Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Paul ELUARD, Le Temps déborde, (1947) : Ma mo ... CHATEAUBRIAND, Mémoires d'outre-tombe. >>
Partager

Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant

Littérature

Aperçu du corrigé : Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 7/1/2012 -Format: Document en format FLASH protégé

Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant
Zoom
  • Perrault : Charles Perrault (1628-1703). Écrivain français. Célèbre pour son recueil Contes de ma mère l'Oye (1697), il prit une part active à la querelle des Anciens et des Modernes en prenant parti pour ces derniers.

Vous ferez de cet extrait de La Belle au bois dormant, une étude approfondie sous forme de commentaire composé. Vous pourrez, par exemple, analyser comment la surprise rend le prince sensible au merveilleux à travers la "réalité" qui l'entoure. Ces indications ne sont pas contraignantes et vous avez toute latitude pour orienter votre lecture à votre gré. Vous vous abstiendrez seulement de présenter un commentaire linéaire ou une division artificielle entre le fond et la forme.



(Les hasards de la chasse viennent de conduire le fils du roi près du château où la princesse est endormie depuis maintenant cent ans.)

A peille s'avança-t-il vers le bois, que tous ees grands arbres, ces ronces et ces épines s'écartèrent d'elles-mêmes pour le laisser passer. Il marche vers le château qu'il voyait au bout d'aue graude avenue où il entra, et, ce qui le surprit ua peu, il vit que personne de ses gens ne l'avait pu suivre, parce que les arbres s'étaient rapprochés dès qu'il avait été passé. Il ne laissa pas de continuer son chemin : un prince jeune et amoureux est toujours vaillant. Il entra dans une grande avant-cour, où tout ce qu'il vit d'abord était capable de le glacer de crainte. C'était un silence affreux : l'image de la mort s'y présentait partout, et ce n'étaient que des corps étendus d'bommes et d'animaux qui paraissaient morts. Il reconnut pourtant bien, au nez bourgeonné et à la face vermeille des suisses, qu'ils n'étaient qu'endormis; et leurs tasses, où il y avait encore quelques gouttes de vin, montraient assez qu'ils s'étaient endormis en buvant. Il passe une grande cour pavée de marbre; il monte l'escalier; il entre dans la salle des gardes, qui étaient rangés en baie, la carabine sur l'épaule, et ronftant de lenr mieux. Il traverse plusieurs chambres, pleines de gentilsbommes et de dames, dormant tous, les uns debout, les autres assis. Il entre dans une chambre toute dorée, et il voit sur un lit, dont les rideaux étaient ouverts de tous côtés, le plus beau spectacle qu'il eût jamais vu : une princesse qui paraissait avoir quinze ou seize ans, et dont l'éclat resplendissant avait quelque chose de lumineux et de divin. Il s'approcha en tremblant et en admirant, et se mit à genoux auprès d'elle.

Charles PERRAULT, Contes.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant Corrigé de 2852 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • Ess (Hors-ligne), le 07/04/2012 à 07H21.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    • « Morale utile » des contes de Perrault : moralité à la fin du conte, précepte qui rappelle ce qui est bon de faire ou de ne pas faire. Cf. Cendrillon ou Le Petit chaperon rouge. • Zadig : Le conte traditionnel devient conte philosophique ; le conte, à la manière orientale, contient une critique de la justice du XVIIIe siècle et permet à Voltaire de continuer son combat en faveur de l'esprit scientifique et contre l'injustice. B- La grande force de l'apologue : l'appel à la réflexion « Il obtient tous les suffrages celui qui unit l'utile à l'agréable, et plaît et instruit en même temps ».(Horace, Art poétique, III, 342-343). => C'est justement par la forme simple, agréable à lire de l'apologue que le lecteur parvient à entrer (et adhérer) plus facilement dans le texte. • Voltaire en reprenant la forme traditionnelle du conte la modifie pour en faire un conte philosophique amusant et sérieux à la fois.

    Ajouté par PROF

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Elle toucha de sa baguette tout ce qui était dans ce château (...) Cuisiniers, Marmitons, Galopins, Gardes, Suisses (....), Ch. PERRAULT, Contes, «La Belle au bois dormant».

    Ajouté par webmaster

    Il laissa la Régence du Royaume à la Reine sa mère, et lui recommanda fort sa femme et ses enfants : il devait être à la guerre tout l'été (...), Ch. PERRAULT, Contes, «La belle au bois dormant».

    Ajouté par webmaster

    On eût dit d'un ange, tant elle était belle., Ch. PERRAULT, la Belle au Bois dormant.

    Ajouté par webmaster

    (...) j'ai ouï dire à mon père qu'il y avait dans ce château une princesse, la plus belle qu'on eût su voir; qu'elle y devait dormir cent ans et qu'elle serait réveillée par le fils d'un roi, à qui elle était réservée., Ch. PERRAULT, la Belle au Bois dormant.

    Ajouté par webmaster

    La Fée partit aussitôt, et on la vit, au bout d'une heure, arriver dans un chariot (...) Elle toucha de sa baguette tout ce qui était dans ce château (...) Dès qu'elle les eut touchés, ils s'endormirent tous (...) Tout cela se fit en un moment; les Fées n'étaient pas longues à leur besogne., Ch. PERRAULT, la Belle au bois dormant.

    Ajouté par webmaster

    (...) du fond de son palais de belle-au-bois-dormant (...), LOTI, les Désenchantées, III, 17.

    Ajouté par webmaster

    .1 Un peu de jour, un peu d'amour, Un peu de soleil, comme en rêve, Et son front et ces lys autour, C'était chose fragile et brève., Charles VAN LERBERGHE, Premiers poèmes, 1886, «Au bois dormant».

    Ajouté par webmaster

    .1 Notre diligence endormie ressemblait à une voiture enchantée, figée par la baguette des fées, à quelque carrefour de clairière, dans la forêt de la Belle-au-Bois dormant., BARBEY D'AUREVILLY, les Diaboliques, «Le rideau cramoisi».

    Ajouté par webmaster

    Il était fort petit, et quand il vint au monde, il n'était guère plus grand que le pouce, ce qui fit qu'on l'appela le Petit Poucet., Charles PERRAULT, Contes, «Le petit Poucet».

    Ajouté par webmaster

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



    Charles PERRAULT, Contes: La Belle au bois dormant

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit
    Podcast littérature