LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les maîtres de soi deviennent-ils facilement ... Rôle du plaisir et de la douleur dans la vie ... >>


Partager

Le Bonheur peut-il être la fin de notre action morale ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le Bonheur peut-il être la fin de notre action morale ?



Publié le : 27/3/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

	Le Bonheur peut-il être la fin de notre action morale ?
x

Veuillez selectionner une image pour le sujet :
Le Bonheur peut-il être la fin de notre action morale ?




Dans cette optique il faudrait se demander quelles places peuvent occuper les bonheurs particuliers ainsi, peut-être, que l'aspiration, commune à l'ensemble de l'humanité, qui les engendre. Proposition de plan :   1 Le bonheur peut être la fin de l'action morale s'il s'identifie à une conception du Bien : si l'on en fait une morale. a) De multiples conceptions du bonheur mondain sont envisageables : Chaque homme peut en définir une qui lui convienne. La philosophie antique, par exemple, propose de chercher le bonheur (compris comme ataraxie ou absence de trouble) dans la juste mesure entre autonomie et engagement mondain. Mais les philosophes antiques ne sont pas d'accord : Les Cyrénaïques (Aristippe), trouvent le bonheur dans le plaisir, qui les pousse à agir plus volontiers au sein de la cité pour se le procurer. Les Epicuriens pensent le bonheur dans l'autonomie maximale et l'engagement minimal de l'homme dans la cité. Les Cyniques (Diogènes) radicalisent cette idée, pour eux l'homme trouve le bonheur dans son désengagement total de la cité et donc dans son autonomie absolue. Problème : Il semble difficile de dégager rationnellement une conception unique du bonheur, si bien qu'il semble également difficile d'envisager la possibilité d'une morale du bonheur unique pour tous les hommes. b) La philosophie médiévale, empreinte de christianisme, oppose à ces multiples conceptions du Bonheur terrestre, une seule et unique conception du bonheur dans l'autre monde : la béatitude éternelle. « Le bonheur, c'est de continuer à désirer ce qu'on possède » dira Saint Augustin, ce qui vaut pour l'éternité dans l'autre monde.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2221 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Le Bonheur peut-il être la fin de notre action morale ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • bastoune83920-217008 (Hors-ligne), le 02/05/2014 é 02H15.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit