LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< On parle des "droits de l'homme". Cette notio ... La balance est-elle le symbole adéquat de la ... >>


Partager

Comment concevez-vous les rapports du droit et de la moralité ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Comment concevez-vous les rapports du droit et de la moralité ?



Publié le : 3/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Comment concevez-vous les rapports du droit et de la moralité ?
Zoom

  Droit et moralité s’inscrivent tous deux dans un registre normatif et prescriptif. En effet, chacun d’eux constitue un système de normes permettant de régler la conduite de l’action humaine. Si notre action suppose ainsi des règles de conduite, c’est qu’elle est dirigée vers autrui, et par conséquent susceptible de lui occasionner du tort. Aussi pouvons-nous établir un premier rapport entre droit et moralité : ils ont pour fin d’organiser les relations entre les individus au sein d’une société, en imposant un ensemble de règles à respecter. Plus précisément, ces règles définissent la justice dans nos rapports avec autrui, en consistant d’une part dans l’égalité (tous les individus étant soumis aux mêmes règles), et d’autre part dans la condamnation et la réparation des torts occasionnés. Droit et moralité ont donc la même finalité.

     En outre, d’un point de vue strictement formel, nous pouvons considérer un second rapport entre ces deux systèmes normatifs. Quant à leur forme, en effet, droit et moralité consistent en un ensemble de prescriptions auxquelles nous devons obéir. Aussi les prescriptions morales et juridiques constituent-elles des règles de contrainte, c’est-à-dire des lois ou des commandements. Par là même, elles ont une prétention universelle, bien que dans les faits, elles soient relatives à l’état des mœurs des différentes sociétés humaines à une époque donnée.

     Cependant, comment interpréter les rapports que nous avons esquissés entre droit et moralité ? S’agit-il de rapports d’inclusion, d’exclusion, ou encore de fondation ? Cette difficulté nous engagera à déterminer plus précisément le rôle respectif que joue le droit comme la moralité dans la conduite de nos actions et la pratique de la justice.



Autrement dit, l'homme n'entend plus recevoir ses normes ou ses lois de la nature des choses (Aristote), ni de Dieu (Cicéron ou Thomas), mais entend les fonder lui-même à partir de sa raison et de sa volonté. Or la référence à une transcendance permettait d'affirmer le caractère absolu et intemporel des droits fondamentaux de l'homme. Dès lors, la raison peut-elle, seule, assumer cette tâche ? Cet idéal d'autonomie n'est, au fond, pensable que si la raison humaine peut transcender tout enracinement historique, s'élever au-dessus de ce qui est, pour garantir la validité de ce qui doit ou devrait être, cad des droits fondamentaux de l'homme. Selon Kant, la raison ne peut être législatrice que pour autant qu'elle soit  libre, cad qu'elle transcende tous les intérêts empiriquement conditionnés, puisque c'est à ces intérêts, somme toute, que son autorité est censée s'imposer. Aussi Kant rapporte-t-il l'exigence du droit, qu'il juge naturelle, non pas à la nature empirique de l'homme mais à sa nature suprasensible. Selon cette nature, qui ne peut être connue théoriquement mais que l'on peut penser comme possible, l'homme est capable de se donner à lui-même des lois qui ne sont pas déterminées par les traditions, le passé ou les contingences du moment. Avec ou sans Dieu, seule la référence à une transcendance semble pouvoir fonder le droit.   G)        L'idée du droit est-elle réalisable pratiquement ?   Nous interrogeant sur l'utilité du droit, nous avons identifié son rôle de régulateur des rapports sociaux, dans le but premier d'assurer la coexistence pacifique.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3766 mots (soit 6 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Comment concevez-vous les rapports du droit et de la moralité ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • clem53 (Hors-ligne), le 08/12/2010 é 08H17.
  • Gwendoline5406 (Hors-ligne), le 04/10/2008 é 04H17.
  • camilladoree-279635 (Hors-ligne), le 00/00/0000 é 00H00.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    Citations

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit