NoCopy.net

Commentaire Composé: Colline, rédigé par Jean Giono

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentaire Incipit Thérèse Raquin Commentaire "Jour De Colère" de Pierre Emmanu ... >>
Partager

Commentaire Composé: Colline, rédigé par Jean Giono

Echange

Aperçu du corrigé : Commentaire Composé: Colline, rédigé par Jean Giono



Document transmis par : Yann17123


Publié le : 15/9/2006 -Format: Document en format FLASH protégé

Commentaire Composé: Colline, rédigé par Jean Giono
Zoom

Le passage étudié est tiré de Colline, rédigé par Jean Giono en 1928. Cet extrait est une description qui narre le parcours d’un incendie, ravageant tout sur son passage. Pourquoi l’auteur a-t-il décidé de décrire cet embrasement de manière métaphorique ? Les aspects étudiés dans ce texte seront la métaphore filée de l’incendie, ainsi que la passivité de l’Homme et de l’environnement.

La métaphore filée de l’incendie est prédominante dans cet extrait. Néanmoins, le point de vue du narrateur sur ce feu va changer le long de ce passage.

Jean Giono évoque l’incendie d’une manière particulière. En effet, il utilise une métaphore filée pour le décrire. Il s’apparente à une chimère qui possède des caractéristiques provenant de divers animaux, avec le champ lexical de l’organisme, tels les insectes (« dard » l.16), les mammifères (« gueule »l.15, « langue »l.16, « tête » l.11). Ce brasier se déplace également comme un animal, tantôt de manière furtive (« a bondi »l.3 « saute »l.13), tantôt de manière plus lente (« rampe ; avance » l.13). L’auteur montre ainsi le caractère changeant et farouche de cette « bête ».
Les éléments sont fréquemment mentionnés dans cette description. Le feu, élément principal, est logiquement utilisé pour le brasier. Un abondant champ lexical de la chaleur et de la couleur rouge est employé comme « les braises » (l.12), « les cendres » (l.13) ou bien encore le « sang » (l.17). L’élément aquatique est également usé pour montrer l’immensité du feu, possédant un « corps pareil à un torrent » (l.9-10). L’air est personnifié, à travers « le vent » (l.16), qui sert à guider et à maîtriser la fougue du feu « pour prendre la direction » (l.16). C’est cette combinaison des éléments qui caractérise la puissance démesurée de l’embrasement.
L’intensité et l’ampleur de l’incendie se modifient au cours de l’extrait, entre « trois heures du mati...



Signaler un abus

administration
Echange gratuit

Ressources Gratuites

Pour pouvoir consulter gratuitement ce document et

TOUCHER DES DROITS D'AUTEUR

Vous disposez de documents dont vous êtes l'auteur ?

monnaie-euro-00008Publiez-les et gagnez 1 euro à chaque consultation.
Le site devoir-de-philosophie.com vous offre le meilleur taux de reversement dans la monétisation de vos devoirs et autres rapports de stage.
Le site accepte tous les documents dans toutes les matières (philosophie, littérature, droit, histoire-géographie, psychologie, etc.).

N'hésitez pas à nous envoyer vos documents.

, nous vous prions tout simplement de faire don d'un document pour le site en cliquant sur le boutton ci-dessous :




Le corrigé du sujet "Commentaire Composé: Colline, rédigé par Jean Giono" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Le bidet fait sonner sa campane., J. GIONO, Colline, p. 20.

Ajouté par webmaster

(...) la terre, nue, balafrée, noire, où courent des fumerolles., J. GIONO, Colline, p. 167.

Ajouté par webmaster

Tu sais bien, quoi... - C'est possible, en y pensant, ça se pourrait., J. GIONO, Colline, p. 63.

Ajouté par webmaster

à travers le rideau de fil de la cuisine flue la voix grêle de Janet., J. GIONO, Colline, p. 55.

Ajouté par webmaster

- Toujours pareil. Une nuit terrible. J'en ai le crâne qui pète., J. GIONO, Colline, p. 62.

Ajouté par webmaster

J'appointais mes oreilles tant que je pouvais; la -putain de pendule cognait : ban et ban., J. GIONO, Colline, p. 63.

Ajouté par webmaster

(...) l'esquirol, à l'abri de sa queue en panache, court, un gland dans la main (...), J. GIONO, Colline, p. 10.

Ajouté par webmaster

(...) six gousses d'ail, une topette d'huile bouchée par un morceau de papier, du sel et du poivre (...), J. GIONO, Colline, Pl., t. I, p. 144.

Ajouté par webmaster

La colline était couverte de grandes yeuses crépues, couleur de fer., J. GIONO, le Chant du monde, III, I.

Ajouté par webmaster

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des règles orthographique (pas de langage SMS).



Commentaire Composé: Colline, rédigé par Jean Giono

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit
Podcast philo