NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Est-ce un devoir de rechercher le bonheur ? L'homme injuste peut-il être heureux ? >>


Partager

Le bonheur se mérite-t-il ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le bonheur se mérite-t-il ?



Publié le : 28/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Le bonheur peut être défini avec Albert Camus comme « l’accord d’un homme avec la vie qu’il mène «. Arrêtons-nous un instant sur l’extrême pertinence de cette définition : en effet, elle est compatible avec la pluralité des définitions subjectives que chaque homme peut donner à la félicité. Le bonheur d’un homme n’est pas celui d’un autre, le seul lien entre leurs bonheurs respectifs est que ni l’un ni l’autre ne serait disposé à échanger le sien contre celui d’autrui. Ainsi, pour reprendre et développer la définition du bonheur par Albert Camus, nous pouvons dire que le bonheur est l’état d’un homme en accord avec la vie qu’il mène, c'est-à-dire le sentiment que sa vie correspond à ses valeurs et aux attentes purement subjectives qui sont les siennes par rapport à l’existence.
« Mériter « quelque chose signifie y avoir droit à juste titre, c'est-à-dire être digne de louanges ou d’un châtiment en fonction de nos actes.
En demandant si le bonheur se mérite, nous cherchons à déterminer s’il est la récompense de nos actes vertueux, s’il est dispensé aux hommes en fonction de leurs actes et proportionnellement à la bonté et à la vertu dont ils font preuve dans leur vie. Il semble que le bonheur est totalement indépendant d’une semblable dimension morale : s’il est l’accord d’un homme avec la vie qu’il mène, un être mauvais pourra être heureux sans mériter le bonheur d’un point de vue morale. Cependant, cette position pourra sans doute être nuancée au cours de notre travail, car il n’est pas certain qu’un homme puisse se satisfaire d’une vie sans vertu, être heureux en faisant le mal. Nous nous demanderons donc si le bonheur ne se mérite pas, s’il ne faut pas faire preuve de qualités morales pour l’obtenir.
La question au centre de notre réflexion sera donc de déterminer si le bonheur est un accord subjectif de l’individu avec la vie qu’il mène indépendant de toute considération morale.



Le bonheur n'aurait pas de valeur intrinsèque pour lui-même ou absolue mais une valeur relative à une action, à un faire, à une attitude. La question du mérite serait alors liée à la question de la valeur.  Définition des termes du sujet Le bonheur est généralement compris comme un état de satisfaction durable, qui pourrait d'ailleurs être considéré comme le but de toute vie humaine. Dire qu'une chose « se mérite », c'est dire plusieurs choses : que cette chose a une grande valeur, que son acquisition ne peut se faire qu'au prix de certains efforts, qu'elle est donc en quelque sorte la récompense ultime d'un dur travail fourni. Ce qui n'a pas à se mériter, c'est ce qui nous est dû quoi qu'il arrive, quoi que nous fassions : pouvons-nous nous considérer que nous avons le droit de prétendre au bonheur quoi que nous fassions ? Ou bien faut-il préférer une perspective impliquant une responsabilité de l'homme devant son bonheur, si bien que le bonheur apparaîtrait comme la récompense d'un travail sur soi ? Ces questions mettent en jeu la définition du bonheur : est-il un ensemble de conditions extérieures qui ne nous concernent que par chance ou par malchance, qui nous arrivent par accident et sur lesquelles nous n'avons aucune prise ? Ou est-il au contraire un ensemble de dispositions que nous prenons délibérément, et qui touchent tant nos conditions de vie extérieures que nos manières de réagir intérieurement à ce qui vient nous affecter ? Proposition de plan I. L'indétermination du concept de bonheur et des conditions de son obtention : la difficulté du sujet au plan épistémologique La première difficulté provient de l'indétermination du concept en jeu, celui de bonheur.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3807 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Le bonheur se mérite-t-il ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé
Corrigé consulté par :
  • alexisss470-259425 (Hors-ligne), le 29/04/2015 é 29H15.
  • tessaz-259251 (Hors-ligne), le 26/04/2015 é 26H21.
  • dryver-250510 (Hors-ligne), le 24/12/2014 é 24H18.
  • nana-243318 (Hors-ligne), le 04/10/2014 é 04H15.
  • agigcgmag-243168 (Hors-ligne), le 02/10/2014 é 02H14.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit