NoCopy.net

Comment Jacques Chirac s'est "reconstruit"

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La gauche "plurielle" devance largement une d ... Dix ans après la chute du Mur, Varsovie, Prag ... >>
Partager

Comment Jacques Chirac s'est "reconstruit"

Ressources gratuites

Aperçu du corrigé : Comment Jacques Chirac s'est "reconstruit"



Document transmis par : ???


Format: Document en format FLASH protégé

Comment Jacques Chirac s'est
Zoom

13 juin 1999 L'échec de la dissolution aurait pu l'anéantir. Il a travaillé d'abord, avec succès, à sauver la présidence IL est aimé. Lui, le bad boy de la politique française, il est apprécié par près des deux tiers des Français, qui le jugent "chaleureux", "énergique", "tolérant". Et ça dure, cela fait des mois que ça dure. Son camp perd les élections, ses lieutenants s'entre-déchirent, mais Jacques Chirac est aimé. A chaque incident de cohabitation, à chaque crise à droite, à chaque nouvelle péripétie judiciaire qui pourrait le menacer, le miroir des sondages, aussitôt consulté, répond amoureusement : oui, malgré tout, encore, toujours plus, les Français aiment Jacques Chirac. Cette victoire, il ne veut la partager avec personne. Ou alors avec une seule personne, sa fille Claude. Comme en ces temps pas si lointains de l'Hôtel de Ville de Paris où ces deux- là, seuls contre tous, avaient cru à une victoire présidentielle possible. Le 2 juin 1997, tout était à recommencer. Jamais, sans doute, président de la République n'avait connu une telle épreuve. Au-delà de l'homme, à propos duquel tous les doutes resurgissaient au sein même de ses troupes, c'était la fonction présidentielle qui était touchée par l'échec de la dissolution. Et cette atteinte-là était, de toutes, la plus grave. Elle le dépassait. Il y avait urgence à la circonscrire. C'est dans ce combat que Jacques Chirac a jeté son énergie dès les premières heures de la cohabitation ; dans ce défi qu'il a puisé sa ressource et sa thérapie. A peine le gouvernement de Lionel Jospin était-il constitué que le chef de l'Etat, en déplacement à Lille en juin 1997, définissait son rôle de président de cohabitation. "Cette situation institutionnelle particulière, je l'ai déjà vécue, observait-il . C'était en 1986, j'étais premier ministre. J'avais pu alors apprécier le rôle fondamental du président de la République, garant de nos institutions." Un mois plus tard, à l'occasion de sa traditionnelle intervention télévisée du 14 juillet, il forçait encore le trait. A une question sur la réalité de son pouvoir face à la nouvelle majorité, il répliquait d'une voix sévère, tranchant avec l'attitude détendue qu'il s'était jusqu'alors imposée : "Pourquoi ? Parce que je serais plus faible qu'un autre ?", avant d'affirmer que l'échec de la dissolution "ne modifie en rien la nature de la cohabitation". Ce garrot maintenu bien fort sur les doutes, les états d'âme, les analyses rétrospectives, le chef de l'Etat l'a appliqué aussi à tous ceux, parlementaires battus, anciens ministres, qui ont défilé dans son bureau de l'Elysée dans les premières semaines du mois de juillet. "Les choses étant ce qu'elles sont... On se remet au boulot." : rituelle, la phrase signifiait à ses interlocuteurs qu'il était inutile de s'appesantir sur le pourquoi, le comment et les "et si ?..." de la dissolution. Six mois plus tard, le 31 décembre 1997, un président debout derrière son pupitre adressait ses voeux aux Français. Le pays s'était installé paisiblement dans la cohabitation et, selon les sondages, l'opinion estimait très majoritairement que Jacques Chirac était "dans son rôle" lorsqu'il critiquait l'action gouvernementale. "Jospin a fait de Chirac un président. Avec Juppé, il n'était qu'un super-premier ministre", constate aujourd'hui un de ses fidèles . Cette fonction présidentielle, qu'il avait fallu recoudre à la hâte, le chef de l'Etat ne pouvait pas se permettre d'en abandonner un morceau à l'adversaire. Domaine régalien par excellence, la politique étrangère envahit l'agenda de Jacques Chirac et elle est soigneusement mise en scène. La crise qui oppose l'Irak aux Etats-Unis, dans les premiers mois de 1998, lui offre sa première vraie requalification présidentielle. Au lendemain de son dénouement, grâce à la médiation française, le président retrouve, pour la première fois depuis son élection, la confiance de plus de la moitié des Français. A partir de ce moment-là, il sait qu'il a réussi son premier pari. Celui sans lequel nul avenir ne pouvait être envisagé. Reste l'autre : s'imposer aux siens, fai...


Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Comment Jacques Chirac s'est "reconstruit"" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

« L'observation scientifique est toujours une observation polémique; elle confirme ou infirme une thèse antérieure, un schéma préalable, un plan d'observation; [...] elle reconstruit le réel après avoir reconstruit ses schémas. » Bachelard, Le Nouvel Esprit scientifique, 1934.

Ajouté par webmaster

Nous espérions y trouver quelques données pour la solution de ce problème historique : comment le protestantisme s'est infiltré dans les grandes maisons de France, et comment s'est formée cette double opposition populaire et aristocratique (...), BALZAC, le Feuilleton, -in OE. diverses, t. I, XXXV, p. 419.

Ajouté par webmaster

L'observation scientifique est toujours une observation polémique; elle confirme ou infirme une thèse antérieure; un schéma préalable, un plan d'observation; elle montre en démontrant; elle hiérarchise les apparences; elle transcende l'immédiat; elle reconstruit le réel après avoir reconstruit ses schémas., G. BACHELARD, le Nouvel esprit scientifique, Introd. I (cité par DUPRÉ, n° 3872).

Ajouté par webmaster

Maintenant cinquante ans, le rêve s'est accompli ou presque. Comment puis-je accepter cette situation, comment peut-on admettre de vivre et que le temps pèse sur nous, si pesamment, comme une ânée., IONESCO, Journal en miettes, p. 63.

Ajouté par webmaster

Comment diable! Jacques, ta composition est bien ordonnée, riche, plaisante, variée et pleine de mouvement. à notre retour à Paris, porte ce sujet à Fragonard; et tu verras ce qu'il en saura faire., DIDEROT, Jacques le fataliste, Pl., p. 664.

Ajouté par webmaster

" L'observation scientifique est toujours une observation polémique, elle confirme ou infirme une thèse antérieure, un schéma préalable, un plan d'observation ; elle montre en démontrant ; elle hiérarchise les apparences ; elle transcende l'immédiat ; elle reconstruit le réel après avoir reconstruit ses schémas. Naturellement, dès qu'on passe de l'observation à l'expérimentation, le caractère polémique de la connaissance devient plus net encore. Alors il faut que le phénomène soit trié, filtré, épuré, coulé dans le moule des instruments, produit sur le plan des instruments. Or les instruments ne sont que des théories matérialisées. Il en sort des phénomènes qui portent de toutes parts la marque théorique. > Gaston Bachelard, Le nouvel esprit scientifique

Ajouté par webmaster

Comment en un plomb vil l'or pur s'est-il changé?, RACINE, Athalie, III, 7.

Ajouté par webmaster

Comment s'est calmé l'orage? Quelle main salutaire a chassé le nuage?, RACINE, Esther, III, 9.

Ajouté par webmaster

L'obéissance à la loi qu'on s'est prescrite est liberté. [ ] Rousseau, Jean-Jacques

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Ressource précédente

Comment Jacques Chirac s'est "reconstruit"

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo