NoCopy.net

Chateaubriand et la « couleur locale »

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Le désir rend-il nécessairement malheureux ? Analyse linéaire des pages 151-153 de L'Étran ... >>
Partager

Chateaubriand et la « couleur locale »

Anthologie

Aperçu du corrigé : Chateaubriand et la « couleur locale »



Document transmis par : ???


Publié le : 19/3/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

Chateaubriand et la « couleur locale »
Zoom
  • Chateaubriand : Parallèlement à une riche carrière d'écrivain, Chateaubriand a joué un rôle politique important, d'abord en s'opposant à l'Empire, puis en servant les Bourbons. Il a exercé sur les Romantiques une très vive influence par sa mélancolie, son pessimisme, son imagination, son sentiment de la nature et son lyrisme personnel. Quelques oeuvres à connaître: René; Mémoires d'outre-tombe; Atala.

 

 

Matière. — Expliquez et appréciez ce jugement de Chateaubriand : « Il y a dans l'homme deux hommes : l'homme de son siècle, l'homme de tous les siècles. Le grand peintre doit surtout s'attacher à la ressemblance de ce dernier. Peut-être aujourd'hui met-on trop de prix à la ressemblance et, pour ainsi dire, au calque de la physionomie de chaque époque. Lorsqu'on jouait les personnages de Racine avec des perruques à la Louis XIV, les spectateurs n'étaient ni moins ravis ni moins touchés. Pourquoi ? Parce qu'on voyait l'homme au lieu des hommes. »




Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Corrigé : Chateaubriand et la « couleur locale » Corrigé de 4866 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Chateaubriand et la « couleur locale »" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

(...) si le poète doit -choisir dans les choses (et il le doit), ce n'est pas le -beau, mais le -caractéristique. Non qu'il convienne de -faire, comme on dit aujourd'hui, -de la couleur locale, c'est-à-dire d'ajouter après coup quelques touches criardes çà et là sur un ensemble du reste parfaitement faux et conventionnel. Ce n'est point à la surface du drame que doit être la couleur locale, mais au fond, dans le coeur même de l'oeuvre (...), HUGO, Cromwell, Préface.

Ajouté par webmaster

La nature humaine est toujours la même, quoi que disent les barbouilleurs de couleur locale (...), Th. GAUTIER, les Grotesques, I, p. 28.

Ajouté par webmaster

Ce beuglant se nommait «le Palmier» et cela lui prêtait une évidente couleur locale (...), Francis CARCO, Nostalgie de Paris, p. 60.

Ajouté par webmaster

.2 Cousin ne trouvait pas la moindre couleur locale dans Racine, qu'il n'aime point (...), E. DELACROIX, Journal, 24 déc. 1853.

Ajouté par webmaster

Je veux bien qu'on soit exact en fait de couleur locale, et même je le désire; mais il faut qu'alors le narrateur (...) soit exact d'un air naturel, sans paraître y viser et sans se piquer de trop faire attention à des hors-d'oeuvre; il faut qu'il nous donne ces détails accessoires comme involontairement (...), SAINTE-BEUVE, Chateaubriand, t. I, p. 184.

Ajouté par webmaster

Les gens du dix-septième siècle étaient bien plus préoccupés que nous ne le sommes de ce qui s'est appelé depuis : couleur locale., F. MAURIAC, la Vie de J. Racine, VI, p. 85.

Ajouté par webmaster

(...) on a bien vite satisfait tous les caprices inhérents à la couleur locale, comme de boire un verre de porter (...), de fumer un manille authentique (...), NERVAL, Notes de voyage, «Un tour dans le Nord», I.

Ajouté par webmaster

Toute excitation de la rétine donne lumière et couleur. Qu'il s'agisse de radiations, de contact matériel, d'intoxication ou congestion locale, la rétine y répond par des phénomènes lumineux., VALÉRY, Analecta, p. 57.

Ajouté par webmaster

Dans la tombe de Goya est enterré l'ancien art espagnol, le monde à jamais disparu des toreros, des majos, des manolas, des moines, des contrebandiers, des voleurs, des alguazils et des sorcières, toute la couleur locale de la Péninsule., Th. GAUTIER, Voyage en Espagne, p. 89.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Chateaubriand et la « couleur locale »

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo