LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Quelle méthode faut-il appliquer à l'étude de ... Autour de la poésie => dans le cadre de la di ... >>


Partager

En combien d'époques générales peut-on diviser l'histoire de la philosophie ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : En combien d'époques générales peut-on diviser l'histoire de la philosophie ?



document rémunéré

Document transmis par : ???


Publié le : 17/6/2011 -Format: Document en format FLASH protégé

En combien d'époques générales peut-on diviser l'histoire de la philosophie ?
Zoom



1. Il faut bien se garder de voir dans l'histoire de la philosophie une vaine succession de systèmes formant entre eux une espèce de cercle sans fin. Dans la suite des systèmes, comme dans la suite des oeuvres de l'homme en général, il y a des lois qui, sans contrarier la liberté humaine et l'entraîner fatalement, néanmoins la limitent et tracent une route dans laquelle cette liberté doit se développer.
2. Il suit de là que les diverses époques de la philosophie diffèrent entre elles, non-seulement par le caractère individuel des philosophes, niais par un caractère général qui se répand sur tous les philosophes contemporains. A. une époque donnée, les systèmes, même les plus divers, participent à quelque chose de commun qui est le signe distinctif de cette époque, et de même les systèmes les plus semblables des époques diverses diffèrent entre eux par quelque chose qui est le signe distinctif de ces époques.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1325 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "En combien d'époques générales peut-on diviser l'histoire de la philosophie ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Tout le temps de l'histoire romaine (...) peut se diviser en cinq parties., ROLLIN, Traité des Études, -in LITTRÉ.

Ajouté par webmaster

Le point commun entre la doctrine de Cournot et la tradition qui va d'Aristote aux Encyclopédistes me paraît être l'opposition (...) de l'-histoire et de la -théorie, la première ayant pour objet les données de fait, qu'on recueille simplement et qui sont objet de mémoire (...) L'importance de cette -opposition (...) se fait surtout sentir quand on oppose ce sens du mot -histoire au sens moderne, qui non seulement n'exclut pas de l'histoire les opérations synthétiques et les constructions générales, mais qui les considère même comme une partie essentielle de la -science historique., A. LALANDE, Voc. de la philosophie, art. -Histoire.

Ajouté par webmaster

L'ambivalence de l'histoire peut être constatée dans le développement de l'Empire romain., Jacques MARITAIN, Pour une philosophie de l'histoire, p. 67.

Ajouté par webmaster

(...) la -Divine comédie et -Faust sont l'abrégé des deux grandes époques de l'histoire européenne. L'une montre la façon dont le moyen âge a envisagé la vie, l'autre montre la façon dont nous l'envisageons., TAINE, Philosophie de l'art, t. II, p. 265.

Ajouté par webmaster

En ce qui concerne l'histoire de la philosophie, il s'est établi, je crois, un consensus tacite et exprès parmi les historiens de la philosophie, sur l'espèce d'objectivité qui peut être atteinte dans cette discipline (...), P. RICOEUR, Une interprétation philosophique de Freud, -in la Nef, n° 31, p. 112.

Ajouté par webmaster

.3 (...) la psychologie sociale penche vers l'ethnologie et, par-delà, vers l'histoire. Deux domaines manifestent cette attirance réciproque de l'histoire des mentalités et de la psychologie sociale : le développement des études sur la criminalité, les marginaux, les déviants dans les époques passées et l'essor parallèle des sondages d'opinion et des analyses historiques de comportements électoraux. Dans cette voie un des intérêts de l'histoire des mentalités se révèle : les possibilités qu'elle offre à la psychologie historique de se relier à un autre grand courant de la recherche historique aujourd'hui : l'histoire quantitative. Science en apparence du mouvant et du nuancé, l'histoire des mentalités peut au contraire, avec certaines adaptations, utiliser les méthodes quantitatives mises au point par les psychologues sociaux., Jacques LE GOFF, les Mentalités : une histoire ambiguë, -in Faire de l'histoire, t. III, p. 78-79.

Ajouté par webmaster

Alors, il est d'essence que la philosophie des sciences devienne philosophie de l'histoire des sciences, ou histoire des sciences, ou encore histoire de la philosophie des sciences. Il est d'essence qu'elle verse à l'historicisme : soit dans le sens usuel, soit dans le sens d'histoire naturelle, c'est-à-dire qu'elle devienne une description diachronique ou une description synchronique., Michel SERRES, Hermès I, la Communication, p. 62.

Ajouté par webmaster

Pour saisir l'équivoque de ce terme, il suffit de poser cette question : combien y a-t-il de générations simultanément vivantes? Ou celle-ci, qui est sensiblement la même : combien de générations se succèdent dans un même siècle? Si par «du même âge» on entend «de la même année», la réponse est : une centaine. Mais par «du même âge», on peut entendre «de la même décade» (Cf. les expressions : les moins de trente ans, les moins de quarante ans, etc); la réponse est alors : une dizaine. Enfin, du point de vue de la descendance, on en compte trois., M. MARSAL, -in LALANDE, Voc. de la philosophie, art. -Génération.

Ajouté par webmaster

En ce qui concerne l'histoire de la philosophie, il s'est établi, je crois, un consensus tacite parmi les historiens de la philosophie, sur l'espèce d'objectivité qui peut être atteinte dans cette discipline; il est possible de comprendre un auteur par lui-même, sans, pour autant, ni le déformer ni le répéter; j'ai employé un mot qui appartient à M. Guéroult : je parle de la reconstitution architectonique d'une oeuvre., P. RICOEUR, Une interprétation philosophique de Freud, -in la Nef, n° 31, p. 112.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo