LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La distinction du juste et de l'injuste procè ... La béatitude (le bonheur) est-il accessible e ... >>


Partager

Le bonheur est-il le bien suprême ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le bonheur est-il le bien suprême ?



Publié le : 19/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le bonheur est-il le bien suprême ?
Zoom

Tout homme recherche son propre bien. Le bonheur, compris comme état de plénitude, peut être identifié au bien suprême s'il est la première finalité poursuivie par l'individu, celle qui surpasse toutes les autres, celle qui est la plus importante. Le qualificatif suprême suppose qu'il n'y a rien au-dessus. Mais si être heureux constitue le bien suprême qu'en est-il des moyens ? Tous les moyens sont-ils bons pour être heureux ? La recherche du bonheur et celle de la vertu peuvent s'opposer l'une à l'autre. Le tyran peut faire de son bonheur le bien suprême et pour l'atteindre employer des moyens immoraux. Comment des moyens immoraux peuvent-ils servir le bien ? C'est cette difficulté que nous devons résoudre. Il s'agit d'analyser quelles seraient les conséquences de l'élévation du bonheur au statut de bien suprême et de voir si cette élévation implique contradiction ou non. Pour ce faire nous procèderons en trois étapes. La première consiste à examiner l'hypothèse qui tend à faire du bonheur la fin première de chaque individu. La deuxième nuance la première hypothèse en soulignant les difficultés qu'elle implique. Enfin la troisième interroge une autre acception du bien suprême mettant au premier plan la moralité.

 


  • Première partie : Le bonheur ou la finalité première de chaque individu.

1.1  Le souverain bien ou le plaisir.

1.2  Le bonheur une finalité universelle.

1.3  Le plaisir comme principe.

  • Deuxième partie : Les difficultés résultant de l'identification du bonheur au bien suprême.

2.1 La disjonction entre moralité et bonheur.

2.2 Le bonheur est un faux principe.

2.3 De l'indétermination du bonheur.

  • Troisième partie : Le Souverain Bien ou la moralité condition du bonheur.

3.1 La moralité comme Bien suprême.

3.2 Le Bien propre de l'homme : la raison.

3.3 Le bonheur est un voeu.

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 6046 mots (soit 9 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Le bonheur est-il le bien suprême ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • marylove98-281641 (Hors-ligne), le 16/11/2016 é 16H16.
  • emi-274467 (Hors-ligne), le 21/03/2016 é 21H17.
  • Vic-272159 (Hors-ligne), le 11/02/2016 é 11H21.
  • Saymoua-270954 (Hors-ligne), le 24/01/2016 é 24H19.
  • loulou1414-263599 (Hors-ligne), le 12/10/2015 é 12H16.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit