LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentaire- « Les historiens, et même le bon ... Peut-on être heureux sans être libre ? >>


Partager

Commentaire – Hegel - « On dit volontiers : mon vouloir a été déterminé par ces « mobiles », circonstances, excitations et impulsions. »

Philosophie

Aperçu du corrigé : Commentaire – Hegel - « On dit volontiers : mon vouloir a été déterminé par ces « mobiles », circonstances, excitations et impulsions. »



document rémunéré

Document transmis par : valdruel


Publié le : 13/6/2014 -Format: Document en format FLASH protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Commentaire – Hegel - « On dit volontiers : mon vouloir a été   déterminé par ces « mobiles », circonstances, excitations et impulsions. »
Zoom

Dégagez l'intérêt philosophique de ce texte de Hegel en procédant à son étude ordonnée: 

On dit volontiers : mon vouloir a été déterminé par ces « mobiles «, circonstances, excitations 

et impulsions. La formule implique d'emblée que je me sois ici comporté de façon passive. Mais, en 

vérité, mon comportement n'a pas été .seulement passif ; il a été actif aussi, et de façon essentielle, 

car c'est mon vouloir qui a assumé telles circonstances à titre de mobiles, qui les a fait valoir comme 

mobiles. II n'est ici aucune place pour la relation de causalité. Les circonstances ne jouent point le rôle 

de causes et mon vouloir n'est pas l'effet de ces circonstances. La relation causale implique que ce qui 

est contenu dans la cause s'ensuive nécessairement. Mais, en tant que réflexion, je puis dépasser 

toute détermination posée par les circonstances. Dans la mesure où l'homme allègue qu'il a été 

entraîné par des circonstances, des excitations, etc., il entend par-là rejeter, pour ainsi dire, hors de 

lui-même sa propre conduite, mais ainsi il se réduit tout simplement à l'état d'essence non libre ou 

naturelle, alors que sa conduite, en vérité, est toujours sienne, non celle d'un autre ni l'effet de 

quelque chose qui existe hors de lui. Les circonstances n'ont jamais sur l'homme que le pouvoir qu'il 

leur accorde lui-même. 

HEGEL 

 

Plan 

Introduction 

I - Passivité et activité 

II - Causalité et réflexion 

III - Négation et affirmation de la liberté 

Conclusion 

 

Introduction 

La justification par le poids des circonstances extérieures est souvent avancée 

par un individu lorsqu'il lui est reproché de ne pas avoir agi comme il l'aurait dû : 

c'est « l'occasion, l'herbe tendre, quelque diable aussi me poussant « qu'évoque La 

Fontaine... Mais peut-on accepter de telles explications, sinon excuses ? Si j'admets 

qu'une détermination agit sur moi, quelle idée ai-je de moi-même? Et cette idée 

correspond-elle à ce que je suis par définition ?




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 768 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire – Hegel - « On dit volontiers : mon vouloir a été déterminé par ces « mobiles », circonstances, excitations et impulsions. » " a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit