Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La pratique du devoir peut-elle être dangereu ... Le bonheur est-il dans la suppression ou dans ... >>


Partager

Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?



Publié le : 27/1/2004 -Format: Document en format FLASH protégé

Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?
Zoom

Le bonheur suprême, celui que recherche le sage, peut être caractériser par ce qu’on appelle la béatitude. Elle se caractérise par une satisfaction constante et à laquelle rien ne manque. Elle serait l’état idéal du sage selon Aristote, les stoïciens, mais encore Spinoza. Le terme de béatitude évoque aussi l’idée d’une joie spirituelle, active, conquise par la pensée adéquate qui en est la condition, ou par l’effort qui en rend digne ; d’autre part, il s’applique à la vie supérieur ou à la vie futur, et implique l’intervention de Dieu ou l’entrée en possession du divin. La béatitude est donc moins la satisfaction de nos inclinations présentes que celle de l’être transcendant ou nouménal qui est en nous.



Mais la béatitude se distingue surtout du bonheur par son rapport au temps ou, comme dirait Spinoza, à l'éternité (cf. livre V de l'Ethique). Toute chose, y montre Spinoza, peut être conçue de deux manières, selon qu'on la considère dans le temps ou dans l'éternité. C'est le cas aussi du bonheur. En tant qu'il est conçu dans le temps, le bonheur est changement, et l'on nous dit « heureux ou malheureux suivant que nous changeons en mieux ou en pire » (Éthique, V, 39, scolie). Cela suppose naturellement une comparaison entre deux moments successifs et, par là, l'espérance et la crainte. Être heureux, dans le temps, c'est toujours espérer l'être ou craindre de ne l'être plus, et c'est pourquoi le bonheur n'est jamais parfait (on espère toujours l'augmenter, on craint toujours de le perdre...) ; c'est pourquoi, même, il n'est jamais là : le temps qui le contient nous en sépare, l'imagination qui le vise nous en prive. Tout bonheur, en ce sens, est imaginaire (c'est l'imagination de la joie possible), et réel seulement en tant qu'imaginaire. La béatitude, au contraire, serait un bonheur vrai, c'est-à-dire éternel (la vérité l'est toujours) et se déployant non dans l'imagination du passé ou de l'avenir, mais dans la nécessité du présent.


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Comment doit-on envisager le bonheur des sages ? Corrigé de 1632 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédenteRessource suivante

Comment doit-on envisager le bonheur des sages ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit