LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les mathématiques sont la seule science ou l' ... Peut-on affirmer avec un philosophe: >>


Partager

Comment une connaissance mathématique de ce qui est objet d'expérience est-elle possible ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Comment une connaissance mathématique de ce qui est objet d'expérience est-elle possible ?



Publié le : 3/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Ce corrigé vous sera utile pour ces autres sujets voisins

Comment une connaissance mathématique de ce qui est objet d'expérience est-elle possible ?
Zoom

La connaissance des objets de l'expérience, qui se réalise dans les sciences (en particulier la physique), exige partout l'utilisation des mathématiques. La physique est aujourd'hui une discipline entièrement mathématisée. Pourtant, cet « outil mathématique" a été forgé en dehors de toute préoccupation physique, entièrement a priori. Le problème est donc de savoir comment est possible la rencontre — il faut même dire la fusion — entre deux domaines du savoir venus de lieux indépendants. Comment se fait-il, pour parler comme Galilée, que la nature soit « écrite en langage mathématique ?

 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1348 mots (soit 2 pages) directement accessible
» VOIR LE DETAIL

Le corrigé du sujet "Comment une connaissance mathématique de ce qui est objet d'expérience est-elle possible ?" a obtenu la note de : aucune note

Corrigé consulté par :
  • athena2707 (Hors-ligne), le 11/03/2012 é 11H23.
  • doudouquette (Hors-ligne), le 04/05/2011 é 04H18.
  • pierre-279674 (Hors-ligne), le 00/00/0000 é 00H00.
  • Cacher les ressources gratuites

    Problématique

    • Le réel, pour un esprit scientifique, ne serait-ce pas le mesurable ? par exemple, l'instauration de la physique scientifique ne commencerait-elle pas selon l'idée fondamentale de Galilée par « mesurer tout ce qui peut se mesurer et faire en sorte qu'on puisse mesurer ce qui ne peut pas l'être directement ».
     Observer qu'on ne peut mesurer que des variations (et seulement les unes par rapport aux autres). « La force » en physique est un principe de variations. « Le temps » et « l'espace »,-pour entrer dans l'ordre des concepts physiques, ont cessé d'être des grandeurs géométriques pour devenir des grandeurs mesurées. (C'est ainsi qu'en physique relativiste, le temps et l'espace sont des « forces », c'est-à-dire des « principes de variations (mesurables) ».)
     
     • Les mathématiques sont instruments de recherche et de découverte : grâce à la substitution d'un faisceau de relations intelligibles aux objets ou phénomènes naturels, sont rendus possibles des rapprochements originaux, des déductions fécondes. Par le calcul, on peut anticiper des lois et même découvrir des faits nouveaux exigés par l'analyse mathématique avant que l'expérience ait pu les révéler.
     
     
    • Bachelard insiste sur la capacité « inventive » de la pensée mathématique en physique contemporaine (la citation de l'énoncé est de lui et est extraite de son livre). Ce qu'il vise, semble-t-il avant tout, c'est moins l'expérimentation que l'empirisme. (Cf. par exemple, son illustration de la capacité « inventive » des mathématiques, par « l'invention » de la masse négative par Dirac, à partir de nécessités apparemment purement mathématiques.)
     Il écrit : « L'exigence empiriste qui ramène tout à l'expérience, exigence si nette encore au siècle dernier, a perdu sa primauté, en ce sens que la force de la découverte est presque entièrement passée à la théorie mathématique. » Ainsi, selon lui le « vecteur épistémologique » irait « du rationnel au réel » et non point, à l'inverse, de la réalité au général comme le professaient tous les philosophes depuis Aristote jusqu'à Bacon ».

    Plan détaillé

    Textes / Ouvrages de référence

    • Bachelard, Essai sur la connaissance approchée (Vrin), p. 10.
    • Bachelard « Noumène et microphysique » in Études, p. 15.
    • Bachelard, Le Nouvel Esprit scientifique, p. 8.
    • R. Martin, Bachelard et les Mathématiques in Bachelard, Colloque de Cerisy, 1974, pp. 46-61.
    • Michel Vadée, Bachelard ou le Nouvel Idéalisme épistémologique (Éditions Sociales). Notamment le chapitre intitulé
     • L'induction ou la réalisation des mathématiques », pp. 76 à 87.

    Citations

    Bachelard : « Par exemple, l'outil tensoriel est un merveilleux opérateur de généralité ; à le manier, l'esprit acquiert des capacités nouvelles de généralisation... Dans la nouvelle science relativiste, un unique symbole mathématique dont la signification est prolixe désigne les mille traits d'une Réalité cachée : la pensée est un programme d'expériences à réaliser... Le calcul tensoriel... est un instrument mathématique qui crée la science physique contemporaine comme le microscope crée la microbiologie. » Le Nouvel Esprit scientifique, pp. 58 et 59 (PUF)

    Quelle est la couleur de la tomate ?

    Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



    Ressource précédenteRessource suivante

    150000 corrigés de dissertation en philosophie

     Maths
     Philosophie
     Littérature
     QCM de culture générale
     Histoire
     Géographie
     Droit