). >>
Partager

Biographie de BERGSON (Henri-Louis).

Biographie

Aperçu du corrigé : Biographie de BERGSON (Henri-Louis).



Publié le : 9/7/2009 -Format: Document en format PDF protégé

	Biographie de BERGSON (Henri-Louis).
Zoom

Né et mort à Paris (1859-1941).
 Il fit ses études au lycée Condorcet et à l'École normale supérieure. Il fut reçu à l'agrégation de philosophie en 1881. Il fut professeur de philosophie aux lycées d'Angers et de Clermont-Ferrand. Docteur ès lettres en 1881, il enseigna successivement, à Paris, au collège Rollin, puis au lycée Henri IV, et, à partir de 1898, à l'École normale. Titulaire, en 1900, de la chaire de philosophie grecque au Collège de France, puis de celle de philosophie moderne, il entra à l'Académie des Sciences morales et politiques en 1901, à l'Académie française en 1914, et reçut le Prix Nobel de littérature en 1927. — La méthode philosophique de Bergson est l'intuition :« Nous appelons intuition la sympathie par laquelle on se transporte à l'intérieur d'un objet pour coïncider avec ce qu'il a d'unique et par conséquent d'inexprimable. » Les données immédiates de la conscience doivent être saisies dans leur vraie nature et non à travers des notions que nous emprunterions à la connaissance de l'espace. L'intuition pose les problèmes en termes de durée. « Les questions relatives au sujet et à l'objet, à leur distinction et à leur union, doivent se poser en fonction du temps plutôt que de l'espace.» — Bergson distingue le temps véritable et psychologique du temps mathématique, qui est sa traduction en espace. L'être est altération et l'altération est substance. La durée, c'est « la forme que prend la succession de nos états de conscience quand le moi se laisse vivre.» Entre les choses, il n'est que des différences de degré. C'est seulement entre deux tendances qui traversent une chose, qu'il y a différence de nature. La matière est ce qui ne change plus de nature ; mais elle est aussi durée. Elle est le plus bas degré de la durée, elle est un « passé infiniment dilaté ». Car la durée est une mémoire, elle prolonge le passé dans le présent. Le passé survit en soi ; il coexiste avec soi comme présent. Le présent est le degré le plus contracté du passé. Le passé et le présent sont contemporains l'un de l'autre. L'élan vital est la durée en tant que différence de soi avec soi, en tant qu'elle s'actualise, en tant qu'elle passe à l'acte. La durée vraie est une création continue. La vie, de même que la conscience, est durée, mobilité, création continue, liberté. — Bergson distingue deux sortes de mémoire : « Le passé se survit sous deux formes distinctes : 1) Dans des mécanismes moteurs ; 2) Dans des souvenirs indépendants... En poussant jusqu'au bout cette distinction fondamentale, on pourrait se représenter deux mémoires théoriquement indépendantes.» Il parle de mémoire-souvenir et de mémoire-contraction. « Toute conscience est mémoire — conservation et accumulation du passé dans le présent. » C'est en ce sens que le présent est le degré le plus contracté du passé. On peut rattacher à cette théorie la phrase célèbre du philosophe :« Comprendre, c'est savoir refaire.» — Bergson applique le principe de l'élan vital à la morale et à la religion. « Les grands entraîneurs de l'humanité semblent bien s'être replacés dans la direction de l'élan vital. » Il distingue la morale close que la société impose aux individus, et la morale ouverte, qui est celle du héros. Il distingue la forme statique de la religion, représentée par les dogmes et les rites, et sa forme dynamique représentée par ceux qui ont retrouvé l'élan créateur distinctif de la vie, c'est-à-dire par les saints et les mystiques, Saint François d'Assise ou Pascal.
  




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Biographie de BERGSON (Henri-Louis).	Corrigé de 919 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Biographie de BERGSON (Henri-Louis). " a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Pour Bergson, le langage procède de l'extériorité. Aussi laisse-t-il échapper ce qui fait la complexité de la pensée qui, elle, est de l'ordre de l'intériorité. Bergson reprend à son compte la thèse romantique de l'ineffable qui, échappant à toute formulation, ne peut être saisie que par intiotion, qui "nous fait communiquer avec ce que les choses ont d'unique et d'inexprimable".

We cannot start with sensations, treated as unextended and inside ourselves, and somehow turn them into perceptions telling us of an extended outer world, just as we cannot get a concept of the past by starting from a momentary present, and treating memories simply as weaker ('fainter', as Hume would say) sensations or perceptions. Bergson's target here is the associationism that underlies so much of eighteenth- and nineteenth-century empiricism, and his criticisms are of fundamental importance, whether or not his own view also faces difficulties. Although officially dualist, Bergson's view is somewhat akin to the 'neutral monism' of William James and others (see James, W. §6; Neutral monism). Though perception differs in kind from memory, it essentially involves it in varying degrees. Our perceptions are always affected by our experience, and if we had no memories we would have no real perceptions - another important criticism of Humean empiricism.

Ajouté par PROF

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

La politesse est la grâce de l'esprit. [ ] Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

La sincérité est communicative. [ Le Rire ] Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

La politesse est la grâce de l'esprit. Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

La sincérité est communicative. Le Rire Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

Vivre consiste à agir. [ Le Rire ] Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

Vivre consiste à agir. Le Rire Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

Louis XIV est l'homme qui a révoqué l'Édit de Nantes, - cet Édit que Henri IV eût été probablement amené à révoquer, lui aussi, s'il eût vécu davantage. Cela suffit : tout ce qui est peccadille ou idée géniale chez le grand-père devient mégalomanie ou vice abominable chez son descendant., Louis BERTRAND, Louis XIV, I, III.

Ajouté par webmaster

(...) cette nation multiforme fut fanatique sous Henri IV, factieuse sous Louis XIII, grave sous Louis XIV, révolutionnaire sous Louis XVI, sombre sous la République, guerrière sous Bonaparte, constitutionnelle sous la Restauration (...), CHATEAUBRIAND, Mémoires d'outre-tombe, T. VI, p. 149.

Ajouté par webmaster

Il n'y a pas de comique en dehors de ce qui est proprement humain. Le Rire Bergson, Henri

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource suivante

Biographie de BERGSON (Henri-Louis).

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo