NoCopy.net

Changer est ce devenir quelqu'un d'autre ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Changer d'avis est-ce faire acte de liberté ... Châtier, est-ce faire honneur au criminel ... >>
Partager

Changer est ce devenir quelqu'un d'autre ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Changer est ce devenir quelqu'un d'autre ?



Publié le : 8/8/2005 -Format: Document en format FLASH protégé

	Changer est ce devenir quelqu'un d'autre 	?
Zoom
  • changer : Modifier, transformer, rendre autre.
  • devenir : Du latin devinere « venir en ascendant », « arriver à ». Marque le passage à un autre état et est synonyme de changer. Le devenir exprime aussi le fait d’être soumis au temps.
  • autrui : Un autre homme, une autre personne. En philosophie, "autrui" est ce qui est différent de moi et que l'appréhende par ma subjectivité. L'homme est ce que j'ai en commun avec les autres, tandis qu' "autrui" est ce qui me différencie des autres, ce que je ne peux connaître totalement, à cause de ma subjectivité.

  • Analyse du sujet :

 

  • Changer : acte de devenir différent, de modifier, de passer d’un état à un autre.

 

  • Devenir : du latin devinere « venir en ascendant », « arriver à ». Marque le passage à un autre état et est synonyme de changer. Le devenir exprime aussi le fait d’être soumis au temps.

 

  • Quelqu’un d’autre : exprime la différence et l’altérité par rapport à une identité initiale. L’autre est ce qui est étranger à moi-même.

 

Problématique :

 

Le temps nous fait sans cesse changer. Je ne suis déjà plus celui que j'étais il y a un instant. Qu'y a-t-il de commun entre l'enfant insouciant que j'étais, l'adolescent que je suis et le vieillard que je serai ? Sans doute rien. Pourtant c'est toujours de moi, de la même personne dont il s'agit. Qu'est-ce qui nous permet de dire qu'elle est la même ?

On s’interroge ici d’une part sur ce qui fait l’identité de la personne, et d’autre part sur la relation entre cette identité et la temporalité, le devenir.

Peut-on devenir autre chose que soi-même ? Est-il possible de ne pas être soi-même ? Le changement implique t-il l’acquisition d’un nouveau moi ? Le moi existe-il, a t-il une permanence ou le sujet doit-il au contraire acquérir et construire son identité propre ? Est ce que l’acte de changer suppose la négation de son identité présente ou au contraire est ce une démarche qui ne peut que s’appuyer sur la nature propre du sujet et qui n’existe que par rapport à ce qui constitue cette identité ?

Faut-il chercher l'unité et l'unicité de la personne dans un noyau invariant sur lequel le temps n'aurait nulle prise, ou au contraire confier cette unité à la continuité d'une histoire singulière ? Quel rôle joue le temps dans cette constitution et cette dislocation du moi ?

 



Avec le cogito et le « je pense donc je suis », Descartes fonde la souveraineté du sujet. Le moi véritable témoigne de nos actes : « l'âme n'est pas une chose, l'âme est acte » (Alain). L'âme c'est donc le sujet en acte. Or le sujet qui décide est atemporel, ses décisions sont variables au cours du temps mais c'est toujours le même « moi » qui décide   2- Critique de la permanence du sujet : On serait bien en peine de définir un noyau invariant de notre être puisque nous pourrions perdre toutes les qualités qui nous caractérisent (celles de l'âme et du corps) sans cesser d'être nous-mêmes. ·         Exemple : Pascal, Pensées: « Qu'est-ce que le moi ? Un homme qui se met à la fenêtre pour voir les passants ; si je passe par là, puis-je dire qu'il s'est mis là pour me voir ? Non ; car il ne pense pas à moi en particulier ; mais celui qui aime quelqu'un à cause de sa beauté, l'aime-t-il ? Non : car la petite vérole, qui tuera la beauté sans tuer la personne, fera qu'il ne l'aimera plus. Et si on m'aime pour mon jugement, pour ma mémoire, m'aime-t-on? moi ?


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 	Changer est ce devenir quelqu'un d'autre 	? Corrigé de 3968 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet " Changer est ce devenir quelqu'un d'autre ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • baudryzz-245762 (Hors-ligne), le 31/10/2014 à 31H15.
  • naechou32-245088 (Hors-ligne), le 25/10/2014 à 25H23.
  • manonmts-244192 (Hors-ligne), le 12/10/2014 à 12H21.
  • sarah96-219204 (Hors-ligne), le 06/11/2013 à 06H09.
  • rodeo52 (Hors-ligne), le 29/10/2013 à 29H17.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Le passé n'est ni opacité ni réalité figée ; il est l'autre face de ma pleine liberté. On saisit, du même coup, l'enjeu, l'importance décisive du texte, puisqu'il nous conduit aux portes de la totale responsabilité humaine. Le texte se divise en deux grandes parties principales divisées elles-mêmes en sous-parties : a) « La signification du passé... sa signification » : mon projet originel et mon projet présent commandent la signification de mon passé, lequel n'est pas un bloc figé et opaque, un faisceau préétabli de déterminismes. b) « Cette crise mystique... je les éclaire. » : exemples illustrant la thèse générale et l'idée directrice. Etude ordonnée. A) Première grande partie : « La signification... sa signification.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    « Il faudrait ne devenir plus savant que pour changer la vie et augmenter l'espérance. » (GUEHENNO).

    Ajouté par webmaster

    Pour changer un esprit, il faudrait changer l'organisation intérieure; pour changer un caractère, il faudrait changer le tempérament dont il dépend., ROUSSEAU, Julie ou la Nouvelle Héloïse.

    Ajouté par webmaster

    (...) le paysan n'a pas d'autre passion, d'autre désir, d'autre vouloir, d'autre point de mire que de mourir propriétaire., BALZAC, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 715.

    Ajouté par webmaster

    (...) quelqu'un a imaginé de changer le tuyau, on en a mis un qui a une section double, alors le jet d'eau a diminué de hauteur (...), ARAGON, la Semaine sainte, XV.

    Ajouté par webmaster

    Il est difficile au psychanalyste, sous peine de perdre le bénéfice (certain) de son attitude neutre et bienveillante, de changer de registre et de devenir interventionniste., C. KOUPERNIK, Un traitement d'exception, -in la Nef, n° 31, p. 161.

    Ajouté par webmaster

    Mon Dieu, donne moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d'accepter celles que je ne peux pas changer, et la sagesse de distinguer entre les deux. [ ] Marc Aurèle

    Ajouté par webmaster

    Mon Dieu, donne moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d'accepter celles que je ne peux pas changer, et la sagesse de distinguer entre les deux. Marc Aurèle

    Ajouté par webmaster

    Je dis que vous pouvez changer le monde, le régime, les lois, tout le bazar, il y aura toujours quelqu'un pour boire le Romanée-Conti (...), G. DUHAMEL, Chronique des Pasquier, III, IX.

    Ajouté par webmaster

    Tout en lui m'inspirait une confiance absolue dont il ne m'a jamais été possible par la suite de créditer quelqu'un d'autre., M. YOURCENAR, le Coup de grâce, p. 148.

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    Changer est ce devenir quelqu'un d'autre ?

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast philo